mis à jour le

Faiblesse de l’Armée, complaisance et négligence du Régime ATT : Les Cinq(5) évènements qui ont conduit le Mali au chaos

Du refus de combattre AQMI qui s'est confortablement installé au désert malien à la réception des ex-combattants de Kadhafi à Kidal en 2011 sans les désarmer en passant par la signature des accords d'Alger en 2006 qui démilitarisent le Nord du pays, le régime ATT s'est compromis tout seul. Les raisons de la dégradation de la situation sécuritaire au nord du Mali et la chute du régime ATT évènement par évènement !

 

Amadou Toumani Touré

Premier évènement : L'ex Président malien, Amadou Toumani Touré (ATT) refuse, à l'instar de l'Algérie, de la Mauritanie et du Niger, de combattre les islamistes d'Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) sur son sol !

AQMI est né en 2007. Sur la dépouille du GSPC (Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat) algérien. Harcelé incessamment par l'armée algérienne, le GSPC a choisi comme base arrière : le grand désert malien abandonné par l'armée malienne à partir de 2006 suite aux accords d'Alger. Il a fini par s'y installer définitivement les années 2007 et a fait allégeance au réseau d'Al Qaïda en prenant le nom d'AQMI. Ses principaux dirigeants sur le terrain  sont Abu Zaïd (aujourd'hui tué ) et Moctar Bel Moctar (tous algériens). Mais il y a un touareg du Mali dans la tête dirigeante d'AQMI : Ahmada Ag Hama, communément appelé l'émir touareg d'AQMI sous le nom Abdelkrim. Il est d'ailleurs cousin à Iyad Ag Agaly, un des leaders de la rébellion touareg des années 1990 au Mali et fondateur du mouvement islamiste Ane Sar Dine. Ils sont tous les deux de la tribu des Ifoghas (tribu influente touareg à Kidal). Nous reviendrons sur Iyad un peu plus loin dans cet article.

AQMI en s'installant au nord du Mali a eu un allié de taille: les trafiquants de drogue. Non seulement les militants d'AQMI prélèvent des dîmes sur le trafic de la drogue, mais aussi sécurisent les convois de la drogue en contre partie, bien sûr, selon des sources proches de ces milieux. Le trafic de drogue serait donc, selon les mêmes sources, la principale source de revenu d'AQMI. D'ailleurs, des proches de l'ex président malien ATT (des membres de la Sécurité d'Etat notamment) étaient de connivence avec des trafiquants de drogue !

L'ex président ATT, pour justifier son refus de combattre les salafistes d'AQMI, prétextait que ces derniers ne faisaient rien ni aux populations civiles maliennes ni aux militaires maliens. « C'est des menaces qui ne sont pas nées au Mali et ne sont pas destinées aux Maliens. Ils ne sont mêmes pas Maliens, ces gens là », avait déclaré ATT (en bamanankan) devant des journalistes maliens en août 2011 à Koulouba (le palais présidentiel) lors du lancement du PSPSDN (Programme Spécial pour la Paix, la Sécurité et le Développement au nord Mali).  En plus du trafic de drogue, AQMI tire ses ressources des prises d'otages (d'occidentaux), du trafic de la cigarette et des armes aussi.

Deuxième évènement : la signature des accords d'Alger en 2006 par le régime d'ATT qui exigent le retrait de l'armée régulière malienne des régions nord du pays (aujourd'hui appelé par le MNLA l'Azawad) au profit d'unités spéciales composées essentiellement d'intégrés  touaregs dans l'armée !

Le 23 mai 2006, des touaregs avec à leur tête Iyad Ag Agaly au nom d'un mouvement dénommé l'alliance démocratique du 23 mai attaquent les garnisons militaires de la ville de Kidal. Ils neutralisent les quelques militaires loyaux qui y étaient présents et s'emparent de tout l'équipement de ces garnisons pour se refugier aux montagnes de Tigar gar (non loin de la frontière algérienne). C'est le début d'une nouvelle rébellion avec une minorité de touaregs parmi les touaregs (les touaregs dans leur ensemble sont minoritaires parmi les populations nord du Mali par rapport aux sonrhaï, kel tamasheqs, peuls et arabes pendant que la rébellion ne concernait même pas tous les touaregs). Contre l'avis personnel du président de l'assemblée nationale d'alors, ATT, au lieu de mater cette minorité qui ne représentait rien parmi les touaregs a fortiori parmi les populations du nord, choisi de négocier. Pour des raisons que lui seul et son clan savent !

