mis à jour le

Des réfugiés dans une église d'Abidjan, le 1er mars 2011. REUTERS/Thierry Gouegnon
Des réfugiés dans une église d'Abidjan, le 1er mars 2011. REUTERS/Thierry Gouegnon

Direct Côte d'Ivoire - La France et l'ONU attaquent Gbagbo

  • Le porte-parole de l’ONU Hamadou Toure a affirmé que « l’Onuci et la force Licorne ont frappé des cibles dans plusieurs endroits, notamment autour du palais présidentiel et dans la zone de la résidence présidentielle »Le quartier général d'Alassane Ouattara, le président ivoirien internationalement reconnu a été la cible de tirs. 
  • La population à Abidjan en quête de sécurité, soins, nourriture et eau
  • Les forces pro-Gbagbo ont regagné du terrain à Abidjan, le 8 avril. La force française Licorne a pilonné à Cocody, le quartier des résidences officielles.
  • Lors d'une allocution à la nation, le 7 avril au soir, le président ivoirien internationalement reconnu Alassane Ouattara a appelé à la «réconciliation» et ordonné un «blocus» de la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo
  • Retranchés dans un bunker, Laurent Gbagbo et ses partisans résistent
  •  La force Licorne est sollicitée pour l'évacuation de personnels diplomatiques
  • La crise humanitaire s'aggrave de façon alarmante
  • La Cour Pénale Internationale envisage d'ouvrir une enquête sur les massacres commis en Côte d'Ivoire 
  • En application de la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l'ONU, l'Onuci (mission des Nations unies en Côte d'Ivoire) et la force française de l'opération Licorne ont engagé le combat contre les pro-Gbagbo
  • Les forces républicaines d'Alassane Ouattara ont lancé «l'assaut final» dans Abidjan lundi 4 avril au soir
  • Pour mieux comprendre la situation, des cartes illustrent les combats à Abidjan
  • Suivez la situation sur Twitter grâce aux hashtags #CIV2010 et #IvoryCoast

- Dimanche 10 avril -

21h00 [Reuters Africa]

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a demandé à l’Onuci l’utilisation de «tous les moyens nécessaires» pour détruire les armes lourdes des forces pro-Gbagbo.

20h30 [BBC News, Reuters, AP] La France et l'ONU attaquent Gbagbo

Le porte-parole de l’ONU Hamadou Toure a affirmé que «l’Onuci et la force Licorne ont frappé des cibles dans plusieurs endroits, notamment autour du palais présidentiel et dans la zone de la résidence présidentielle» ainsi que des bases militaires où des armes lourdes ont été localisées.

Selon le porte-parole de Laurent Gbagbo, Ahoua Don Mello: 

«Des hélicoptères français et de l’Onu continuent de tirer sur la résidence du président Gbagbo qui est partiellement détruite». 

«Il y a une épaisse fumée mais nous n’avons pas d’autres détails sur les dégâts causés.»

Selon un correspondant de l’agence Reuters, quatre hélicoptères, deux de l'Onuci et deux de la force Licorne, menaient les attaques.

«Ils ont déjà effectué deux rotations, revenant à la base pour se ravitailler en carburant et en missiles.»

Selon le porte parole del’ONU Hamadou Touré:

«C’est une réponse à la série d’attaques menées ces trois à quatre derniers jours, le plus souvent avec des armes lourdes, non seulement contre l’ONU mais aussi contre la population civile.»

16h45 [AFP/Abidjan.net] Des tirs à l'arme lourde dans le quartier du palais présidentiel

Le témoignage d’une habitante du quartier du Plateau (centre), qui abrite le palais présidentiel à Abidjan:

«Cela a commencé vers 12H30 (locales et GMT) dans notre zone et ça a repris quelques minutes vers 14H00. On a entendu de fortes détonations d’armes lourdes et des armes automatiques. On ne sait pas ce qui se passe.»

