mis à jour le

Mansour Sy ministre de la fonction publique à Grand Oral : «L’audit de la fonction publique n’a pas pour objectif de sanctionner »

«Quelques 10.000 cas de contentieux ont été enregistrés sur les 121.000 agents de la Fonction publique sénégalaise dernièrement audités ». Mansour Sy, ministre de la Fonction publique, du Travail et des Relations avec les Institutions est revenu plus amplement sur les détails de cette déclaration qu'il avait faite, en marge des travaux de l'atelier de partage et de validation des résultats de l'audit physique des agents de la Fonction publique. Invité de l'Emission Le Grand Oral de la radio Rewmi fm, le ministre, par ailleurs responsable au Parti de l'Indépendance et du travail (Pit) a parlé de la nature des contentieux, du recrutement dans la fonction publique entre autres questions.

Les contentieux enregistrés lors de l'audit de la fonction publique sont de plusieurs ordres selon le ministre. Il a été noté le cas d'agents qui perçoivent leur salaire sans avoir de poste de travail. Dans ce cas de figure, le ministre est d'avis que c'est la conséquence d'une mauvaise gestion des ressources humaines.

Il y'a également des agents qui perçoivent leur salaire et qui sont inconnus du ministère, ni même de leur chef de service, mais également, des cas d'abandon de poste. Malheureusement, parmi ceux qui ont abandonné leur poste, certains continuent de percevoir leur salaire même étant établis à l'étranger. Le ministre est d'avis que dans ce cas de figure, les chefs de service responsables de cette situation devraient répondre de cette légèreté devant les juridictions de ce pays.

Il y'a également des cas de contentieux léger comme le cas de certains agents affectés et qui n'ont pas pu rejoindre leurs poste à temps.

Sur les éventuelles sanctions qu'encourent les différents fautifs, le ministre fait noter que l'audit de la fonction publique n'a pas pour objectif de sanctionner. Le plus important pour lui, c'est de corriger les incohérences notées. La seule sanction qui vaille, c'est de remettre de l'ordre dans les choses.

Pour ce qui concerne les recrutements annoncés, Mansour Sy dira que le ministère de la fonction publique n'est pas le ministère de l'emploi. Selon lui, beaucoup d'efforts sont en train d'être faits par le nouveau régime dans le cadre du recrutement. Il en veut pour preuve, la décision du nouveau régime de recruter 5500 agents cette année, contre 2300 par an de 2000 à 2012.

Il a noté, par ailleurs, que rien que pour cette année 2013, de janvier à cette date, 60 000 demandes d'emploi ont été enregistrées.

Il est également conscient que le secteur privé doit jouer un rôle important pour résorber le gap du chômage. Et pour cela, l'environnement fiscal des entreprises doit être amélioré pour leur permettre de redevenir liquide. Il a aussi révélé que les entreprises qui accepteront de s'installer dans l'intérieur du pays bénéficieront d'un environnement fiscal plus intéressant.

Le secteur informel à intérêt à être structuré, selon le ministre pour pouvoir bénéficier de la politique sociale que le gouvernement est en train de mettre en ½uvre.

REWMI.COM/MK

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

ministre

AFP

Réforme constitutionnelle au Bénin: démission du ministre de la Défense

Réforme constitutionnelle au Bénin: démission du ministre de la Défense

AFP

Afrique du Sud: Zuma interrompt une tournée du ministre des Finances

Afrique du Sud: Zuma interrompt une tournée du ministre des Finances

AFP

Un nouveau Premier ministre au Maroc après cinq mois de blocage

Un nouveau Premier ministre au Maroc après cinq mois de blocage