mis à jour le

Lettre ouverte : Au président de la République

Nous ne pouvons plus refouler ce besoin inextricable de nous adresser à vous ouvertement. Par la présente, nous souhaitons attirer votre attention sur la détérioration persistante du climat de travail pour les journalistes par les agressions répétées contre eux et surtout la réduction des ressources des entreprises de presse.

Des Maliens regardent des Une de journaux à Bamako © AFP

A plusieurs occasions depuis votre installation comme président de la République par intérim, nos organisations ont tiré la sonnette d'alarme en dénonçant plusieurs cas de tentatives d'assassinats de journalistes, de menaces et d'arrestations et de séquestrations des professionnels de l'information, et enfin sur les difficultés des entreprises de presse à pouvoir travailler convenablement.

Et rien n'a été fait pour que la situation s'améliore. Pis, nos organisations ont été totalement déçues par les derniers coups portés contre elles qui préfigurent, si on n'y prend garde, à une limitation grave des moyens des entreprises de presse à l'approche des échéances électorales annoncées.

A la honteuse torture de notre confrère Boukary Daou par la Sécurité d'Etat, il faut ajouter maintenant la privation des organes de l'appui nécessaire à leur implication dans la sortie de la crise. Alors qu'on nous a enlevé 61 % de l'aide publique aux entreprises de presse soit plus de 109 millions de F CFA sur les 200 millions de F CFA, on vient d'attribuer aux partis politiques une aide financière de l'Etat d'un montant de 1 milliard 718 millions 704 mille 443 F CFA au compte de l'année 2012 comme si l'effort de guerre doit être consenti par les uns et non les autres.

Sur cette enveloppe qu'aucun Malien ne comprend ni n'accepte, le gouvernement a, sur la base du rapport de vérification des comptes de 2012, établi par la Cour suprême, sur 47 partis politiques ayant fourni des dossiers, 41 sur plus de 100 ont été déclarés éligibles audit financement au regard des critères définis par la loi.

Il nous paraît, M. le président de la République, de notre responsabilité de vous alerter sur les conséquences extrêmement graves de ces traitements injustes des acteurs publics, dont les effets seront obligatoirement contreproductifs et viendront contrarier votre volonté de mener à bien la transition politique en cours.

En tant que garant de la Constitution, nous vous demandons tout simplement de réparer cette grave injustice, car comme les partis, c'est la loi 00-046-AN/RM, portant Régime de la presse et délit de presse qui institue l'aide à la presse.

Nous savons pouvoir compter sur votre soutien et vous en remercions.

Assep-Groupe-Urtel

lettre

AFP

Lettre aux présidents burkinabè et français

Lettre aux présidents burkinabè et français

AFP

Maroc: polémique autour d'une lettre attribuée

Maroc: polémique autour d'une lettre attribuée

Actualités

Lettre d’Alger : La surexcitation

Lettre d’Alger : La surexcitation

président

AFP

Tanzanie: le président Magufuli "attristé" par la mort des Casques bleus en RDC

Tanzanie: le président Magufuli "attristé" par la mort des Casques bleus en RDC

AFP

Zimbawe: le nouveau président appelle

Zimbawe: le nouveau président appelle

AFP

Cameroun: le président Biya dénonce les "attaques

Cameroun: le président Biya dénonce les "attaques

république

AFP

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

AFP

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation