mis à jour le

Ouagadougou by babasteve via Flickr CC
Ouagadougou by babasteve via Flickr CC

Gbagbo s’accroche, le Burkina ricane

Les Burkinabè suivent avec passion la politique ivoirienne et leur cœur penche pour Ouattara. Ils s'amusent de la déchéance de Gbagbo et attendent son départ avec impatience.

2 décembre 2010. Entre chien et loup. Avenue Bassawarga de Ouagadougou, Burkina Faso. Un cortège de véhicules défile en klaxonnant. Assis sur le rebord des vitres, les passagers ont le buste à l’extérieur de l’habitacle. Certains agitent des drapeaux ivoiriens. Tous crient leur joie à pleins poumons: «ADO président!». En Côte d’Ivoire, le président de la Commission électorale indépendante, Youssouf Bakayoko, vient d’annoncer la victoire d'Alassane Dramane Ouattara à la présidentielle ivoirienne. Le cortège qui fend l’artère ouagalaise dans une ambiance de mariage ne sait pas qu’il faudra plus de quatre mois à ADO pour s’installer effectivement dans le fauteuil présidentiel. Lorsque la Cour constitutionnelle ivoirienne indiquera que Laurent Gbagbo est «son» vainqueur, aucune manifestation de joie ne traversera Ouagadougou…

Avril 2011. «Cette fois, le pouvoir, c’est pour nous», s’amuse un Burkinabè nommé Ouattara. Dans un pays où l’ethnie est plus un sujet de raillerie complice que de conflit, ce n’est qu’un trait d’esprit. Mais il reste vrai que des «Ouattara», il y en a au Faso comme de l’autre côté de la frontière. Il y en a dans le gouvernement –le ministre de la Fonction publique–, il y en a parmi les élus à l’Assemblée nationale, il y en a dans les médias, il y en a cinq pages dans l’annuaire téléphonique, il y en a, ne serait-ce que par alliance, dans de nombreuses familles burkinabè. Si l’on n’avait pas peur d’alimenter le débat sur la nationalité jugée parfois «douteuse» d’Alassane Dramane Ouattara, on dirait que la joie des Burkinabè est comparable à la fierté kenyane qui accompagna l’élection de Barack Obama. Si loin, si proche, il semble y avoir un peu de victoire burkinabè dans les succès des pro-Ouattara d’Abidjan. Sans plus. Mais tout de même.

«Gbagbo a mis la honte à tous les dirigeants africains»

La presse burkinabè s’amuse de la déchéance de Gbagbo. «Dur à cuire mais cuit quand même», ironise L’Observateur Paalga. Dans les forums Internet des quotidiens, les lecteurs condamnent presque unanimement Laurent Gbagbo. L’internaute nommé Sakandé est catégorique: «Gbagbo a mis la honte à tous les dirigeants africains. (…) Aujourd’hui, Gbagbo vient de récolter ce qu’il a semé..."La tempête". Pensez-vous réellement qu’on s’inscrit dans l’histoire par le sang des enfants, des femmes et des vieillards?» Plus léger, un anonyme exulte: «Une page de l’histoire se tourne! avec un faux historien qui n’aura pas su orienter le cours de l’histoire vers le développement.» Patrick renchérit dans le même registre: «Un historien qui (…) a sans doute séché beaucoup de cours durant ses études.» Pointe d’humour finale: «L’authenticité de ses diplômes reste à vérifier.»

Quand le leader des Jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, est évoqué dans les «maquis» burkinabè, la nuance et l’humour quittent définitivement les commentaires. Lorsque le ministre de la Jeunesse de Gbagbo apparaît, le 5 avril, sur le petit écran, toujours aussi virulent au milieu des ruines, les insultes des téléspectateurs du Burkina fusent: «Imbéciles», «Quitte là-bas» (phrasé typiquement ivoirien qui saurait l’atteindre s’il l’entendait). En prime: quelques onomatopées intranscriptibles qui traduisent le pire dédain. Dans un bureau burkinabè où chacun donne son avis, le comptable Gabriel explique:

«Chacun de nous a perdu au moins un parent en Côte d’Ivoire. Nous soutenons Ouattara pour des raisons historiques.»

