mis à jour le

Soudan : le président annonce la libération des prisonniers politiques

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

Le président soudanais Omar el-Béchir a annoncé lundi la libération de tous les prisonniers politiques dans le pays, dans un contexte de baisse des tensions après de récents accords avec le Soudan du Sud.

"Nous annonçons aujourd'hui une décision de libérer tous les prisonniers politiques et renouvelons notre engagement, auprès de toutes les forces politiques, en faveur du dialogue", a déclaré M. Béchir dans un discours à l'ouverture d'une session parlementaire.

"Nous confirmons que nous allons continuer à communiquer avec toutes les forces politiques et sociales, sans exclure personne, y compris ceux qui sont armés, en vue d'un dialogue national qui apportera une solution à toutes les questions", a ajouté le président, au pouvoir depuis 23 ans.

Cette annonce fait suite à l'invitation à un dialogue pour élaborer une nouvelle Constitution, lancée la semaine dernière par le vice-président Ali Othmane Taha aux partis d'opposition ainsi qu'aux rebelles qui combattent les forces soudanaises au Kordofan-Sud et au Nil bleu.

Dans sa première conférence de presse en deux ans, M. Taha, souvent présenté comme un successeur potentiel de M. Béchir, a laissé entendre que l'amélioration des relations avec le Soudan du Sud avait permis une ouverture en direction des rebelles de la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N), que le Soudan accusait Juba de soutenir.

Le Soudan a besoin d'une nouvelle Constitution pour remplacer celle de 2005 basée sur l'accord de paix qui avait permis la sécession du Soudan du Sud en juillet 2011 après 23 ans de guerre civile entre Nordistes et Sudistes.

Mais le SPLM-N, de même que l'Alliance de l'opposition soudanaise, qui rassemble une vingtaine de partis d'opposition, ont rejeté l'invitation.

"Nous ne voyons rien de nouveau dans cet appel", a affirmé Farouk Abou Issa, chef de l'Alliance de l'opposition.Et Bachir Adam Rahma, un responsable du parti du Congrès populaire (opposition), a fait valoir que "la junte" gouvernementale était coutumière de ce type d'appel vain, alors que seul un gouvernement de transition incluant l'opposition pouvait mener le dialogue.

Le chef du SPLM-N, Malik Agar, a estimé que M. Taha avait lancé son invitation au dialogue "à des fins de politique intérieure" et que l'appel était "trompeur pour les Soudanais, et dans une certaine mesure, pour la communauté internationale".

L'armée et le SPLM-N s'affrontent au Kordofan-Sud et au Nil bleu, deux régions frontalières avec le Soudan du Sud où Khartoum cherche à affirmer son autorité depuis la partition de juillet 2011 à l'issue de deux décennies de guerre civile.

Les combats meurtriers ont poussé plus de 200.000 personnes à la fuite, et M. Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour génocide au Darfour (ouest), a longtemps refusé toute négociation avec les rebelles.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Soudan

AFP

La double peine des handicapés dans le Soudan du Sud en guerre

La double peine des handicapés dans le Soudan du Sud en guerre

AFP

Méga-barrage sur le Nil: Egypte, Soudan et Ethiopie vont créer un comité scientifique

Méga-barrage sur le Nil: Egypte, Soudan et Ethiopie vont créer un comité scientifique

AFP

L'ONU appelle

L'ONU appelle

président

AFP

Nigeria: la police "invite" le président du Sénat

Nigeria: la police "invite" le président du Sénat

AFP

Kenya: le président lance un programme en vue de l'exportation de brut

Kenya: le président lance un programme en vue de l'exportation de brut

AFP

Egypte: coup d'envoi d'un 2e mandat pour le président Sissi

Egypte: coup d'envoi d'un 2e mandat pour le président Sissi

libération

AFP

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

AFP

Congo: des ONG appellent

Congo: des ONG appellent

AFP

Congo-Brazzaville: Ras-le-bol demande la libération de 23 de ses membres

Congo-Brazzaville: Ras-le-bol demande la libération de 23 de ses membres