mis à jour le

Soudan : libération des premiers détenus politiques après une amnistie

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

Khartoum a libéré mardi six détenus politiques, les premiers au lendemain d'une amnistie annoncée par le président soudanais Omar el-Béchir qui a solennellement invité ses rivaux au dialogue.

Six détenus ont été vus par un photographe de l'AFP en train de quitter la prison de Kober à Khartoum pour retrouver leurs proches en larmes.

Parmi eux figuraient Hisham Mufti et Abdel Aziz Khalid, deux opposants en détention depuis trois mois.

Selon Amnesty International, ils faisaient partie, avec quatre autres personnes, d'un groupe de figures de l'opposition arrêtées pour avoir rencontré en janvier à Kampala en Ouganda des rebelles et ratifié une charte prévoyant un renversement du régime de M. Béchir au pouvoir depuis 24 ans.

En février, Human Rights Watch avait appelé le Soudan à inculper ou à libérer ces six opposants, arrêtés après la rencontre de Kampala au cours de laquelle une coalition de partis politiques soudanais et de personnalités de la société civile avait ratifié la charte de la Nouvelle aube avec des représentants rebelles venus des régions soudanaises du Darfour, du Kordofan-Sud et du Nil-Bleu.

Ce pacte fixe comme objectif un changement de régime du président Béchir, à la fois par les armes et par des moyens pacifiques.

Intervenant lundi à l'ouverture d'une session parlementaire, M. Béchir a annoncé la libération de tous les prisonniers politiques et a relancé une invitation au dialogue.

"Nous annonçons aujourd'hui une décision de libérer tous les prisonniers politiques et renouvelons notre engagement, auprès de toutes les forces politiques, en faveur du dialogue", a déclaré M. Béchir sans donner d'indications sur le nombre de prisonniers concernés, ni de calendrier.

"Nous confirmons que nous allons continuer à communiquer avec toutes les forces politiques et sociales, sans exclure personne, y compris ceux qui sont armés, en vue d'un dialogue national qui apportera une solution à toutes les questions", a-t-il ajouté.

L'annonce du président soudanais a été accueillie favorablement par l'opposition mais plus fraîchement par les rebelles.

Farouk Abou Issa, chef de l'Alliance de l'opposition, qui rassemble une vingtaine de partis, a évoqué "un pas en direction d'un véritable dialogue".

Elle a été saluée comme une "très bonne nouvelle" et d'"un pas en avant", par Farouk Mohamed Ibrahim, membre de l'Organisation soudanaise de la défense des droits et des libertés.

Une source diplomatique à Khartoum a qualifié l'annonce du président Béchir de positive, tout en estimant qu'il était encore trop tôt pour savoir à quoi elle allait mener.

"On doit attendre jusqu'à ce que nous voyons des résultats clairs", a indiqué cette source sous couvert de l'anonymat."L'action est ce qui compte ici au Soudan", a-t-elle indiqué à l'AFP.

Le chef des rebelles de la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N), Malik Agar, s'est en revanche refusé à tout commentaire avant de savoir quels prisonniers allaient être libérés.

Selon M. Ibrahim, il y a "un grand nombre" de prisonniers au Kordofan-Sud et au Nil bleu, dont 118 détenus du SPLM-N suivis par son organisation dans la seule région du Nil bleu.

L'armée et le SPLM-N s'affrontent depuis l'été 2011 dans ces deux régions frontalières avec le Soudan du Sud où Khartoum cherche à affirmer son autorité.Les combats meurtriers ont touché un million de personnes, dont 200.000 ont dû se réfugier en Ethiopie ou au Soudan du Sud.

Le Soudan a besoin d'une nouvelle Constitution pour remplacer celle de 2005 basée sur l'accord de paix qui avait mis fin à 23 ans de guerre civile entre Nordistes et Sudistes et entraîné la sécession du Soudan du Sud en juillet 2011.

Le vice-président soudanais Ali Othmane Taha, potentiel successeur de M. Béchir s'était déclaré en mars favorable à une participation des rebelles combattant contre l'armée dans le sud, avec lesquels Khartoum avait jusqu'à présent exclu tout dialogue, à l'élaboration de la nouvelle Constitution.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Soudan

AFP

Le Soudan va ouvrir des "corridors humanitaires" pour aider le Soudan du Sud

Le Soudan va ouvrir des "corridors humanitaires" pour aider le Soudan du Sud

AFP

Soudan du Sud: 6 travailleurs humanitaires tués dans une embuscade

Soudan du Sud: 6 travailleurs humanitaires tués dans une embuscade

AFP

Soudan du Sud: déploiement de la force régionale "fin avril, début mai"

Soudan du Sud: déploiement de la force régionale "fin avril, début mai"

libération

AFP

Niger: libération de prisonniers du coup d'État présumé de 2015

Niger: libération de prisonniers du coup d'État présumé de 2015

AFP

Libération d'un humanitaire tchèque détenu au Soudan

Libération d'un humanitaire tchèque détenu au Soudan

AFP

Kenya: le gouvernement veut la libération des syndicalistes médicaux

Kenya: le gouvernement veut la libération des syndicalistes médicaux

détenus

AFP

Sénégal: grâce présidentielle pour près de 500 détenus

Sénégal: grâce présidentielle pour près de 500 détenus

AFP

RDC: un journaliste et un collaborateur de l'AFP détenus pendant dix heures

RDC: un journaliste et un collaborateur de l'AFP détenus pendant dix heures

AFP

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: 2 Sud-africains blancs détenus

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: 2 Sud-africains blancs détenus