mis à jour le

Le Premier ministre Django Cissoko à propos de la transaction avortée pour l’achat de 200 véhicules en appui à l’effort de guerre : « L’AMRTP n’a pas vocation à passer des marchés pour l’armée… »

Suite à notre article paru dans L'Indépendant du 29 mars dernier, intitulé : « Suspicions et tiraillements autour des 8,9 milliards FCFA offerts à l'armée par l'AMRTP », le Premier ministre Django Cissoko nous a reçu, le même jour, dans son somptueux bureau à la Cité administrative, pour nous donner quelques précisions sur les raisons qui ont conduit à l'annulation du marché de 8,9 milliards F CFA destiné à l'achat de 200 pick-up, 20 camions citernes de  18 et 33 m3 pour le transport d'eau et de carburant, de 10 ambulances pour l'évacuation des militaires blessés vers les hôpitaux et l'achat de carburant et de vivres pour l'armée. Pour le chef du gouvernement, « l'Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/TIC et des Postes (AMRTP) n'a pas vocation à passer des marchés pour l'armée. » S'il en est ainsi, quid de l'utilisation faite des 8,9 milliards FCFA de l'AMRTP, qui continue toujours à faire l'objet de fortes convoitises, de part et d'autre ? Y aura-t-il toute la transparence nécessaire autour de ce dossier ?  

Django Cissoko, Pm

En nous recevant, sans formalité particulière, à la Cité administrative, dans son vaste et somptueux bureau - remercions le défunt Guide libyen Mouammar Kadhafi pour ce joyau -, le Premier ministre, Django Cissoko a, dès l'entame, tout d'abord tenu à préciser : « Je suis contre l'opacité, pour la transparence... la justice et la presse jouent un rôle essentiel en démocratie...». Des mots prononcés avec forte conviction et suivis d'un long développement sur les deux thèmes, comme s'il faisait face à des étudiants venus écouter un cours magistral. Ce qui a eu pour vertu de mettre en confiance votre fidèle serviteur qui voyait, pour la première fois de si près, ce haut fonctionnaire, qui a gravi, au cours de sa riche et longue carrière, tous les échelons de l'administration publique jusqu'au sommet.

 

Les raisons de l'annulation du dossier de commande des 200 véhicules  
Abordant à l'objet de l'audience particulière qu'il m'a accordée, le vendredi 29 mars 2013, et qui avait trait au sulfureux dossier de l'annulation du projet de décret relatif à l'achat de 200 véhicules pour le compte des forces armées, il révèle que tout a commencé le 27 février 2013, quand, de retour d'une tournée qui l'a conduit notamment à Bruxelles et à Paris, il découvre dans l'ordre du jour du Conseil des ministres, qui se tient ce jour-là, un projet relatif à l'approbation d'un marché de 6,254 milliards F CFA destiné à l'achat de 200 véhicules tout terrain pour l'armée.

 

Ce dossier avait pourtant été introduit - comme il se doit – par le ministre de l'Economie, des Finances et du Budget, Tiéna Coulibaly. Ledit marché ayant été négocié, principalement par l'AMRTP avec un opérateur économique - vendeur de véhicules - bien connu de la place. Le marché global - en y ajoutant les 20 camions citernes et les 10 ambulances - faisait en tout 8,9 milliards F CFA. Tout cela avait été approuvé, suite aux négociations qui ont été menées entre le Régulateur l'AMRTP, les représentants du ministère des Finances et l'opérateur économique qui s'était engagé à fournir lesdits véhicules dans un délai maximum de 35 jours. Compte tenu de l'extrême urgence de la commande, l'opérateur avait promis de faire affréter spécialement  un bateau pour le transport de ce matériel qui devrait être livré à Bamako le 12 mars dernier.

 

Le dysfonctionnement de l'appareil d'Etat en cause
C'est donc en plein Conseil des ministres du 27 février 2013 que ledit projet  est retiré de l'ordre du jour. Motif : le Premier ministre est surpris par le fait que ledit marché de 6,254 milliards F CFA est signé, d'une part, par des représentants de l'AMRTP et, d'autre part, par l'opérateur économique. Pour le chef du gouvernement, Django Cissoko : « Le Régulateur n'a pas vocation à passer un marché pour l'armée. Ce n'est pas dans ses attributions....Cela revient au ministre des Finances et à celui chargé de la Défense ».  De ce fait, ordre est donné au Directeur général de l'AMRTP, Dr Choguel Kokalla Maïga, de virer le montant destiné à l'ensemble du marché – soit 8,9 milliards F CFA – sur un compte spécial sous la responsabilité du ministre des Finances. Sur instruction donc du chef du gouvernement, les fonds destinés à l'exécution de ce marché ont été versés au Trésor public pour « être utilisés à satisfaire les besoins exprimés par l'armée ».  Le projet d'approbation de ce marché n'arrivera donc pas à franchir l'étape décisive du Conseil des ministres.

