mis à jour le

Première session de la Cour d’assises de Bamako : Le Procureur général détrompe les maires

Les travaux de la 1ère  session de la Cour d'assises de Bamako pour l'année 2013 ont démarré le 28 mars 2013 à la Cour d'appel de Bamako, sous la présidence de Moussa Sara Diallo, premier président de la cour d'appel de Bamako, en présence du Procureur général Daniel A. Tessougué.

Le Procureur général , Daniel Tessougue

Le Procureur général dans son réquisitoire comme à son habitude n'a pas fait la langue de bois. Ainsi, tous les problèmes de la nation ont été abordés par Tessougué. Il a d'abord  rendu hommage aux soldats des pays frères et amis tombés sur le champ de bataille pour la libération de notre territoire.

Il s'est insurgé contre ceux qui ont imposé la guerre à notre pays et «leurs lobbies» qui veulent mettre à mal notre patrie avec des accusations plus ou moins réelles. Il a expliqué les efforts consentis par le parquet pour tirer ces accusations au clair.

«Nous sommes un peuple malien, et nous n'avons jamais connu ni blanc, ni noir, ni jaune. La nation malienne a vibré chaque fois que le pays a été en danger. Ceux qui ont semé la graine de la guerre et de la division dans ce pays, et qui ont été vaincus, sont les mêmes qui crient à la discrimination».

Parlant du problème foncier, il dira qu'au  mépris de toutes les règles de droit, les maires morcellent, lotissent et gratifient  des responsables  de terres. «Certains élus trompés par certains praticiens du droit pensent bénéficier d'immunité. Je lève ici même et maintenant l'équivoque. Il n'y a aucune immunité pour un maire», a tonné le procureur général.

Revenant au sujet du jour, Daniel Tessougué a rappelé que : «les sessions d'assises, constituent un temps fort où la Justice est rendue réellement au nom du peuple malien. Le jury populaire en est la manifestation la plus éclatante».

Le Bâtonnier Issaka Keïta a assuré, pour sa part, que les avocats joueront leur rôle et tout leur rôle au cours de cette session. Il a plaidé pour une aide juridictionnelle, à savoir de l'assistance des accusés de l'instruction du dossier jusqu'à la barre. La présente session planchera sur 110 dossiers.

Les infractions retenues sont diverses. Il s'agit de 21 cas d'infractions contre les biens dont 4 atteintes aux biens publics ; 62 cas d'infractions contre les personnes et les m½urs (coups mortels, assassinats, parricide, pédophilie...) ; 5 cas de trafic de drogues, etc. La particularité de cette session est que sur les 168 accusés 144 sont détenus.

Fousseyni SISSOKO

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Bamako

AFP

Mali: fermeture des bureaux du producteur d'or Randgold

Mali: fermeture des bureaux du producteur d'or Randgold

Liberté publique

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

AFP

Mali: un mort et des blessés dans des heurts

Mali: un mort et des blessés dans des heurts

procureur

AFP

Egypte: 67 personnes seront jugées pour le meurtre du Procureur général

Egypte: 67 personnes seront jugées pour le meurtre du Procureur général

AFP

Egypte: 67 personnes seront jugées pour le meurtre du Procureur général

Egypte: 67 personnes seront jugées pour le meurtre du Procureur général

AFP

L'Egypte accuse le Hamas d'être impliqué dans le meurtre de son Procureur général

L'Egypte accuse le Hamas d'être impliqué dans le meurtre de son Procureur général