SlateAfrique

mis à jour le

Le secteur bancaire africain a son forum

En Afrique, le faible taux de bancarisation (estimé à 10%) n’empêche pas au secteur d’être en pleine expansion sur le continent —à tel point que plusieurs pays africains organisent depuis trois ans un forum qui lui est entièrement consacré, l’Africa Banking Forum (ABF).

Tel que le souligne le site du quotidien La Presse de Tunisie, il s’agit d’«une réelle plateforme d’échange où sont présents chaque année plus de 200 délégués régionaux et internationaux afin de débattre des enjeux de la dynamique bancaire et des perspectives de développement du secteur dans la région».

L’ABF 2011 se déroulera à Tunis (Tunisie) du 2 au 4 juin 2011 avec pour thème les «Nouveaux leviers pour la banque de demain» (PDF). Les éditions 2010 et 2011 de cet événement («Le défi de la bancarisation» [PDF] en 2009 et «La dynamique post-crise»  [PDF] en 2010), organisé en partenariat avec la Banque africaine de développement, s'étaient déroulées à Marrakech (Maroc).

Le quotidien souligne que cette édition «se focalisera sur les leviers de développement internes et externes permettant aux banques africaines d’améliorer leur compétitivité et occuper une place de choix dans l’échiquier financier régional et international. De ce fait, Africa Banking forum 2011 se veut un point de jonction incontournable permettant aux acteurs du secteur de partager, échanger et débattre leurs idées, réflexions, ainsi que leurs expériences».

Malgré les incertitudes liées à la Révolution du jasmin en Tunisie, le site Afrik.com indique:

«Le comité organisateur a choisi d’organiser cette édition en Tunisie en tant que hub financier et bancaire régional de premier ordre.»

Le site Afrique en ligne cite en effet un rapport rendu par le cabinet d'intelligence économique Oxford Business Group (OBG), selon lequel «2011 devrait être une année sans souci particulier pour les banques tunisiennes». En 2010, OBG estimait que «les bénéfices nets du secteur bancaire ont augmenté de plus de 20% par rapport à 2009 pour atteindre 504 millions de dinars (257 millions d’euros) en 2010».

Lu sur La Presse de Tunisie