mis à jour le

Tombouctou nettoyée des djihadistes

Trois nouveaux djihadistes ont été tués lundi à Tombouctou (nord-ouest du Mali) lors d’opérations de ratissage menées par des soldats maliens et français dans la ville, théâtre la veille de violents combats qui ont fait sept morts, a indiqué une source militaire.

“Au cours de notre opération de ratissage, l’armée malienne et l’armée française ont détruit avec l’aide de moyens militaires un bâtiment public situé au centre-ville où les terroristes se sont réfugiés. Nous avons pour le moment découvert trois corps de terroristes”, a déclaré un officier malien, cité par des médias.

Dans la nuit de samedi à dimanche, des rebelles djihadistes avaient réussi à s’infiltrer dans la ville de Tombouctou (900 km au nord de Bamako) où ils avaient ouvert deux fronts dans le centre-ville, l’un vers un hôtel servant de résidence temporaire au gouverneur de la région de Tombouctou, et l’autre vers l’unique camp militaire de la ville occupé par les soldats maliens, selon des sources militaires.

Dans un premier temps, un kamikaze en voiture avait tenté de forcer, sans succès, un barrage militaire à l’une des entrées de Tombouctou. Il s’est donné la mort en actionnant sa ceinture d’explosifs, blessant un militaire malien, avait indiqué une source sécuritaire.

Profitant de cette attaque kamikaze, des djihadistes se sont infiltrés dans la ville, donnant lieu à d’intenses combats contre l’armée malienne, soutenue par l’armée française. “Cet appui était composé d’un peloton et d’une section, soit une cinquantaine d’hommes. (…) Une patrouille de Mirage 2000 D et une patrouille de Rafale ont été mises en action”, a précisé dimanche soir à Paris le porte-parole de l’état-major de l’armée française, le colonel Thierry Burkard.

Par précaution, le gouverneur, des notables de Tombouctou et deux journalistes étrangers ont été évacués par l’armée française de l’hôtel de résidence du gouverneur, a de son côté indiqué une source sécuritaire malienne.

Le bilan des affrontements de dimanche faisait état de sept morts: un soldat malien, un civil nigérian et cinq djihadistes, dont deux kamikazes, selon des sources militaires maliennes, qui ont aussi fait état de quatre soldats maliens blessés. De son côté, le colonel Burkard a annoncé la blessure d’un militaire français.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

Tombouctou

AFP

Mali: un militaire et un civil assassinés

Mali: un militaire et un civil assassinés

AFP

CPI: les mausolées détruits

CPI: les mausolées détruits

AFP

Mali: les mausolées de saints musulmans

Mali: les mausolées de saints musulmans

Djihadistes

Opération Barkhane

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Terrorisme

À la frontière tunisienne, une attaque de grande ampleur était redoutée depuis des mois

À la frontière tunisienne, une attaque de grande ampleur était redoutée depuis des mois

Egypte

Qui sont les djihadistes égyptiens d'Ansar beït al-Maqdess qui ont allégeance à Da'ech?

Qui sont les djihadistes égyptiens d'Ansar beït al-Maqdess qui ont allégeance à Da'ech?