Une longue histoire commune

La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso partagent, en effet, une histoire commune. Les deux territoires étaient «Basse Côte d’Ivoire» et «Haute Côte d’Ivoire» avant la reconstitution, en 1947, de la Haute-Volta, futur Burkina Faso. Le développement fulgurant du pays d’Houphouët-Boigny attira massivement les ressortissants du voisin nordiste plus aride. Au plus fort de la fraternité ivoiro-burkinabè, le tiers de la population du Faso vivait en Côte d’Ivoire, en grande partie dans les plantations.

Alassane Ouattara serait même «redevable au Burkina», selon l’enseignant Malick. En effet, si le Burkinabè moyen se sent concerné par la crise ivoirienne, c’est que le Burkina y a été impliqué. Le pays de Blaise Compaoré a tout autant hébergé les préparatifs de la tentative de coup d’Etat de septembre 2002 qu’accueilli les négociations qui ont débouché sur l’accord inter-ivoirien de Ouagadougou en 2007.

Sur le portail lefaso.net, le dénommé Lex s’agaçait: «Les Ivoiriens de l’obédience Gbagbo sont vraiment ingrats! Ils en viennent même à oublier que sans l’intervention de Blaise Compaoré (qu’ils qualifient de pyromane sans preuve), la paix ne serait pas là, tout comme le processus de sortie de crise qui l’a suivi.»

Les plus fervents partisans de Blaise Compaoré sont encore plus intransigeants. «Laurent Gbagbo a insulté notre Président, donc toute notre nation», s’insurge un menuisier. On rappelle à l’envi que le Président ivoirien sortant fut accueilli au Faso durant ses années de vaches maigres, lorsqu’il était le fer de lance de l’opposition au président Houphouët-Boigny. Ses menaces «d’envoyer le feu du ciel» sur ses voisins, proférées en 2002, paraissent toujours impardonnables. Tout comme ses allusions plus récentes à l’élection de Compaoré qu’il considérait, à demi mots, plus douteuse que la sienne

Débats passionnés sur la politique ivoirienne

Malgré des rapatriements récurrents de «diaspos» –les Burkinabè nés en Côte d’Ivoire– depuis le début des années 2000, les Burkinabè ont toujours le regard tourné vers Abidjan. Bien souvent, à Ouagadougou ou à Bobo-Dioulasso, l’actualité de la Côte d’Ivoire fait de l’ombre aux informations nationales. Dans les buvettes, les joutes électorales étaient plus houleuses fin novembre que mi-novembre. Comme si les buveurs de bière burkinabè étaient plus passionnés, voire concernés, par le second tour de la présidentielle ivoirienne du 28 novembre que par la réélection –jouée d’avance, il est vrai– de Compaoré, le 21 du même mois. De même, lorsque les forces pro-Ouattara investissaient Abidjan, le 31 mars 2011, les Ouagalais semblaient oublier qu’ils étaient eux-mêmes sous couvre-feu depuis la veille

Au-delà des passions politiques, c’est la stabilisation économique que les habitants du Faso escomptent aujourd’hui. Depuis quelques années, il leur a fallu soutenir les rapatriements de «parents» qu’ils connaissaient parfois à peine. Casse-tête pour des familles déjà angoissées par l’augmentation régulière du coût des produits de première nécessité et désorientées par des inondations dévastatrices; problème pour des établissements d’enseignement comme le lycée français Antoine de Saint-Exupéry où les élèves durent se serrer pour faire de la place à ceux qui avaient fui le lycée Blaise Pascal d’Abidjan; anxiété pour les vendeuses d’attiéké (couscous de manioc) qui vivent du commerce sur le corridor Abidjan-Bobo-Dioulasso-Ouagadougou; angoisses pour les Ouagalais électriquement interconnectés à la Côte d’Ivoire, qui subissaient les humeurs de Laurent Gbagbo quand il délestait le Nord de son pays.