15h30 [Nouvelobs.com] La France et l'ONU mises à l’index par les défenseurs de Laurent Gbagbo à Paris

Dans une interview accordée le 8 avril à Paris, Me Jacques Vergès, avocat et ami de Laurent Gbagbo, et Alain Toussaint, le porte-parole en France du président sortant ivoirien, dénoncent la France et l’Onuci, qui se rendent complices des massacres commis par des forces pro-Ouattara en Côte d’Ivoire.

Pour Me Jacques Vergès: «Si la complicité de la France avec la bande d’assassins s’avérerait prouvée, je serais le premier à porter plainte et à plaider pour les victimes contre les militaires qui se seraient rendus coupables. Pour l’instant je n’ai pas d’éléments.»

Alain Toussaint a déclaré pour sa part: «Nous, nous avons des témoignages vidéos et audio. Nous avons la preuve que la France est la complice active de ces massacres-là. Souvent même elle regarde, elle assiste et elle ne dit rien. Elle passe sous silence tous les crimes.»

15h00 [AFP/Romandie News] Les avocats français d’Alassane Ouattara écrivent à la France et à l’ONU

Me Jean-Paul Benoit et Me Jean-Pierre Mignard, avocats de M. Ouattara et de la République de Côte d'Ivoire, ont rendu public à Paris un texte appelant à remettre Laurent Gbagbo à la justice

«Nous appelons les forces impartiales de l'Onuci (la force onusienne) avec l'appui de Licorne (la force militaire française qui appuie l'Onuci) à éliminer sans délai les armes lourdes, neutraliser les miliciens à la solde de Gbagbo qui constituent une force d'occupation illégale, et remettre à la justice le candidat battu.»

Selon Me Benoit, ce texte a été écrit «de notre propre initiative, avec l'accord de M. Ouattara» auquel il a été soumis, et été transmis à «la cellule africaine» de la présidence française et devait l'être aux Nations unies.

Ils réclament «"une intervention légalitaire", une intervention militaire, sur la base du droit, afin de rétablir la légalité», jugeant que «c'est l'effectivité du droit international qui se joue en Afrique, ou auront lieu 18 élections en 2011».

12h00 [AFP/Abidjan.net] Des civils fuient la zone du quartier général d'Alassane Ouattara

Au lendemain des tirs qui, pour la première fois depuis le début de la crise post-électorale ivoirenne, ont visé l'hôtel du Golf, le quartier général du président ivorien reconnu internationalement, la situation à Abidjan reste volatile à Abidjan, le 9 avril.

Contactée par téléphone par l’AFP, une résidente du secteur où se trouve le QG d'Alassane Ouattara a dit avoir vu «entre 200 et 300 personnes fuyant le quartier».

Une autre habitante a évoqué les affrontements du 8 avril à cet endroit.

«Dès que ça c’est terminé, les gens ont commencé à faire leurs bagages, ils partent avec leurs affaires.»

11h00 [BBC News] Abidjan-Mogadiscio, même combat

Pour le reporter de la BBC à Abidjan, Andrew Harding, la bataille lancée dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire, une des plus importantes villes du continent, va s’enliser.

«Tant que Laurent Gbagbo ne sera pas capturé, ses troupes et milices poursuivront sans doute le combat. Peut-être pendant des semaines. Il y a des troupes françaises ici, et il y a de fortes chances qu’elles soient de plus en plus embourbées dans ce conflit. De même pour les Nations unies. A un certain moment, les pays voisins devraient également envoyer des troupes.

Pour le moment, je veux encore croire que cette guerre va se terminer avec un gagnant et un perdant et une forme de stabilité. Le continent –ainsi que l’avenir de la démocratie en Afrique – ne peut pas espérer moins.

Mais en parcourant en voiture les quartiers désertés et pillés d’Abidjan, attentif aux snipers et aux milices, en me demandant qui contrôle quoi, je ne peux m’empêcher de penser à une autre ville africaine: Mogadiscio [la capitale de la Somalie]»

10h00 [Reuters] Le quartier général d’Alassane Ouattara visé par des tirs

Un porte-parole de l'Onuci, l'opération des Nations unies en Côte d'Ivoire, Hamadoun Toure, a déclaré que des tirs provenant de positions proches de la résidence de Laurent Gbagbo, ont visé le quartier général de son rival, le président ivoirien élu reconnu par la communauté internationale.

