mis à jour le

Hollande, Benkirane, d’un sondage, l’autre…

François Hollande, Président de la République française, a consacré plusieurs dizaines de minutes, jeudi soir devant les caméras de France 2, à expliquer sa politique, ses projets, ses ambitions pour son pays et son peuple au moment où l'Hexagone est plongé dans la tourmente, avec un taux de chômage abyssal, un endettement public qui atteint 92 % du PIB, des hausses d'impôts forcement impopulaires, une zone Euro en pleine crise, etc…
Un sondage effectué immédiatement après ce long entretien accordé au journaliste David Pujadas, nous apprenait que 60 % des Français n'avaient pas été convaincus par les propos de M. Hollande et qu'ils ne lui faisaient donc pas confiance.

Abdelilah Benkirane, notre chef de gouvernement, ne s'est jamais livré à un tel exercice, du moins en solo devant les caméras d'une chaîne nationale. Il a, certes, été la vedette d'une émission d'Al Jazeera, mais surtout, lorsqu'il veut un bel auditoire, il préfère s'adresser à l'opinion publique à partir de la tribune du Parlement, assuré que ses propos entraîneront des réactions dans l'hémicycle et le spectacle sera ainsi garanti pour les téléspectateurs…

Pourtant, à en croire un « sondage » effectué par Sunergia pour le compte de notre confrère L'Économiste, Abdelilah Benkirane recueille 64 % d'opinions favorables, alors que plus personne ne conteste actuellement le fait que le gouvernement, velléitaire en diable, manque de productivité, de hardiesse, repoussant aux calendes grecques toutes les réformes dont le pays et son économie ont besoin.
Quel est donc ce paradoxe qui caractérise ainsi les vies politiques nationale et française ?

François Hollande, quoi qu'on dise, est dans l'action, même si une grande partie de ses concitoyens ne semble guère apprécier sa démarche….
Abdelilah Benkirane est dans le verbe et une grande partie de ses concitoyens lui conserve toute sa confiance…
Quels enseignements tirer de ces constats ?
Faut-il penser qu'en politique, la meilleure façon de réussir, c'est de faire du sur-place et de tenir les seuls discours que les foules veulent entendre ?
Faut-il croire que le meilleur moyen de garder sa popularité, c'est de plaider la bonne foi et d'exciper constamment d'adversaires aussi puissants que cachés, intouchables et responsables de tous les maux ?

Faut-il éviter, plus que tout autre chose, de lancer des actions hardies et décider de mesures courageuses car elles n'auront d'autre effet que de vous rendre impopulaire ?

Très certainement, c'est la seule façon de rester tout en haut des sondages, au Maroc du moins…
Et puisque M. François Hollande sera l'hôte du Maroc la semaine prochaine, sans doute pourra-t-il demander à M. Abdelilah Benkirane quelques recettes pour retrouver les faveurs des Français…

Fahd YATA

moustache7

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé