mis à jour le

Mali : tirs nourris à Tombouctou après un attentat

BAMAKO (AFP) - (AFP)

L'armée malienne procédait dimanche à des "tirs nourris" pour rechercher des jihadistes infiltrés à Tombouctou (nord-ouest), au lendemain d'un attentat suicide dans cette ville à 900 km de Bamako, a affirmé à l'AFP un officier malien.

"Nos hommes procèdent depuis dimanche matin à des tirs nourris au centre-ville de Tombouctou à la recherche de jihadistes qui se sont infiltrés à pieds et à moto", a déclaré cet officier, sans donner davantage de détails sur ces "tirs".

"Nous contrôlons la situation", a-t-il assuré, en indiquant que "les populations (étaient) enfermées chez elles dans les maisons".

Des habitants joints par l'AFP ont affirmé entendre de nombreux tirs, sans être en mesure d'en déterminer l'origine et les auteurs.Selon eux, les tirs sont notamment concentrés vers le Lycée Mahamane Alassane Haïdara de Tombouctou et vers le camp militaire, tous situés au centre-ville.

Les troupes maliennes sont dans Tombouctou, les troupes françaises, qui appuient l'armée malienne, sont quant à elles à l'aéroport de la ville.

"Il n'y a personne dehors (dans la rue, NDLR).On ne sait vraiment pas qui tire.(...) J'ai appris que les jihadistes ont infiltré la ville et que l'armée tire", a affirmé un enseignant de Tombouctou.

"Ca tire beaucoup.Nous avons peur", a déclaré un autre habitant tandis que selon un autre, le marché était fermé dimanche et les tirs étaient "très nombreux".

Cette opération de l'armée a lieu après un attentat suicide commis tard dans la nuit de samedi.

Le kamikaze s'est tué en actionnant sa ceinture d'explosifs après avoir tenté de forcer un barrage militaire à une des entrées de Tombouctou, et un soldat malien a été blessé, selon une source militaire malienne.

De même source, le kamikaze s'est servi d'une voiture mais au même moment, d'autres jihadistes étaient à motos et tentaient d'infiltrer la ville.

C'est le deuxième attentat suicide en dix jours à Tombouctou, cité mythique au patrimoine culturel inestimable.

Le 21 mars, une tentative d'incursion d'islamistes à Tombouctou avait commencé par l'explosion d'une voiture piégée, avec un kamikaze à son bord, vers l'aéroport de la ville.Un militaire malien avait été tué, et au moins deux autres blessés, selon une source militaire malienne.

"Une dizaine" de combattants d'un commando islamiste avaient été tués par "les forces françaises et maliennes" lors de cette tentative d'intrusion, selon l'état-major de l'armée française.En outre, plusieurs soldats maliens avaient été blessés dans les combats par un tir ami de l'armée française.

Le 22 mars, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un des groupes islamistes ayant occupé le nord du Mali en 2012, avait revendiqué cet attentat à Tombouctou, et avait assuré avoir "ouvert un autre foyer de conflit" dans cette ville.

Comme les autres grands centres du nord du Mali, Tombouctou a été libérée fin janvier par des troupes françaises et maliennes des groupes islamistes armés, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui contrôlaient la région depuis 2012, y commettant exactions et destructions de mausolées.

Les combattants jihadistes se sont retranchés dans le massif des Ifoghas (région de Kidal, extrême nord-est), où se concentre depuis plusieurs semaines leur traque conduite par des soldats français et tchadiens.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Mali

AFP

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

AFP

Le Mali évoque des soldats "disparus" depuis une attaque jihadiste

Le Mali évoque des soldats "disparus" depuis une attaque jihadiste

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'

L'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'

tirs

AFP

RD Congo: gaz lacrymogènes et tirs de sommation contre une manifestation

RD Congo: gaz lacrymogènes et tirs de sommation contre une manifestation

AFP

Soudan du Sud: des tirs entendus dans la capitale Juba

Soudan du Sud: des tirs entendus dans la capitale Juba

AFP

Libye: tirs d'obus sur des manifestants, 5 morts et 11 blessés

Libye: tirs d'obus sur des manifestants, 5 morts et 11 blessés

Tombouctou

AFP

Mali: un militaire et un civil assassinés

Mali: un militaire et un civil assassinés

AFP

CPI: les mausolées détruits

CPI: les mausolées détruits

AFP

Mali: les mausolées de saints musulmans

Mali: les mausolées de saints musulmans