«C'était une attaque directe des forces de Gbagbo qui ont tiré au mortier et au lance-roquettes sur l'hôtel du Golf à partir de positions près de la résidence de Gbagbo.»

Un Casque bleu a été blessé, a-t-il précisé.

«Nous avons riposté en ouvrant le feu sur ces positions.»

Et d’ajouter que la résidence de Gbagbo n'avait pas été visée.

Pour sa part, le camp Gbagbo a démenti avoir attaqué l’hôtel du Golf.

Signe de l'influence retrouvée des pro-Gbagbo - la Radio-télévision ivoirienne (RTI), a repris ses émissions et lancé un appel à la population. «Le régime de Gbagbo est toujours en place, une forte mobilisation de la population est nécessaire.»

9h00 [AFP/Abidjan.net] Le camp Gbagbo appelle à la résistance contre la France

Le porte-parole du gouvernement de Laurent Gbagbo, Ahoua Don Mello, a lancé un appel à la résistance de la part du président sortant ivoirien, samedi 8 avril.

«Le président Gbagbo appelle à la résistance contre les bombardements et les agissements de l’armée française en Côte d`Ivoire, car en définitive c`est l`armée française qui nous attaque.»

«Le président Gbagbo appelle le peuple à la résistance pour faire barrage à ce énième coup de force.»

«Nos troupes sont en train de se reconstituer après avoir subi une attaque barbare des rebelles appuyés par l`ONU et Licorne.»

- Samedi 9 avril -

19h30 [ Lemonde.fr] L'insécurité entrave l'aide humanitaire à Abidjan

Le représentant du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU en Côte d'Ivoire (Ocha) Carlos Geha plaide pour l'ouverture de «couloirs humanitaires» afin de secourir les populations.

«Ce ne sont pas les médicaments ou l'aide matérielle qui manquent mais les moyens de les faire parvenir à ceux qui en ont besoin».

Mais la Mission des Nations en Côte d'ivoire (Onuci) et la force française Licorne «sont débordées» et « plusieurs de nos demandes pour des escortes de convois humanitaires n'ont pas eu de réponses. »

«Les habitants qui sortent dans les rues à leurs risques et périls, n'ont pas accès aux soins, les magasins ont été pillés et incendiés, des gens armés sont présents.» 

«D'autres quartiers comme la Zone 4 (sud) connaissent une petite accalmie malgré la présence de gangs non armés qui rackettent les habitants en les menaçant de pillage.»

19h00 [Guardian] La base française de Port-Bouet, refuge et porte d'évacuation

La base militaire de Port-Bouet à Abidjan s’est transformée en camp de réfugiés. Environ 1500 personnes dorment surplace dans des baraquements rudimentaires. Jusqu’à présent, près de 3500 personnes sont passées par le camp, selon l’armée française. Par ailleurs, un millier d’Ivoiriens se sont massés aux portes de la base pour bénéficier d’une «protection passive». Sept cents personnes par jour sont évacuées dans des petits avions vers l’aéroport international situé à proximité et contrôlé par les militaires français. 

Quant à Air France, elle est la première compagnie commerciale à reprendre les vols commerciaux vers Abidjan depuis le vendredi 8 avril.

18h30 [Reuters Africa] Une accalmie fragile à Abidjan

Ce samedi 8 avril, les résidents d'Abidjan sont sortis à pied ou en bus délabrés dans la principale ville de Côte-d'Ivoire en quête de sécurité, de soins ou tout simplement de quelque chose à manger.

«Les gens à la recherche de nourriture et d’eau sont le seul signe de vie dans les rues.»

18h00 [AFP/Abidjan.net] Les forces de l’Onuci et de Licorne dans le port d’Abidjan

Au lendemain de la levée de sanctions économiques de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, des troupes des Nations unies et de la force française Licorne étaient présentes au port d’Abidjan, samedi 9 avril. Une source de la force Licorne a indiqué l’objet de leur présence.