Un  accord a été conclu à Alger sous le nom : les accords d'Alger. C'est dans ces accords, que l'Etat malien devrait s'engager à réduire la présence militaire au nord. En application donc des accords d'Alger, les autorités maliennes ont fermé  plusieurs garnisons au nord du pays et ont beaucoup réduit les patrouilles de routine de l'armée dans cette zone. AQMI et les trafiquants de drogue pouvaient librement vaquer à leurs occupations dans le grand désert malien sans être inquiétés par qui que ce soit.

Après la signature des accords d'Alger, Iyad qui était le chef de l'alliance démocratique du 23 mai, a été nommé par ATT conseiller à l'Ambassade du Mali à Ryad en Arabie Saoudite. C'est lors de son séjour dans ce pays et d'autres nations arabes, qu'Iyad a noué des relations avec les milieux extrémistes musulmans. C'est d'ailleurs suite à ces relations qu'il a été déclaré persona non grata en Arabie saoudite par les autorités de ce pays. Iyad regagne le Mali et se fixe à Bamako dans la capitale dans une maison luxueuse tout en fréquentant la mosquée des Dawa, communément appelé mosquée marquage à Bamako située en commune VI au quartier Sogoniko. Il entretenait de très bonnes relations avec le président ATT. Les deux hommes s'appelaient même mutuellement, mon ami ! Mais brusquement, en fin 2011, Iyad quitte Bamako pour le grand désert qu'il connaît comme le fond de sa poche. Chose étrange, il s'allie avec son cousin l'émir touareg d'AQMI avec qui, il ne s'est jamais entendu, puisque les deux hommes avaient des idéologies diamétralement opposées : l'émir étant un musulman extrémiste et Iyad, un amateur de bonnes choses de ce monde. Début janvier 2012, Iyad annonce la création d'un mouvement islamiste : Ane Sar Dine (les défenseurs de l'islam) qui a pour objectif, l'instauration de la charia dans tout le Mali et non l'indépendance par la lutte armée. Tout le monde est surpris, même parmi ses plus proches !

Ibrahima Ag Bahanga, un des chefs militaires de l'alliance démocratique du 23 mai 2006 se désolidarise des accords d'Alger et mène des attaques sporadiques contre l'armée malienne au nord. Il créé le Mouvement Touaregs Niger-Mali(MTNM). Ibrahima Bahanga est mort lors d'un accident dans le désert malien le 27 août 2011.

Troisième évènement : le régime ATT laisse entrer au Mali (dans la région de Kidal), les ex combattants de Mouammar Kadhafi d'origine malienne avec des armes de toute sorte sans les désarmer. Mieux, une délégation de haut niveau avec quatre Ministres dont deux généraux ministres vont les rencontrer avec 50 millions de francs CFA, des vivres, du lait et autres...

En 2011, la guerre commence en Libye. Beaucoup de touaregs maliens iront s'ajouter à ceux qui sont déjà dans l'armée libyenne pour combattre aux côtés des forces loyales à Kadhafi. Suite à l'intervention de la France, de l'Angleterre, des USA... Kadhafi est défait. Les touaregs maliens qui étaient incorporés dans l'armée libyenne et les mercenaires qui étaient partis pour la guerre reviennent avec des armements sophistiqués au Mali. Au lieu de les désarmer, comme le Niger par exemple, le régime ATT, comme à son habitude caractérisé par la complaisance et la négligence, est allé accueillir ces gens armés avec de l'argent et des vivres. Pour rappel, les revenants de la Libye étaient basés sur trois sites : Talote, Imghads et Zakak. C'est ce dernier groupe dirigé par Mohamed Ag Nagem, un ex Colonel de l'armée libyenne (qui deviendra plus tard chef d'état major du MNLA) qui a clairement indiqué qu'il n'est pas disposé à rencontrer les autorités maliennes. Nagem a refusé de rencontrer la délégation des quatre ministres. Seule une mission parlementaire avec comme chef de mission le député élu à Tombouctou Sandy Haïdara a pu rencontrer le groupe de Zakak et les propos étaient durs à l'endroit du Mali. « Nous ne sommes pas du Mali ! Vous êtes des parlementaires maliens ? C'est votre problème ! Nous, nous sommes de l'Azawad ! Nous n'avons rien à nous dire !». C'est des propos tenus devant les députés par ces revenants de la Libye selon Sandy Haïdara. Mais malgré tout, ATT n'a pris aucune disposition!

