mis à jour le

Commune de Toma : Le maire Bonaventure Toé installé dans ses fonctions

C'est devant une grande et enthousiaste foule que le Haut-commissaire de la province du Nayala a procédé à l'installation officielle du nouveau maire de la commune de Toma dans ses fonctions. C'était le 30 mars 2013, où maires sorti et entré ont, au cours de leur allocution, émerveillé le public en langue locale San.

Conseiller du secteur 5 de Toma à la faveur des élections municipales du 2 décembre 2012, celui qui a la charge au premier chef, de l'½uvre de plus de développement de la commune urbaine de Toma, a été élu maire le 8 janvier 2013. Et le 2 févier, il prit fonction en attendant son installation officielle ; ce qui est maintenant chose faite.

D'une population estimée aujourd'hui à environ 39 000 habitants, la commune de Toma partage le territoire provincial avec les communes rurales de Gossina, Yaba, Gassan, Kougny et Yé. Pour les cinq prochaines années, les regards de ces plus de 30 000 âmes seront tournés vers l'exécutif local dirigé par le maire Bonaventure Toé .

Née le 25 mars 1973 à Toma, Bonaventure Toé est un instituteur certifié qui totalise à ce jour 19 ans de service. Avant cette cérémonie d'installation, il a été élu par ses pairs le 28 mars dernier à Ouagadougou, Secrétaire adjoint chargé des questions d'éducation au sein du Bureau national de l'Association des municipalités du Burkina (AMBF).

« Je ne suis pas un politicien de taille », confie-t-il. Mais il semble être entouré de politiciens avertis. Il devra pouvoir bénéficier durant cette mandature, au moins-on peut espérer- de l'assistance politique des 42 autres conseillers de son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). En plus de ces derniers, le conseil municipal de Toma réuni 3 conseillers de l'UPR, 1 de l'ADF/RDA et 1 de l'UNDD.

L'appel à la cohésion sociale pour soutenir le maire

Le chef coutumier de la ville de Toma, le député Jean-Baptiste Dala, le Haut-commissaire de la province du Nayala, ont tour à tour à la tribune, appelé toute la population de la commune à soutenir le maire Bonaventure Toé.

Tout en appelant la population dans son ensemble à s'unir au maire dans l'½uvre de construction de la commune au cours des cinq prochaines années, le Haut-commissaire a émis le souhait qu'il y ait la concertation au sein du conseil municipal et que chaque conseiller joue pleinement son rôle. Aux conseillers des villages relevant de la commune de Toma, invite leur a été lancée de se conduire en « yeux et oreilles » des populations de ces villages.

L'occasion a également été celle pour le premier responsable de la province, d'appeler l'ensemble ses collaborateurs à soutenir le conseil municipal, avec la précision que « nous serons tous comptables des résultats » auxquels va parvenir l'exécutif local. Et d'inviter ce dernier à travailler à une plus grande disponibilité pour les populations qui l'ont commis, à communiquer suffisamment et à développer un bon réflexe de cohésion sociale.

Après avoir adressé ses vives félicitations et au conseil municipal sorti pour les énormes acquis engrangés, et à celui qui vient de faire son entrée pour avoir mérité la confiance des populations, le prédécesseur de Bonaventure Toé, l'honorable Jean-Baptiste Dala a, de vive voix, appelé tout le monde à soutenir franchement, dans un élan de vrai cohésion sociale, le nouvel conseil municipal. Dans ce sens, il a exprimé son ambition de travailler personnellement à la cohésion des fils et filles du Nayala, en précisant que sans cette cohésion, tous les efforts pour le développement de la commune de Toma resteront vains. Le Secrétaire parlementaire Dala dit faire confiance à cette nouvelle équipe de conseillers dirigée par un jeune, à qui il confie n'avoir pas hésité à céder la place.

Au-delà de la cohésion sociale, il importe que chaque fils et fille de la commune s'investisse véritablement dans la construction de la cité.

Des priorités, la nouvelle équipe en a ciblées

Devant la population de Toma et au nom de l'ensemble de son équipe, le maire a annoncé en des termes clairs, tout de même quelque peu rassurants, la mise en ½uvre de projets répondant aux besoins sociaux de base. « Durant notre mandat, nous allons nous atteler à développer le secteur de l'éducation à travers la normalisation des écoles et l'ouverture de nouvelles écoles, la réhabilitation de salles de classe et la construction de logements pour enseignants », a annoncé Bonaventure Toé. L'appui au centre préscolaire et d'alphabétisation préscolaire ne sera pas en reste.

Le secteur de l'eau et de l'assainissement verra la réhabilitation et la réalisation de forages. Dans ce sens, et « au regard de la taille des populations de Koin et de Zouma, nous y prévoyons la réalisation d'un système d'adduction en eau potable simplifié » a précisé le maire. Conformément à la lettre et à l'esprit du système de gestion des infrastructures hydrauliques, des programmes de formation en gestion des points d'eau seront planifiés et exécutés. La mairie envisage la réalisation de latrines familiales et de bacs à ordures pour l'amélioration du cadre de vie.

Autre secteur, autre annonce forte : « nous prévoyons pour le secteur du sport et des loisirs, l'aménagement de terrains de football et la construction de centres de loisirs ».

Les préoccupations du monde rural seront prises en compte. « Nous poursuivrons les efforts d'accompagnement et d'organisation des producteurs », a promis le maire Toé. La planification des actions de développement resteront toujours sensibles à la préservation et à la sauvegarde de l'environnement, foi du maire. Des brigades vertes seront créées et équipées pour faire de Toma une ville à propreté enviable.

En ce qui concerne le secteur de la santé, la mairie se fera le devoir de rapprocher davantage les structures sanitaires de santé des populations, à travers notamment la construction de CSPS (Centre de santé et de promotion sociale) dans deux villages, Sien et Kolan. La réalisation de la clôture du CSPS urbain est envisagée en vue de préserver la sécurité et l'intimité des malades et du personnel soignant. Des réflexions seront engagées en vue de mettre en place un mécanisme dynamique pour la prise en charge des indigents.

Pour l'amélioration du niveau des recettes propres et l'émergence d'une masse critique d'acteurs du commerce, des infrastructures marchandes, en l'occurrence des boutiques de rues, seront réalisées.

Ce sont autant de chantiers prioritaires que comptent ouvrir avec sagacité le nouvel conseil municipal de Toma. Encore faut-il au préalable, réussir la mobilisation des ressources nécessaires.

La mobilisation des ressources : le point de départ

Le maire Bonaventure semble avoir pris la mesure de cette priorité. En effet, avant de dérouler son programme d'activités, le maire a appelé à la mutualisation des compétences et à la mobilisation des ressources financières. Pour lui, il importe que chacun se demande constamment ce qu'il fait pour sa commune sans seulement attendre tout d'elle. En clair, l'exécutif communal a besoin de la mobilisation des ressources aussi bien humaines que financières.

La grande difficulté de notre commune est la mobilisation des recettes, relève le maire Bonaventure Toé. Or, précise-t-il, « sans argent, nos ambitions de développement resteront des v½ux pieux ».

« Payons nos taxes, mettons quelque chose dans le panier commun », c'est en ces termes que le maire invite les contribuables à s'acquitter des taxes et autres impôts au profit du budget communal, avec la précision qu'il ne sera pas demandé à quelqu'un de payer ce qu'il ne peut pas payer. Et d'ajouter tout souriant, « de la manière dont on ira frapper à la porte de nos frères et s½urs de la diaspora, des ONG, c'est de cette même manière, qu'on viendra devant vos boutiques, vos kiosques, vos hangars de petits commerçants. Accueillez nos agents collecteurs avec le sourire et mettez la main dans la poche ».

A tout le moins, il peut compter sur la franche collaboration de son prédécesseur ne serait-ce que parce qu'ils sont de la même famille politique, qui du reste, annonce être disposé à partager son expérience. Déjà laisse-t-il entendre « en tant que maire, il faut être avec la population et il faut en plus de ce que l'on fait comme réalisations, lui (population) partager ses intentions de développement de la cité ».

C'est un maire particulièrement émue, écharpe au ceinturon, qui a embrassé la foule et posé avec parents, amis, connaissances, autorités administratives, à la fin de la cérémonie.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

maire

AFP

Unesco: un prix pour le maire de Lampedusa pour son aide aux migrants

Unesco: un prix pour le maire de Lampedusa pour son aide aux migrants

AFP

Sénégal: le maire de Dakar incarcéré pour détournement présumé

Sénégal: le maire de Dakar incarcéré pour détournement présumé

AFP

Afrique du Sud: le nouveau maire de Johannesburg veut tourner la page de l'ANC

Afrique du Sud: le nouveau maire de Johannesburg veut tourner la page de l'ANC