«On participe à la reprise de l`activité économique notamment au port, en liaison avec les autorités locales.»

14h00 [Slate AfriqueHuman Rights WatchGuardian] Qui tue qui en Côte d'Ivoire?

L’ONG Human Rights Watch a publié un rapport accablant sur les massacres commis en Côte d’Ivoire. Il décrit qu’à l’instar des forces pro-Gbagbo, les forces soutenant le président internationalement reconnu Alassane Ouattara ont été à l’origine de crimes atroces.

«Les forces loyales au président élu Alassane Ouattara ont tué des centaines de civils, violés plus d’une vingtaine de présumés partisans de son rival Laurent Gbagbo, et brûlé au moins dix villages de la région ouest de la Côte d’Ivoire.»

Le Guardian «a découvert des preuves des atrocités commises par les forces agissant au nom de Ouattara. Des réfugiés qui se sont rués dans la forêt en quête de sécurité au Liberia voisin ont décrit des enfants brûlés vifs lors d’attaques des rebelles [pro-Ouattara] et des corps jonchant les rues.»

Le journal londonien a recueilli, moyennant finance, le témoignage de deux jeunes mercenaires libériens. Ils ont fait le récit d’une opération de neuf jours aux côtés des pro-Ouattara dans des villages situés à l’extrême-ouest de la Côte d’Ivoire.

«Dans la première ville dans laquelle nous sommes entrés, la plupart des gens étaient sur les routes. Nous les avons tués, simplement à coup de machettes.»

Slate Afrique revient sur les charniers découverts dans la ville de Duékoué, située à l'ouest du pays. 

«Duékoué pose un problème politique majeur à Alassane Ouattara. Si ses troupes se sont livrées à des exactions massives, il pourrait devoir lui-même rendre des comptes devant la Cour pénale internationale (CPI). Un tribunal que deux avocats français qu’il a lui-même engagés sont occupés à saisir, depuis février, pour mieux faire juger Laurent Ggagbo sur le volumineux dossier des crimes contre l’humanité commis par ses Force de sécurité (FDS).»

12h30 [RIA Novosti] L’ambassade de Russie n’évacue pas

L’attaché de presse de l’ambassade de Russie à Abidjan a déclaré ce samedi 9 avril que malgré des échanges de tirs, y compris avec des armes lourdes, à 100 mètres de l’ambassade, la veille vers 18h, il n’est pas question d’évacuer les diplomates russes. 

12h00 [Reuters] Echec d’une tentative française d'évacuation de diplomates

«Vers 03h00 du matin, à la demande d'un gouvernement allié, Licorne a lancé une opération qui visait à venir en aide à une mission diplomatique», a déclaré samedi 9 avril le porte-parole de l'état-major français, le colonel Thierry Burkhard.

«Le chef de l'opération a finalement estimé que les conditions étaient trop dangereuses pour assurer la sécurité des personnes donc l'opération a été annulée.»

Durant l’opération, deux hélicoptères français ont été touchés et ont pu rentrer sans aucun blessé. Prise à partie par les forces pro-Gbagbo, la force Licorne a riposté en détruisant au moins un véhicule blindé dans le quartier des résidences, a ajouté le colonel Burkhard.

10h30 [RFI] Guérilla urbaine à Abidjan

Selon l'envoyé spécial de RFI, après des tirs et incidents vendredi 8 avril dans la ville, «la situation militaire reste extrêmement incertaine» alors que «la situation humanitaire se dégrade encore».

«La bataille d'Abidjan se joue sur plusieurs lieux stragégiques" et «prend de plus en plus la forme d'une guérilla urbaine".

10h00 [BBC News, AFP/Abidjan.net] Les forces pro-Gbagbo contrôlent deux quartiers centraux d'Abidjan

Selon le Secrétaire général adjoint des Nations unies en charge des opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, les forces pro-Gbagbo ont renforcé leur position à Abidjan. Les quartiers de Cocody, où se trouve la résidence présidentielle de Laurent Gabgbo, et du Plateau, coeur administratif et des affaires de la capitale économique de la Côte d’Ivoire, sont passés totalement sous leur contrôle. Les pro-Gbagbo ne sont plus qu’à un kilomètre de l’Hôtel du golf, quartier général d’Alassane Ouattara, le président ivoirien reconnu par la communauté internationale.

«Ils ont clairement profité de l’accalmie de mardi 5 avril pour renforcer leurs positions»

Selon Alain Le Roy, qui s’était exprimé après une réunion du conseil de sécurité sur la Côte d’Ivoire à New York, il est prouvé que les forces pro-Gbagbo ont utilisé des tanks, des lance-roquettes et des véhicules blindés de transports de troupes.

9h30 [Reuters] La force Licorne a pilonné près de la résidence de Laurent Gbagbo

Selon des témoins, des hélicoptères de la force française Licorne ont pilonné, vendredi 8 avril au soir, le secteur de la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo, retranché dans un bunker, quelques heures après des tirs contre la résidence de l'ambassadeur de France.

9h00 [France 24] Des tirs à l’arme lourde contre l’ambassade de France

L'ambassade de France a affirmé avoir été la cible de tirs à l’arme lourde imputés aux forces pro-Gbagbo.

«La résidence de France située dans la commune de Cocody a été la cible de deux tirs de mortier et d'un tir de roquette à partir de positions tenues» par des éléments des forces armées toujours loyales à M. Gbagbo vendredi à 16 heures (locales et GMT).

L’ambassade de France a ajouté:

«C'est la deuxième fois en moins de 48 heures que cette emprise diplomatique fait l'objet d'une attaque délibérée.»

Et l'ambassade a menacé: «La France rappelle que conformément à la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l'ONU, les Forces impartiales (mission onusienne Onuci et force française Licorne) sont en droit de mettre en oeuvre leur mandat afin de prévenir l'usage d`armes lourdes par toutes les parties du conflit.»

Pour sa part, le porte-parole de Laurent Gbagbo, Ahoua Don Mello, a démenti cette déclaration.

«Nous démentons formellement l'attaque de la résidence de l`ambassadeur de France. Toutes les armes lourdes de la résidence du président Gbagbo (qui jouxte le bâtiment, ndlr) ont été détruites, eux-mêmes (les Français) l'ont affirmé.»

«Ce sont des manoeuvres dilatoires pour attaquer (la télévision d`Etat) RTI, qui vient de reprendre, et la résidence du président Gbagbo», a ajouté le porte-parole du président ivoirien sortant.

- Vendredi 8 avril -

19h30 [Ministère français des Affaires étrangères] Le ministre français Alain Juppé s'est entretenu avec Alassane Ouattara

Selon le porte-parole du Quai d'Orsay à Paris, le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a manifesté au président ivoirien élu Alassane Ouattara «l’appui de la France, l’aide de la France pour accompagner le peuple ivoirien dans la nouvelle page qui est en train de s’écrire dans ce pays».

Interrogé sur une éventuelle participation de la France au blocus de la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo ordonné par Alassane Ouattara, le porte-parole a répondu:

«S’agissant du blocus de M. Gbagbo, je rappelle qu’il est dans sa cave et comme cela a été dit très clairement au cours des dernières 48h, la France ne participe à aucune des mesures d’ordre public ou autre qui ont été prises par le président Ouattara à l’encontre de M. Gbagbo.»

Concernant la découverte de nouvelles victimes de massacres à l'ouest de la Côte d'Ivoire, le porte-parole a souligné trois points qui fondent la position de la France sur la question des droits de l'homme en Côte d'Ivoire.

«Premièrement, nous devons combattre l’impunité. Il ne doit pas y avoir de place pour l’impunité. Deuxièmement, nous affirmons que nous voulons que toute la lumière soit faite sur tous ces cas de violation des droits de l’Homme. Troisièmement, nous souhaitons que les responsabilités soient clairement établies pour tous ces cas.»

19h00 [Reuters Africa] L'UE a levé ses sanctions

L'Union européenne a retiré de sa liste de sanctions économiques quatre entités ivoiriennes: les ports de San Pedro et Abidjan, la Société ivoirienne de rafinage et le Comité de gestion de la filière café-cacao ivoirienne.

17h30 [France24] Via Twitter une ONG vient en aide aux Ivoiriens isolés

L’ONG Akendewa vient de mettre en place via le site de réseau social Twitter un lien (sous forme du hashtag: #civsocial) puis un numéro d’urgence gratuit, disponible pour tous les Ivoiriens en lieu et place des téléphones portables. L’initiative a pour objectif de proposer une assistance et constituer une boucle humanitaire pour venir en aide aux victimes isolées de la crise en Côte d'Ivoire.

Voir lien SlateAfrique: Quand Twitter vient en aide aux Ivoiriens

 


16h00 [BBC News] Des centaines de réfugiés ivoiriens dans les églises à Abidjan

Des centaines d’Ivoiriens à Abidjan ont trouvé refuge au sein de la cathédrale Saint-Paul de la ville meurtrie par les combats. Le père Augustin Obrou, porte-parole de l’archidiocèse d’Abidjan, raconte à la BBC la détresse des hommes, femmes, enfants et nourrissons dans cet édifice religieux. A l'intérieur, les conditions de vie sont extrêmement difficiles: l'eau et la nourriture sont insuffisantes. Les ravitaillements par la Croix Rouge ou les Casques bleus sont rares car l'accès à cette zone est périlleux.

«Nous sommes pas les seules dans cette situation, d’autres églises locales ont un nombre semblable de réfugiés.»

A cause des combats, la plupart des gens ont fui de chez eux, d’autres craignent de rentrer en l’absence de transport.

Tout le monde est accepté, quelle que soit sa religion ou son ethnie, la seule restriction est de ne pas avoir d’arme et de ne pas parler de politique.

15h00 [Guardian] Reportage photos de réfugiés ivoiriens au Liberia

Plus de 100.000 réfugiés ivoiriens sont enregistrés au Liberia, à la frontière ouest de la Côte d’Ivoire. Le Guardian propose un portfolio.

13h19 [AFP/Romandie News] Le Liban évacue ses ressortissants

Le porte-parole ministère français des Affaires étrangères a déclaré que le Liban est «en train de mettre en place un dispositif d’évacuation de ses ressortissants de Côte d’Ivoire, qui s’effectuera via Accra, la capitale du Ghana».

Des centaines de Libanais se trouvent actuellement à la base militaire française de Port-Bouët, Abidjan. En Côte d’Ivoire, la communauté libanaise, estimée à 80.000 ressortissants, joue un rôle de poids tant d’un point de vue économique.

12h35 [Reuters Africa] L’UE prévoit la levée des sanctions économiques sur la Côte d’Ivoire

Selon une source diplomatique européenne, l’Union européenne espère trouver un accord d’ici le 12 avril pour mettre un terme aux sanctions à l’égard de la Côte d’Ivoire, répondant ainsi à la requête du président Alassane Ouattara et aux besoins économiques du pays.

«L’UE travaille actuellement sur un texte visant à retirer les sanctions sur la Côte d’Ivoire […] Il est prévu de trouver un accord mardi 12 avril, mais si pour des raisons techniques cela n’est pas possible, les sanctions seraient levées à partir de mercredi 13 ou jeudi 14 au plus tard».

La levée des sanctions concernerait les autorités portuaires ivoiriennes et les secteurs du cacao et du café.

11h00 [un.org] Au moins 115 corps supplémentaires découverts en 24 heures

Rupert Colville, porte-parole du Haut-commissariat aux droits de l’homme, a déclaré le 8 avril à Genève que plus d'une centaine de corps avaient été retrouvés ces dernières 24 heures en Côte d’Ivoire, dont certains brûlés vifs. Il précise:

«Environ 60 corps ont été retrouvés à Guiglo, 15 dans la ville occidentale de Duékoué et 40 à Bloléquin».

10h45  [AFP/Abidjan.netRFIReuters] Rapports de l’ONU sur la situation en Côte d’Ivoire

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, et la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, se sont associés pour dénoncer «les attaques inacceptables contre des Casques bleus de l’ONU» en Côte d`Ivoire, a rapporté Mark Toner, porte-parole du département d’Etat américain. D’après eux, la communauté internationale a l’obligation «de répondre généreusement à l’augmentation de plus en plus importante des besoins humanitaires».

