mis à jour le

Notre provisoire Président

Notre provisoire (heureusement) président parle au tunisiens, et parle des problèmes internes des tunisiens sur une chaîne de télévision étrangère. Et pas n’importe laquelle ! Précisément celle que beaucoup de tunisiens et tunisiennes abhorrent de façon croissante depuis près de 2 ans pour les plus précoces, depuis quelques mois pour les plus lents; chaîne dont tout le monde a compris maintenant le véritable dessein et les volontés de ceux qui la possèdent et dirigent.

Notre provisoire président, dans un style poujadiste sauce harissa et “kamia 7oms” saupoudré d’un brin de schizophrénie, nous aboie en résumé la chose suivante : moi et mon ami Ghannouchi (ce sont ses termes) et accessoirement Ben Jaafar, retenons au prix d’un grand effort un déluge barbu qui n’hésiterait pas à pendre les laïques extrémistes si ces derniers venaient à renverser le gouvernement … par des moyens militaires notamment. on croit rêver!

On découvre 2 choses au moins : Tout opposant à la chose tricéphale qui gouverne, l’hyper-encéphale nahdhaouie et les 2 encéphales atrophiées qu’il n’importe même plus de nommer, sont considérés comme laïques extrémistes, et ces laïques extrémistes seraient de mèche avec l’armée

Notre provisoire président, avec l’absence de charisme et l’humeur bipolaire qu’on lui connait désormais, parle non comme un président, qui devrait être au dessus de toute polémique partisane, qui se doit de parler au nom de la République et du peuple tunisien surtout lorsqu’il s’exprime à l’étranger, qui devrait être le père de la nation et le garant de son unité, qui devrait savoir qu’en matière de politique intérieure dans une démocratie, le linge sale se lave en famille ! non, notre provisoire président parle comme un (mauvais) candidat à une élection.

Notre Provisoire provisoire président, au lieu de cimenter et de consolider la cohésion nationale, seule arme qui permit de déchoir l’ancien tyran, prête main forte à ceux qui misent sur la division et les clivages pour se maintenir dans les ministères dont le peuple leur a ouvert les portes, après leur long séjour dans les caves.

Notre provisoire président, parait-il, conditionne la mise à disposition d’une protection policière à la veuve et aux orphelines de feu Belaid, au fait d’être reçu par cette même famille pendant les obsèques !! (en tout cas il n’a pas démenti)

Notre provisoire président, ancien militant des droits de l’Homme, compte plusieurs cas de torture et de brutalité policière durant son (espérons-le court) règne, il a même eu droit à la décoration suprême : livraison d’un réfugié politique libyen aux mains des milices écervelées qui tiennent la Libye.

Notre provisoire président, avec son humeur versatile et ses principes qui se sont avérés faciles à laisser au vestiaire, déclare, sur de lui-même et sourire nerveux : Bahrein horra horra w al khalifa ala barra ! … pour recevoir en grande pompes et à peine un an plus tard l’ambassadeur de ces mêmes al khalifa.

Pourquoi cela, serait-on tentés de se demander ? Seul un calcul politicien et un espoir de gain personnel pourrait amener un homme politique à faire volte-face d’une manière si brutale et si dépourvue de scrupules.

Non ! Notre provisoire président semble tout simplement être tombé dans l’addiction au pouvoir, et semble être disposé à collaborer avec n’importe qui et à faire n’importe quoi pour réaliser un vieux rêve, pour soulager un ego tyrannique meurtri, pour se venger d’un destin par trop banal, pour apaiser une ambition dévorante : devenir Président et après cela le déluge !

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

président

AFP

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

AFP

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président