mis à jour le

Nos trois piliers de la sagesse

Par Boubaker Ben Fraj

Pour les chinois, Fuk, Luk et Sau, communément appelés les trois sages, sont des divinités inséparables, qui se complètent pour incarner le bonheur, la richesse, la prospérité et la longévité. C'est pourquoi, ils sont aimés et très vénérés. Cette trinité de la sagesse, la plus populaire des divinités de tout le panthéon chinois, est représentée par trois statuettes, toujours mignonnes et bienveillantes, qui occupent en tant que porte-bonheurs, les meilleurs emplacements dans toutes les maisons et les lieux de culte et de prière.
Les Japonais et autres peuples d'Asie, ont quant à eux dans leur mythologie, une autre trinité de la sagesse. Mais à la différence de celle des chinois, les trois sages du Japon sont symbolisés métaphoriquement par trois petits singes, assis l'un à côté de l'autre, l'un se couvrant les yeux de ses mains, l'autre se bouchant les oreilles et le troisième se recouvrant la bouche. Ces trois petits singes donnent une autre conception de la sagesse, qui se résume à ne pas voir ce qu'il ne faut pas voir, ne pas entendre ce qu'il ne faut pas entendre, et enfin, ne pas dire ce qu'il ne faut pas dire.
Ces deux trios divins de la sagesse du lointain Extrême Orient, m'étaient subitement venus à l'esprit, à l'instant où j'entendais il y a quelques jours, notre président provisoire de la République, Mohamed Moncef Marzouki, inventif et imprévisible comme il est, gratifier les Tunisiens de leur propre trinité de la sagesse. C'était au cours de l'une de ses déconcertantes et malencontreuses escapades verbales tenues hors du pays, face aux caméras de sa chaine favorite : Al Jazira.
Le plus étrange dans cette histoire, est que Marzouki n'a pas eu seulement l'insigne « modestie » de s'autoproclamer membre à part entière de notre trinité nationale de la sagesse, mais aussi de se considérer missionné pour en désigner ses deux autres piliers, qui ne sont autres que ses deux alliés à la Troïka : Rached Ghanouchi d'un côté, et Mustpha Ben Jaafar de l'autre. Ainsi, la boucle est bouclée et notre trio des sages est au grand complet !
Maintenant on sait, grâce à cette indiscrétion mesurée, que la Tunisie dispose, de ses trois sages. On sait aussi qu'aussi longtemps qu'elle saura les conserver à ses commandes, les Tunisiens peuvent être tranquilles, sereins, heureux et totalement confiants dans leur présent et dans l'avenir.
N'ont-ils pas déjà donné, dans le laps de temps qu'ils ont tenu les arènes, la preuve de leur grande clairvoyance, en menant le pays droit vers la paix, la sérénité, la concorde et la prospérité ?
Un parcours sans fautes, ni ratages, ni bavures, quoi qu'en pensent ou disent leurs opposants et détracteurs malveillants, fussent-ils les laïcs, les radicaux de gauche et toutes les autres forces occultes, qui ne cessent de pousser le pays vers l'instabilité, la discorde et la violence.
Sauf que nos trois sages sont là pour tenir le gouvernail et empêcher les vindictes, les bains de sang et les échafauds dans les places publiques
C'est donc la sagesse contre le chaos que les Tunisiens auront désormais à choisir. Et qui incarnerait mieux cette sagesse tunisienne salvatrice que la Troïka et ses trois piliers transcendants :Marzouki , Ghannouchi et Ben Jaafar ? Que la grâce de l'éternel nous les préserve !
Alors, pourquoi ne les érigerions-nous pas en culte, en dressant comme porte-bonheur, leurs portraits fétiches et si photogéniques, l'un à côté de l'autre, partout où nous tournons le regard.

Source

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes