mis à jour le

Sénégal : les défenseurs des droits de l’homme demandent le respect de la présomption d’innocence

Alors que des enquêtes sur les biens mal acquis se sont ouvertes au Sénégal mais qu'aucune poursuite n'est encore engagée, le refus de laisser sortir du territoire les dirigeants de l'ancien parti au pouvoir, le PDS, fait polémique. Les trois principales organisations sénégalaises de défense des droits de l'homme sont montées au créneau, ce lundi 1er avril, pour rappeler que l'Etat du Sénégal devait se conformer à la décision de la Cour de justice de la Cédéao qui avait demandé au Sénégal de respecter la présomption d'innocence.

Dans son arrêt du 22 février, la Cour de justice de la Cédéao (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) avait estimé que « l'interdiction de sortie du territoire telle qu'elle avait été faite n'avait pas de base légale ». Forts de cette décision, les anciens ministres Oumar Sarr, Madické Niang, Samuel Sarr et Karim Wade se sont rendus, vendredi 29 mars, à l'aéroport, accompagnés d'un huissier de justice pour faire le constat qu'ils étaient encore soumis à une interdiction de sortie du territoire. Le PDS (Parti démocratique sénégalais) a aussitôt annoncé qu'il allait saisir de nouveau la Cour de justice pour demander cette fois la suspension du Sénégal de la Cédéao.

Lundi 1er avril, les trois organisations sénégalaises de défense des droits de l'homme, la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho), la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) et Amnesty International ont tenu à rappeler que l'Etat du Sénégal devait se conformer à toutes les décisions de la Cour de la Cédéao, qu'elles lui soient favorables ou défavorables.

«La lecture de l'arrêt diffère», pour le gouvernement

« Ne pas le faire constituerait un précédent dangereux », explique Assane Dioma Ndiaye, de la LSDH. Pour lui, « la Cour de la Cédéao a été claire. Interdire à une personne de quitter le territoire national en l'absence de toute poursuite est une atteinte à ses libertés fondamentales. »

De son côté, Abdou Latif Coulibaly, le porte-parole du gouvernement, affirme que les termes de l'arrêt de la Cour de la Cédeao ont été « scrupuleusement respectés » puisqu'une notification écrite a été envoyée aux intéressés. « C'est la lecture de l'arrêt qui diffère », selon lui.

Rfi.fr

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Sénégal

AFP

CAN: pas de miracle pour l'Algérie, qui laisse Tunisie et Sénégal passer en quarts

CAN: pas de miracle pour l'Algérie, qui laisse Tunisie et Sénégal passer en quarts

AFP

CAN: l'Algérie démunie et sortie par un solide Sénégal

CAN: l'Algérie démunie et sortie par un solide Sénégal

AFP

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

droits

AFP

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

AFP

Centrafrique: les violations des droits de l'homme en hausse, selon l'ONU

Centrafrique: les violations des droits de l'homme en hausse, selon l'ONU

AFP

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

respect

AFP

Mali: défense et respect des Constitutions au sommet France-Afrique

Mali: défense et respect des Constitutions au sommet France-Afrique

AFP

Burundi: la communauté internationale appelle au respect de l'accord d'Arusha

Burundi: la communauté internationale appelle au respect de l'accord d'Arusha

AFP

Djibouti: l'opposition tape du poing sur la table et exige le respect des accords politiques

Djibouti: l'opposition tape du poing sur la table et exige le respect des accords politiques