Autant les Burkinabè sont loquaces sur la situation ivoirienne, autant le premier d’entre eux est avare de déclarations sur ce sujet. Le président du Faso applique la stratégie du quasi-mutisme qui lui a souvent réussi. Lui qui travailla, comme facilitateur, à un règlement pacifique de la crise ivoiro-ivoirienne, ne pourra que prendre acte du dénouement militaire. Il sait aussi qu’en exprimant une joie burkinabè trop outrancière, il ne rendrait pas service à Alassane Ouattara...

Damien Glez

 

 

SUR LA CRISE IVOIRIENNE, lire aussi:

- Où vas-tu Laurent Gbagbo? par Tiburce Koffi

- Alassane Ouattara face à ses créanciers, par Venance Konan

- Pourquoi Gbagbo s'entête, par Anne Khady Sé

- Gbagbo peut-il résister aux Français?, par Roman Rijka

- Il était un fois Laurent Gbagbo, par Venance Konan

- Pourquoi le régime Gbagbo s'est effondré, par Anne Khady Sé

- Interview de Jean-Christophe Rufin: «La France n'a pas beaucoup d'autre choix que d'intervenir en Côte d'Ivoire»

- Interview de Véronique Tadjo: «Gbagbo et Ouattara doivent tous les deux renoncer au pouvoir»

- Interview de Mégo Terzian de Médecins sans frontières: «La situation en Côte d'Ivoire rappelle celle du Liberia en 2000»

- Interview d'Alpha Blondy: «Je demande aux Ivoiriens d'arrêter d'être bêtes»

- La Côte d'Ivoire a-t-elle un président légitime? au regard de la loi

- Gabgbo ou la politique de la terre brûlée, par Venance Konan

- Pourquoi des intellectuels africains soutiennent Gbagbo, par Marcus Boni Teiga

 

Damien Glez

Dessinateur burkinabé, il dirige le Journal du Jeudi, le plus connu des hebdomadaires satiriques d'Afrique de l'Ouest.

Ses derniers articles: L'Afrique oublie ses drames le temps des jeux  Treize produits halal à la douzaine  Chine, labo des faux médicaments en Afrique? 

Alassane Ouattara

Crise

Derrière les mutineries en Côte d'Ivoire, un bras de fer politique?

Derrière les mutineries en Côte d'Ivoire, un bras de fer politique?

Election présidentielle

Cette Côte d'Ivoire qui ne vote pas et rêve d'un retour de Gbagbo

Cette Côte d'Ivoire qui ne vote pas et rêve d'un retour de Gbagbo

Politique

Notre résumé de tout ce qu'il faut savoir sur l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

Notre résumé de tout ce qu'il faut savoir sur l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

Blaise Compaoré

Mémoire

Au Burkina Faso, fêter Thomas Sankara est de nouveau un sport national

Au Burkina Faso, fêter Thomas Sankara est de nouveau un sport national

Justice

Au Burkina, la dissolution du RSP devrait permettre d'éclaircir définitivement la mort de Sankara

Au Burkina, la dissolution du RSP devrait permettre d'éclaircir définitivement la mort de Sankara

Justice

Au Burkina, la dissolution du RSP devrait permettre d'éclaircir définitivement la mort de Sankara

Au Burkina, la dissolution du RSP devrait permettre d'éclaircir définitivement la mort de Sankara

Côte d'Ivoire

Benoit DOSSEH

Côte d'Ivoire: la tâche du nouveau président de l'Africa Sport d'Abidjan ne sera pas facile

Côte d'Ivoire: la tâche du nouveau président de l'Africa Sport d'Abidjan ne sera pas facile

Senegal

Wade, un homme de «coups» diplomatiques

Wade, un homme de «coups» diplomatiques

Politique

Manuel à l’usage des opposants qui veulent devenir de bons présidents

Manuel à l’usage des opposants qui veulent devenir de bons présidents