Quatrième évènement : la naissance du MNLA !

Le 16 octobre 2011 à Zakak, une association qui a le récépissé de l'administration malienne (Mouvement National de l'Azawad) se fusionne avec le MTNM et les revenants de la Libye basés à Zakak pour donner naissance au Mouvement National de Libération de l'Azawad (MNLA).

Ainsi, par le laisser aller, le manque de rigueur et l'absence d'anticipation du régime ATT ; tous les ingrédients venaient d'être réunis au vu et au su de tous pour un embrasement total du nord Mali. Le régime a fermé ses yeux sur tout et a laissé faire tout le monde. Finalement, ce qui devrait arriver, arriva un certain 17 janvier 2012 par l'attaque de Ménaka par le MNLA.

Ménaka tombe aux mains du MNLA. Après avoir été encerclé pendant au moins une semaine par le MNLA et An Sar Dine d'Iyad, les militaires du camp d'Aguel-hoc en manque de munitions ont été exterminés par ces deux groupes (qui ont revendiqué la prise du camp) le 26 janvier 2011. D'ailleurs une enquête nationale a produit un rapport et a confirmé un crime de guerre.

Sous équipée, mal formée et manquant de moyen logistiques, l'armée malienne s'est repliée stratégiquement, nous a-t-on dit, sur les grandes garnisons dans les capitales régionales en abandonnant toutes les petites. C'est ainsi que toutes les villes secondaires du nord ont été prises par le MNLA, souvent par 4 véhicules seulement. Le 17 mars, le camp stratégique d'Amadash de Tessalit tombe après son isolement du reste du Mali par les groupes armés pendant plus de deux semaines. Le ravitaillement du camp n'a pas pu se faire par l'armée malienne. Malgré un parachutage de quelques vivres grâce aux américains, les militaires qui se trouvaient à l'intérieur de ce camp avec leurs familles ont abandonné contre l'avis de leurs chefs hiérarchiques. C'est à partir de la prise de ce camp stratégique qui dispose d'un aéroport international que les maliens se sont rendu compte de la déroute de son armée et du grand malaise au sein de cette armée.

Le 22 mars, une mutinerie de soldats et d'officiers (le plus gradé est un capitaine) s'est transformée en coup d'état. Les militaires putschistes ont aussitôt créé le CNRDRE (Comité National pour le redressement de la Démocratie et la Restauration de l'Etat) dirigé par un certain Amadou Haya Sanogo. Le 6 avril 2012, sous la pression de la CEDEAO, le CNRDRE rétablit l'ordre constitutionnelle à travers la signature d'un accord cadre avec le médiateur de la CEDEAO. Le Président de l'Assemblée Nationale, Pr Dioncounda Traoré prête serment le 12 avril comme président intérimaire.

Dans son discours d'investiture, il déclare qu'il mènera une guerre totale et implacable contre les occupants au cas où ils refuseraient de négocier ! Cette guerre implacable, le président professeur est entrain de la mener aujourd'hui en grande partie par des armées étrangères. Car il a été obligé d'appeler la France à la sauvette après la prise de Konna le 10 janvier 2013. Les soldats français venaient ainsi de marquer leur retour au Mali après le 20 janvier 1961.

Une belle revanche du Général De Gaul sur Modibo Keïta !

Après avoir sauvé le Mali, la France a aujourd'hui mis le pays sous tutelle. En imposant une feuille de route dans laquelle elle prévoie de tenir les élections en Juillet 2013. Ces élections législatives et présidentielles pourront être vraiment organisées en ce mois  de juillet?

Prophète qui pourra répondre avec justesse cette question pour l'instant. Mais en attendant, les prétendants à la présidence se bousculent.

D. TOGOLA

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

régime

AFP

Togo: deuxième jour de mobilisation massive contre le régime

Togo: deuxième jour de mobilisation massive contre le régime

AFP

Angola: pour l'opposant Rafael Marques, les jours du régime sont comptés

Angola: pour l'opposant Rafael Marques, les jours du régime sont comptés

AFP

Burkina: la société civile appelle

Burkina: la société civile appelle

ATT

Mali

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Maliba Info

Ibrahim Boubacar Keïta et… : Le syndrome ATT

Ibrahim Boubacar Keïta et… : Le syndrome ATT

perspective

La présidentielle malienne ne va pas guérir tous les maux du pays

La présidentielle malienne ne va pas guérir tous les maux du pays

Mali

AFP

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

AFP

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali