mis à jour le

Vision Express sur… : Au nom de la religion ... on divise des couples !

Le phénomène de la différence religieuse ou encore ethnique, si l'on peut s'exprimer ainsi, affecte de plus et plus, et de façon négative, les couples désirant fonder un foyer.

On ne saura malheureusement donner de chiffres factuels d'échecs de mariages ou de ruptures de relations amoureuses, parce que les deux tourtereaux ne sont pas du même bord religieux. Mais il faut reconnaître que le phénomène s'amplifie malgré la modernisation croissante de nos sociétés. Malheureusement, cette différence fait des déçus au fil du temps. Dans des services de l'Action sociale et de la Solidarité nationale ou encore à la Justice, on essaie toujours de résoudre ces différences religieuses qui empêchent l'aboutissement des relations amoureuses au mariage. « Nous sommes à tout moment interpellés pour des différences religieuses.

Nous essayons de résoudre au mieux les conflits qui sont souvent assez complexes », indique un agent de l'Action sociale. Pour corroborer ses propos, il donne l'exemple de ce couple venu d'un pays voisin pour officialiser devant Dieu et devant les hommes leur union. Ils vivent ensemble depuis une dizaine d'années avec comme fruit de leur amour, deux enfants. Une union qui ne pourrait malheureusement pas être scellée du fait de leurs différences religieuses. A cela, s'est ajoutée celle de l'ethnie. Pendant des mois, les médiations pour résorber la situation sont restées lettres mortes. Pas question de donner la dame à un homme qui n'est pas de la même religion et, pire, de la même ethnie qu'elle ! Que faire alors des enfants qui devront vivre sans leur mère à leur côté ? « Dieu veillera sur eux ! », a été la seule réponse d'un oncle de la dame. Un exemple parmi tant d'autres. Ces histoires qui se ressemblent se répètent éternellement. Quand ce n'est pas la femme qui est chrétienne et ne peut se marier à son amoureux musulman, c'est l'homme qui l'est. Impossible, donc, de fonder un foyer religieusement mixte. Combien sont-ils donc, les couples qui se sont vus séparés au nom de la religion ? Au nom de la différence religieuse, on a donc divisé autant de couples qui ne demandaient pourtant qu'à s'unir, qu'à fonder un foyer...

Pour amener la famille à se plier à leur volonté, des couples n'hésitent pas à faire un enfant dans l'espoir que la venue de ce nouveau-né les amènerait à accepter leur relation. Mais c'est souvent se tromper. Ainsi, fait-on des innocents que de mauvaises langues se permettent d'appeler « enfants bâtards » qui sont élevés soit par leurs grands-parents, leurs tantes... ou leurs marâtres avec souvent une éducation qui laisse à désirer. Accepter la religion des autres n'est certes pas une évidence pour de nombreux croyants, mais Dieu par contre que ces religions prient, adorent et cherchent est amour de l'autre dans sa différence et aussi pardon. Il ne demande aux hommes que de s'aimer et d'aimer leurs prochains. Musulmans, chrétiens, bouddhistes ..., estime-t-on, ne respectent que les vérités divines. Pourquoi alors empêcher que deux sujets de Dieu puissent s'unir pour des motifs religieux ?

Il est vrai que chaque peuple a ses interdits, mais le bouleversement des communautés ne donne plus lieu au choix de la religion ou encore des ethnies. Toutes les religions s'équivalent puisque poursuivant les mêmes objectifs : l'accession à la divinité. Accepter donc la religion d'autrui, c'est accepter les différences et réserver un espace de choix pour accueillir Dieu et les hommes. D'ailleurs, il n'y a pas de raisons à vouloir désunir des personnes qui s'aiment pour des religions alors importées.

Bassératou KINDO

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

nom

AFP

Comores: le nom du futur président entre les mains de 6.000 électeurs

Comores: le nom du futur président entre les mains de 6.000 électeurs

AFP

En Libye, des tombes sans nom dans le cimetière des migrants noyés

En Libye, des tombes sans nom dans le cimetière des migrants noyés

AFP

Burkina: une avenue de Ouagadougou baptisée au nom du journaliste assassiné Norbert Zongo

Burkina: une avenue de Ouagadougou baptisée au nom du journaliste assassiné Norbert Zongo

religion

WTF

L'histoire de la fausse image d'un pasteur attaqué par des lions en pleine prière

L'histoire de la fausse image d'un pasteur attaqué par des lions en pleine prière

Pape François

Les premiers pas du pape en Afrique en trois photos

Les premiers pas du pape en Afrique en trois photos

Moeurs

Au Maroc, une réservation sur Airbnb peut mener en prison

Au Maroc, une réservation sur Airbnb peut mener en prison