Quant à l'opérateur de téléphonie mobile - les fonds provenant des redevances que les sociétés de téléphonie mobile versent à l'Etat-, qui avait demandé que lui soit remis 2,5 milliards FCFA sur cette contribution au motif qu'il a subi des dommages sur ses installations au nord du pays, il a été débouté de ses prétentions par le Premier ministre.

 

Voilà une bonne nouvelle qui doit, normalement, pousser le ministre de la Poste et des Nouvelles technologies, Bréhima Tolo, à la démission. En effet, le ministre en question avait instruit à  l'AMRTP de prélever 2,5 milliards F CFA sur les 8,9 milliards F CFA, déjà offerts à l'armée, pour les mettre à la disposition de l'opérateur de téléphonie mobile en question. Alors que ce sont là des fonds publics sur lesquels on ne saurait procéder à aucun dédommagement d'une entreprise privée internationale qui, de surcroît, réalise ses plus gros bénéfices dans notre pays. Après cette tentative de détouter des fonds publics dans le contexte guerre où nous sommes, tout gouvernement responsable est appelé à ouvrir une enquête. On continue à se demander comment un ministre peut prendre une telle décision - consistant à transférer 2,5 milliards FCFA de fonds publics dans les comptes d'un opérateur privé - sans avoir au préalable recueilli l'avis du chef du gouvernement. Cela mérite une enquête minutieuse et interpelle la Sécurité d'Etat si prompte à réagir dans d'autres cas...

 

Autre information : les bérets rouges viennent de recevoir les 36 véhicules tout terrain qu'il leur fallait pour monter au front. Ils seront dotés, sur décision du Premier ministre, en tout de 50 véhicules 4×4. Cela, compte tenu du fait que « chacun sait désormais là où il va...après avoir perçu ses arriérés de soldes et autres avantages ». Des bérets rouges qui ont, enfin, pu prendre la direction du nord, le dimanche dernier, pour rejoindre leurs frères d'armes engagés sur le front de libération totale du territoire national.
Après ce que le Premier ministre a dit, lors de notre entretien : « Je suis contre l'opacité, pour la transparence », on est en droit d'attendre du ministre de l'Economie, des Finances et du Budget, toute la transparence requise dans la gestion de ces 8,9 milliards F CFA. Personne ne saurait, après cela, faire prévaloir le sacro-saint principe de « Secret Défense » pour fermer la porte à la presse d'investigation et faire passer des « marchés gré à gré » dans une totale opacité avec forte odeur de népotisme et de favoritisme. Déjà il se raconte en ville  que la fille d'un riche homme d'affaires malien, venue spécialement de Lomé (Togo), est depuis dans nos murs pour négocier un contrat d'achat de véhicules pour l'armée  sur... le fonds en question. Et son partenaire dans cette affaire ne serait autre que le fils d'un très haut placé évoluant dans le secteur de l'automobile.

 

Affaire à suivre.
Mamadou FOFANA

 

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

ministre

AFP

Côte d'Ivoire: les militaires mutins dispersent des manifestants avant l'arrivée du ministre

Côte d'Ivoire: les militaires mutins dispersent des manifestants avant l'arrivée du ministre

AFP

Côte d'Ivoire: des tirs résonnent à nouveau à Bouaké

Côte d'Ivoire: des tirs résonnent à nouveau à Bouaké

AFP

Gabon: nouveau ministre du Pétrole sur fond de chutes des recettes

Gabon: nouveau ministre du Pétrole sur fond de chutes des recettes

transaction

group promo consulting

TRANSACTION IMMOBILIERE  Dakar aussi cher que Paris !

TRANSACTION IMMOBILIERE Dakar aussi cher que Paris !

satarbf

B.Al-Assad interdit aux syriens toute transaction commerciale en devises étrangères

B.Al-Assad interdit aux syriens toute transaction commerciale en devises étrangères

Actualités

La voix des Agriculteurs met en garde contre une nouvelle transaction d’importation de moutons

La voix des Agriculteurs met en garde contre une nouvelle transaction d’importation de moutons

véhicules

AFP

L'artère principale de Tunis interdite aux véhicules en raison de "menaces terroristes"

L'artère principale de Tunis interdite aux véhicules en raison de "menaces terroristes"

La rédaction

Revue de Presse. Les chinois fabriqueront prochainement des véhicules utilitaires en Algérie

Revue de Presse. Les chinois fabriqueront prochainement des véhicules utilitaires en Algérie

La rédaction

Revue de presse. L’Algérie comptera 21 millions de véhicules roulants dans 10 ans

Revue de presse. L’Algérie comptera 21 millions de véhicules roulants dans 10 ans