mis à jour le

BURKINABE DE NEW YORK : A quand la fin des divisions ?

La célébration de 8 mars vient une fois de plus démontrer que les Burkinabé de New York ne sont pas prêts à accorder les violons pour chanter l'hymne de la paix. Comme en 2012, c'est en rangs dispersés qu'ils ont décidé d'organiser la commémoration du 8 mars, journée internationale de la femme. On croyait pourtant que la hache de guerre était totalement enterrée après l'élection d'un nouveau bureau qui peine à retrouver ses marques. A l'évidence, non...

On se rappelle qu'en 2012 les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda avaient pesé de tout leur poids dans la résolution de la crise qui secouait à l'époque, l'Association des Burkinabé de New York depuis belle lurette.

Après de nombreuses réunions, ils étaient finalement parvenus à amener les différents protagonistes autour de la table de négociation. Ce qui avait contribué à l'élection d'un nouveau bureau dirigé par Issoufou Ouédraogo.

Patrice Yaméogo l'un des protagonistes qui n'avait pas digéré l'élection de Marcel Yaméogo son challengeur, avait jeté l'éponge pour ces consultations.

Quant à Marcel Yaméogo, lui-même candidat à sa propre succession, il est tombé les armes à la main. Il serait depuis lors, l'un des initiateurs d'une toute nouvelle association qui vient de voir le jour.

Chassez le naturel, il revient au galop

L'année dernière nous avions écrit pour applaudir les ambassadeurs pour le fait qu'ils ont été des médiateurs dans la crise et en même temps attiré leur attention que le travail était inachevé, quand on sait que la crise ne concernait pas seulement que les hommes.

En effet, ils avaient réussi à réconcilier les hommes et laissé de côté les femmes. Alors que rien n'était réglé à ce niveau.

Du reste, peu de gens ont connaissance du contenu des statuts et règlement intérieur de l'Association Wenpanga des Femmes Burkinabé, que Mme Claire Zoungrana dirige.

A l'occasion de la fête de 8 mars commémorant la journée internationale de la femme, l'Association des Burkinabé de New York et sa cellule féminine avaient d'ailleurs souhaité que l'association des femmes pilotée par Mme Zoungrana se joigne à elle pour célébrer la fête.

Mme Zoungrana aurait posé un niet catégorique en dépit de la volonté de l'ambassade de les voir s'unir aux autres.

Les femmes ne font pas mieux que les hommes

A la question de savoir pourquoi l'Association des Burkinabé de New York veut organiser le 8 mars qui est supposé être la fête des femmes à la place de l'Association des femmes, elle répond que : "Mme Zoungrana n'est plus actuellement la présidente de l'association puisque son mandat est arrivé à terme depuis le mois de février dernier". Et d'ajouter : " c'est pourquoi nous avons estimé qu'il serait mieux que le 8 mars soit organisé de façon collective".

Mme Zoungrana et son groupe n'entendaient pourtant pas la chose de cette oreille. C'est pourquoi ils ont tenu à organiser le 16 mars dernier, leur propre 8 mars.

L'Association mère, elle, a pris rendez - vous avec les Burkinabé le 6 avril prochain. Autant dire que rien n'est réglé dans ces bisbilles entre burkinabè de New York. Et cela est bien dommage !

Barnabé B. Bado

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes