mis à jour le

RNI : Sale temps pour Mezouar !

Apparemment, le président du RNI Salaheddine Mezouar n'aurait jamais imaginé se trouver avec son parti dans une situation pareille. Lui, qui avait de grandes ambitions pour la présidence du gouvernement, fait face aujourd'hui à des enjeux politiques de taille. Aussi bien sa carrière politique que l'avenir d'un RNI abandonné (après le jour j) par ses véritables architectes, restent entre parenthèses ! Toujours pointé du doigt par des députés PJD sur ''des présumées primes accordées ça et là pendant son mandat à la tête de l'Economie et des Finances'', le Président du RNI s'est vu quelque part perturbé par cette affaire lourde de conséquences politiques pour un RNI aujourd'hui dans l'opposition.

Idem pour le dernier rapport de la Cour des Comptes qui a démontré, chiffres à l'appui, des failles et des anomalies dans le bilan financier du RNI.

Au Parlement cette fois-ci, le RNI n'arrive toujours pas à s'imposer comme il se doit à cause d'un PAM bien plus virulent à l'endroit du Gouvernement Benkirane.

Et la liste n'est pas close !

En interne, le RNI n'est pas à l'aise. Les rangs du parti sont dispersés ces derniers temps. Nombreux aujourd'hui les Rnistes qui sont mécontents et déçus par le rendement de Mezouar et le parcours du parti depuis sa réélection. De plus, le retard accusé dans la tenue du Conseil National, qui doit avoir lieu tous les six mois, conformément aux statuts du parti, est de nature à compliquer l’examen de plusieurs questions, qui auraient dû, à leurs yeux, être tranchées lors de la 1ère réunion du Conseil national, tenue juste après le congrès d’avril 2012.

Les auteurs de l’ “Appel du Conseil national” estiment que la session dudit Conseil, tenue le week-end dernier, “intervient dans une conjoncture marquée par le déclin et la régression du parti à plusieurs niveaux, à cause des décisions et des choix irréfléchis de la direction”. Le communiqué fustige également des “décisions individuelles” et la “mainmise de la direction” sur tous ce qui détermine l’avenir du parti, à travers un “Bureau Politique qui manque d’expérience, de compétence et de créativité”.

Face à ces critiques, Mezouar estime que ces reproches sont des “tentatives de semer le doute émanant de personnes qui n’adhèrent pas sérieusement à l’action partisane ou qui sont gênées par la démocratie interne”. A ses yeux, la meilleure réplique à ces critiques réside dans l’action “engagée dans le respect total des règles arrêtées par le congrès”.

Ces critiques “ne sont que des réactions subjectives de personnes qui se trouvent en dehors des structures du parti et d’autres dont les positions sont gênées par la démocratie interne”, dit-il, tout en appelant “à immuniser le parti des surenchères stériles et oeuvrer à panser les blessures au niveau interne”.

Dur, dur de garder la bonne direction dans un tel contexte !

H.Z

______________________________________________________________________________________________

Ce que reproche Mezouar à Benkirane 

Selon le patron du RNI, le Maroc, sous le gouvernement actuel, vit au rythme de “régressions aux niveaux économiques et socials , en raison du manque de vsion et de capacité de prise de décision”.  Mezouar estime que le gouvernement actuel a prouvé qu’il est “incapable d’accompagner les chantiers de réformes ouverts au cours de la dernière décennie”. Selon lui, le gouvernement a montré ses limites de trouver des solutions alternatives et innovantes pour maintenir un taux de croissance de 5 % et maîtriser les équilibres macroéconomiques. Il a, en outre, souligné que le gouvernement n’a pas pu non plus gagner la confiance des investisseurs, ce qui conduirait inéluctablement à la baisse de la consommation et de la production, relevant que nombre de “dysfonctionnements entachent les politiques sectoriels”, dont celles relatives à la gestion et la réformes de la Justice, la Santé et l’Enseignement. Le gouvernement est également “incapable de prendre les décisions économiques et stratégiques avec la rapidité requise et au moment opportun, à l’ère d’une globalisation rampante”.

________________________________________________________________________________________________________

Le plan d'urgence Mezouar pour le RNI

Le président du RNI assure qu’un progrès important a été réalisé au niveau de la consécration du choix de la décentralisation, notamment par la tenue jusqu’à présent, de quatre congrès régionaux, sachant que les 12 autres congrès restants auront lieu d’ici juin prochain. Et de noter qu’un cadre général a été établi pour la mise en place des structures parallèles, qui seront opérationnelles incessamment. Il souligne, en outre, que le parti a mis en place des représentations à l’étranger, notamment en Italie et en France, précisant que d’autres structures de ce genre sont prévues.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé 

salé

Ambroise DAGNON

Sale temps pour Messi: quelle incidence sur le Ballon d’or?

Sale temps pour Messi: quelle incidence sur le Ballon d’or?

Ambroise DAGNON

FC Barcelone : Sale temps pour Jordi Alba, de nouveau absent pour 6 semaines

FC Barcelone : Sale temps pour Jordi Alba, de nouveau absent pour 6 semaines

Amal Galla - Lemag

Une réalisatrice saoudienne brave les tabous de la société et s'illustre au festival du cinéma de Salé

Une réalisatrice saoudienne brave les tabous de la société et s'illustre au festival du cinéma de Salé

temps

AFP

CAN: le Ghana engrange, El-Hadary défie le temps

CAN: le Ghana engrange, El-Hadary défie le temps

AFP

Dopage: le président kényan demande du temps et se dit optimiste pour les JO

Dopage: le président kényan demande du temps et se dit optimiste pour les JO

AFP

Le temps d'un festival, le Mali meurtri rêve d'une renaissance culturelle

Le temps d'un festival, le Mali meurtri rêve d'une renaissance culturelle