mis à jour le

Guerre au nord : Pourquoi le colonel Gamou a été relevé de son commandement

Le colonel-major malien, El Hadji Ag Gamou, a été rappelé de toute urgence à Bamako pour des explications. Le colonel-major El Hadji Ag Gamou, qui dirigeait des opérations militaire contre les jihadistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) à Gao, a été rappelé par le chef d'état-major général des armées à Bamako il y a environ trois semaines.

Lt Colonel Gamou

À Bamako, on explique que ses divergences avec les militaires français au front, notamment dans la gestion du dossier du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), sont à l'origine de cette convocation. Ag Gamou avait en effet fait arrêter  trois responsables du MNLA dont Abdoul Karim Ag Matafa, alors que ces derniers se rendaient à un rendez-vous avec des militaires français à Menaka, le 9 février. Il serait également reproché à Gamou une implication dans l'évasion du maire de Tarkint, Baba Ould Cheick, qui avait été arrêté dans le cadre de l’enquête menée par la justice malienne sur un trafic de drogue. En outre, des bruits persistants faisaient état du projet d'Ag Gamou de se rendre, avec ses 700 combattants, à Kidal, une ville jusque là sous le contrôle des forces franco-tchadiennes, en ce qui concerne l'aéroport et, pour le reste, du Mouvement islamique de l'Azawad (MIA) et du MNLA. Le colonel Gamou ne souhaite pas s'étendre sur ces dissensions. «Je suis là (à Bamako), dans le cadre du travail et pas d'autre chose. Il n'y a pas de problème », assure-t-il à nos confrères de Jeune Afrique. Mais dans son entourage proche, on reconnaît qu'il est très affecté par sa convocation. « Depuis son retour à Bamako, Gamou est complètement démoralisé, il nous a dit qu'il ne reprendrait l'initiative qu'après la tenue des élections », confie à Jeune Afrique l'un de ses fidèles.

Au niveau du haut commandement malien, Procès-Verbal a pu glaner quelques informations supplémentaires. Ainsi, il serait reproché au colonel Gamou d’avoir quitté, sans ordre de la hiérarchie, les positions qui lui avaient été assignées dans la région de Gao pour se retrouver jusqu’à Tessalit, en pleine zone franco-tchadienne. La chose aurait déplu aux généraux français qui ne veulent, pour l’instant, avoir aucun soldat malien dans les pattes dans la région de Kidal où la chasse aux jihadistes bat son plein dans le massif des ifoghas. « Le colonel Gamou a gardé les vieilles habitudes qu’il avait prises sous le président ATT; ayant toute la confiance de ce dernier, l’officier agissait à sa guise, sans se soucier de plans d’ensemble ou de chaîne de commandement. C’était un électron libre dans l’armée, qui prétendait ne recevoir d’ordres que de Koulouba », analyse un officier. La même source nous confie que l’unité commandée par le colonel Gamou, majoritairement composée de combattants touaregsImghads (l’ethnie de Gamou) sera reconstituée et repositionnée sur le théâtre des opérations. « Gamou ne gardera plus le commandement de cette unité car elle sera démembrée et répartie entre plusieurs chefs militaires », révèle notre source.

 

Tiékorobani

guerre

AFP

Soudan du Sud: un pays ravagé par la guerre civile

Soudan du Sud: un pays ravagé par la guerre civile

AFP

Washington demande au Kenya de s'attaquer

Washington demande au Kenya de s'attaquer

AFP

Le Congolais Bemba acquitté de crimes de guerre et crimes contre l'humanité

Le Congolais Bemba acquitté de crimes de guerre et crimes contre l'humanité

été

AFP

Le "héros" malien Mamoudou Gassama a été régularisé

Le "héros" malien Mamoudou Gassama a été régularisé

AFP

Egypte: arrestation d'un blogueur qui avait déj

Egypte: arrestation d'un blogueur qui avait déj

AFP

Libye: 1.334 réfugiés vulnérables ont été évacués par le HCR

Libye: 1.334 réfugiés vulnérables ont été évacués par le HCR