mis à jour le

Algérie: les touaregs réclament un quota de postes de responsabilités

Les tribus Touaregs, dénonçant leur marginalisation en Algérie, ont réclamé qu'un quota de postes de responsabilités leur soit réservé, dans une lettre adressée au président Abdelaziz Bouteflika et publiée samedi par le journal El Watan.

Les touaregs "exigent un quota de postes ministériels, de membres de l'éxécutif et de hautes fonctions de l'Etat au profit de leurs enfants", selon une déclaration adoptée vendredi à l'issue d'une réunion des chefs des tribus Touareg avec l'Amenokal (chef élu par les sages des tribus) Ahmed Edabir à Tamanrasset, à 1.900 km au sud d'Alger.

M. Edabir est le neveu de l'Amenokal Hadj Moussa Akhamokh, autorité morale des Touareg et figure emblématique du Grand Sud algérien, décédé en 2005.

Les touareg réclament également la "révision de tout le dispositif d'aide à l'emploi, pour le réadapter à la spécificité de la région, notamment l'éloignement, et faire en sorte que les élus locaux gèrent ces aides", ajoute la déclaration.

"Les événements que vivent les pays de la région obligent l'Algérie à renforcer son unité nationale et à faire face à toutes les menaces intérieures et extérieures", ont souligné les touaregs, en référence au conflit au Mali, avec lequel l'Algérie partage une longue frontière.

Le 11 mars, le gouvernement algérien a annoncé que les entreprises actives dans le Sud devraient recruter prioritairement de la main-d'oeuvre locale, pour tenter d'apaiser la colère des jeunes chômeurs qui ont manifesté dans plusieurs départements de cette région, en particulier à Ouargla, près de la zone pétrolière de Hassi Messaoud.

Le chômage touche la jeunesse algérienne de plein fouet. Selon les autorités et le FMI, 21,5% des moins de 35 ans sont sans emploi, contre moins de 10% pour l'ensemble de la population active.

La situation des jeunes est encore plus difficile dans le Sud, région peu développée et où sont employés de nombreux travailleurs venus du Nord et de l'étranger.

AFP

Ses derniers articles: Egypte: qui sont les soufis qui fréquentaient la mosquée attaquée?  Le village natal de Mugabe en deuil de l'enfant du pays  Le monde compte plus de 40 millions d'esclaves 

touaregs

Mali

Le centre du Mali est une bouillie où se mélangent djihadisme, banditisme et rivalité ethnique

Le centre du Mali est une bouillie où se mélangent djihadisme, banditisme et rivalité ethnique

Conflit

VIDEO. La guerre oubliée des Touaregs dans le sud de la Libye

VIDEO. La guerre oubliée des Touaregs dans le sud de la Libye

AFP

Mali: Paris et Niamey appellent les rebelles touaregs

Mali: Paris et Niamey appellent les rebelles touaregs