Dans une déclaration officielle du 7 avril, Ban Ki-moon a également exhorté Laurent Gbagbo à quitter le pouvoir. Il a insisté sur le fait que «ce qui se passe en Côte d'Ivoire a d'énormes implications pour un continent qui aura seize élections présidentielles cette année […] La communauté internationale continuera à faire pression pour que la volonté démocratique du peuple ivoirien soit respectée. Nous continuerons à protéger les civils innocents et nous essaierons de traîner en justice ceux qui commettent des atrocités».

Valérie Amos, secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux Affaires humanitaires, a tenu une conférence de presse le 7 avril à New York à son retour de Côte d’Ivoire. Son bilan de la situation est particulièrement alarmant, et elle attire l’attention sur les massacres perpétrés à Duékoué, dans l’ouest du pays:

«J'ai vu de mes propres yeux l'impact de la violence qui continue d'affecter les populations civiles en Côte d'Ivoire. A Duékoué, à l'ouest du pays, j'ai vu les preuves que de terribles violences ont été perpétrées. Des bâtiments ont été brûlés, détruits et pillés.»

«Les populations sont extrêmement traumatisées, elles ont été témoins de violences terribles. Des femmes m'ont raconté avoir assisté à l'exécution de leur mari, des centaines d'enfants ont été séparés de leurs parents et il y a des allégations d'enlèvements de femmes et de jeunes filles.»

«Il ne doit pas y avoir d'impunité pour les personnes qui ont perpétré ces terribles crimes. Des enquêtes, y compris une enquête de l'ONU à Duékoué, ont déjà débuté. Mais j'ai entendu dire qu'il y aurait eu des incidents similaires dans d'autres parties de la Côte d'Ivoire à l'ouest et au centre.»

Selon la radio RFI, le Comité international de la Croix rouge (CICR) fait état de 800 morts dans la région de Duékoué, tandis que l’ONU évoque des «centaines de morts».

9h00 [TCI, Abidjan.net] Discours d'Alassane Ouattara à la nation

Alassane Ouattara, président élu de la Côte d’Ivoire et reconnu par la communauté internationale, s’est exprimé au cours d’un long discours très attendu par ses partisans. Appelant à la «réconciliation nationale», il a promis d’améliorer le quotidien et la sécurité de tous les Ivoiriens, condamnant les exactions commises par les forces fidèles à Laurent Gbagbo:

«Depuis leur entrée dans la ville d’Abidjan le jeudi dernier, les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire [pro-Ouattara] ont été rejointes par leurs frères d’armes des ex-Forces de Défense et de Sécurité [pro-Gbagbo], pour entreprendre la pacification de la ville et le retour à l’état de droit dans notre pays.»

«Malheureusement, l’entêtement du Président sortant a plongé la ville d’Abidjan dans une crise sécuritaire et humanitaire grave.»

«Depuis une semaine, les habitants d’Abidjan vivent enfermés chez eux, dans la peur, avec des difficultés quotidiennes de plus en plus insoutenables, que ce soit au niveau de l’approvisionnement en eau et en électricité, qu’en produits vivriers et en médicaments.»

«De plus, les miliciens et mercenaires à la solde de Monsieur Laurent Gbagbo ont instauré un climat de terreur et d’insécurité dans la ville et entrepris de vastes opérations de pillages.»

De nombreuses mesures sont annoncées pour amorcer la reconstruction du pays:

«Il s’agira également de sécuriser l’acheminement des vivres dans les marchés et les surfaces commerciales et des médicaments dans les hôpitaux et les centres de santé.»

«Compte-tenu des dégâts causés par les évènements de ces derniers jours sur le réseau d’eau et d’électricité, j’ai demandé au Président de la CIE [Compagnie ivoirienne d'électricité] et de la Sodeci [Société de distribution d'eau de la Côte d'Ivoire] que des réparations rapides soient effectuées.»

«J’ai saisi le Gouverneur de la BCEAO [Banque centrale des Etats d'Afrique de l'ouest] pour la réouverture de ses agences en Côte d’Ivoire, en vue d’assurer une reprise des opérations dans toutes les banques et permettre le règlement des salaires et des arriérés de salaires dans les plus brefs délais.»

«J’ai demandé que les sanctions de l’Union européenne sur les ports d’Abidjan et de San Pedro et sur certaines entités publiques, du fait du régime illégitime de Monsieur Laurent Gbagbo, soient levées.»

Par mesure de sécurité pour les Abidjanais, un «blocus» va être mis en place tout autour de la résidence de Laurent Gbagbo, acculé dans sa résidence de Cocody:

«Quant au Président sortant Monsieur Laurent GBAGBO, qui s’est retranché dans la résidence présidentielle de Cocody avec des armes lourdes et des mercenaires, un blocus a été établi autour de ce périmètre, afin de sécuriser les habitants de ce quartier.»

«Enfin, le couvre-feu en vigueur sera allégé à partir de demain vendredi 8 avril, en vue de permettre un retour progressif à la normalité.»

Concernant les charniers découverts dans l’ouest du pays, une commission nationale va collaborer dans le cadre d’une enquête avec les juridictions internationales:

«De plus, toutes les dispositions seront prises pour permettre une collaboration exemplaire avec les juridictions internationales et les organisations des droits de l’homme, afin d’enquêter, de poursuivre, de juger et de punir sévèrement les auteurs de ces agissements inqualifiables.»

En outre, Ouattara exhorte ses troupes à la retenue et à adopter un comportement exemplaire, exempt de tout acte de vengeance:

«Je voudrais donc, en votre nom, exprimer notre reconnaissance aux Forces Républicaines de Côte d’Ivoire, pour avoir accompli leur devoir. Je les exhorte à être exemplaires dans leurs comportements et à s’abstenir de tout crime, de toute violence contre les populations ou de tout acte de pillages. Tous ceux qui seront impliqués dans de tels actes, seront punis.»

 

A lire également sur Slate Afrique:

- Directs Côte d'Ivoire du 31 mars  1er avril2, 3 et 4 avril5 avril, 6 avril, 7 avril

- Pourquoi Abidjan n'intéresse pas le Maghreb

- «Laurent Gbagbo ne négocie pas sa reddition»

- Gbagbo s'accroche, le Burkina riccane

- Où vas-tu Laurent Gbagbo?

- Gbagbo peut-il tenir?

- Le spleen des Ivoiriens de Londres

- A qui profite la crise ivoirienne?

- Il était une fois Laurent Gbagbo

 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Abidjan

AFP

L'immigration au coeur du 5e sommet Europe-Afrique

L'immigration au coeur du 5e sommet Europe-Afrique

AFP

Côte d'Ivoire: fin des 8e jeux de la Francophonie

Côte d'Ivoire: fin des 8e jeux de la Francophonie

AFP

Côte d'Ivoire: tirs

Côte d'Ivoire: tirs

ONU

AFP

Le Kenya se retire de la force ONU au Soudan du Sud

Le Kenya se retire de la force ONU au Soudan du Sud

Wanted

Le Malawi cherche à savoir où est son président, disparu depuis quelques jours

Le Malawi cherche à savoir où est son président, disparu depuis quelques jours

Géopolitique

Les opérations de maintien de la paix, une arme pour les autocrates africains

Les opérations de maintien de la paix, une arme pour les autocrates africains

Alassane Ouattara

Crise

Derrière les mutineries en Côte d'Ivoire, un bras de fer politique?

Derrière les mutineries en Côte d'Ivoire, un bras de fer politique?

Election présidentielle

Cette Côte d'Ivoire qui ne vote pas et rêve d'un retour de Gbagbo

Cette Côte d'Ivoire qui ne vote pas et rêve d'un retour de Gbagbo

Politique

Notre résumé de tout ce qu'il faut savoir sur l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

Notre résumé de tout ce qu'il faut savoir sur l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire