mis à jour le

Mahamane Hamèye Cissé, Président du Comité de Crise Boukary Daou : «Il aurait été souhaitable que la SE s’intéresse aux violences physiques contre le président intérimaire»

C'était à l'occasion de la commémoration de la date anniversaire du 26 Mars 1991, à la Maison de la Presse où une Conférence-débat a été organisée par la presse malienne sur le thème : «L'ETAT DES LIEUX DE LA PRESSE DE PRESSE DEPUIS LE 22 MARS 2012 AU MALI : BILAN ET PERSPECTIVES». Mahamane Hamèye Cissé, Président du Comité de Crise Boukary Daou et Directeur de Publication du journal Le Scorpion non moins Conférencier n'a pas marché sur ses sentiments. Lisez plutôt sa communication

I.Le 26 mars fut un long cheminement

Cheminement fait de toutes sortes des privations, d'exactions, souvent de pires formes et du culte de  l'inculture démocratique.

Cette séquence de l'histoire du Mali aurait  du s'arrêter en mars 1991, tellement des femmes et des hommes se sont  sacrifiés ou risqué gros.

Parmi eux il ya des politiques, certes, mais aussi de simples citoyens dignes et courageux,  et bien sûr des hommes et des femmes de médias. Tous ces héros, souvent anonymes  sont restés dignes et fideles à leur idéal de base : libérer le Mali du joug des gangs du 19 novembre 1968, et de divers prébendiers qui ont pris en otage la révolution du 26 mars 1991 et qui depuis surfent sous différentes étiquettes dans les autres sphères de l'Etat et de l'administration publique nourris et blanchis par le contribuable malien qu'ils méprisent pourtant exagérément.

Cela veut dire simplement que beaucoup ont cédé aux délices du pouvoir  souvent mal conquis et oublié le grand sacrifice des accompagnateurs, de la population, de tous ceux  qui étaient sans calcul politique comme par exemple les hommes de médias, la grande masse des salariés, les chômeurs, les paysans, les consommateurs etc.

En réalité, cette nette  trahison a été pressentie aussitôt après les élections de 1992  suite  au charcutage des textes issus des 1ères Journées de l'information et de la communication. L'exécutif d'alors qui a reconnu ce coup de pied à la presse s'est ressaisi en 2000 en relisant les textes, même  à moitié, mais  c'est déjà bien, car signe de bonne volonté retrouvée.

La décennie suivante fut très opportuniste et joua au cache  cache avec les medias, jouant et déjouant habillement et allant jusqu’à proposer une relecture   sur mesure de l'ensemble des textes pour davantage instrumentaliser les medias et surtout  en faire sa chasse gardée en intronisant dans les sphères de décisions médiatiques  femmes et hommes à sa dévotion par le biais de portraits robots des responsables des instances supérieures de médias appeler à régenter le secteur.

En se projetant ainsi, le régime ATT laissa carrément de coté les propositions et réflexions   de la profession et des organisations de défense des libertés issues des 3èmes Journées Nationales de l'Information et d la Communication.

Il faut le dire, c'est le grand péché de la commission Daba.

C'est aussi le grand péché  que la transition s'apprête à commettre en faisant adopter les textes petitement démocratiques de cette Commission, comme cela apparait clairement dans la fameuse feuille de route de la transition.

Là, nous osons espérer que c'est  par méconnaissance de la situation que le gouvernement s'est accroché presque à faire valider les textes ATT de la Presse. Nous le  dissuadons de le faire car ces textes sont très mauvais à l'image de toute la gouvernance sous ATT.

L'alternative crédible est de se référer à la profession, qui a déjà travaillé sur la question et reste disponible à coopérer. A défaut de cette approche, nous allons sans faille considérer cette adoption comme la plus grande violation des libertés d'expression et de presse au Mali depuis 1992, opérée directement par l'Etat et ses institutions impliquées.

II.2012-2013 : l'année du Désastre

En effet, physiquement, la presse malienne ne s'est jamais portée aussi mal que les douze derniers mois.

Immanquablement les historiens relèveront cela, mais en attendant, c'est à nous de l'écrire en qualité d'historiens du présent.

En 2012, avant le putsch du 22 mars, le Mali était au 25ème  rang mondial en matière de liberté de la presse, selon le classement de Reporters sans Frontières.

Un an après, le pays a dégringolé à la  99ème  place. Même sous ATT, lorsqu'en   2007, cinq   journalistes avaient été arrêtés et emprisonnés à la suite de la rocambolesque affaire dite « La maîtresse du président », le pays n'est pas tombé si bas.

C'est que  le coup d'Etat a complètement désarmé les bonnes m½urs politiques et mis sur orbite les milieux hostiles à l'expression plurielle qui ont commencé à s'exprimer comme en véritables gangsters. Les autres, les démocrates d'hier pour l'essentiel se complaisent dans un silence coupable.

C'est notamment le cas de la réduction drastique de l'aide publique déjà insignifiante de l'Etat à la presse de 60% en ces temps difficiles de crise, d'insécurité où le rôle de la presse est décuplé donc largement plus important qu'en temps de paix.

Le résultat est là, très fâcheux pour le Mali : hormis la dégringolade  vertigineuse de la 25ème à la 99ème place du classement mondial des pays respectueux de la liberté de presse (soit une chute de 74 marches !), il a été recensé  quelques 62 violations de cette liberté fondamentale à travers le Mali.

Concrètement, il s'agit des attaques, agressions, menaces, intimidations, appels téléphoniques anonymes, harcèlements, tentatives d'assassinat, arrestations arbitraires par tant les mouvements séparatistes et islamistes dans les régions du Nord, , des milices et autres gros bras (au service de qui ?) que les forces de sécurité gouvernementales.

Pendant cette période  de transition politique,  les journalistes ont été soumis  à  rudes épreuves. Rappelez-vous la longue liste des menaces, intimidations, harcèlements et agressions durant cette année contre les journalistes :

Dramane Traoré du Mamy, animateur  Radio Kayira

Ramata Dia, Directrice  de Radio Guintan

Dramane Aliou Koné de l'Indicateur du Renouveau et Président de l'ASSEP

Abi Baby,  Rédacteur du journal L'Agora

Hamidou Wane du journal l'Impact

Lassine Traoré Directeur de Radio de la Radio FR3

Makan Koné, Président de la Maison de la Presse

Jacques DEZ, Directeur de Radio Kledu

Kassim Traoré, Redacteur en chef adjoint de Radio Kledu

Hamidou Diarra dit Dragon, animateur Radio Kledu

OU encore les interpellations par la SE de :

Tiébilé Drame, fondateur  du Républicain

Souleymane  Maïga, Secrétaire de la rédaction du Républicain

Birama Fall, Directeur de publication du journal Le Prétoire, le 9 mai 2012 par la même  Sécurité d'Etat.

Chahana Takiou, Directeur de publication du journal 22 Septembre, le 24 mai 2012

ENCORE  l'enlèvement suivi de torture et délestage le  2 juillet 2012 de  Abdramane Kéïta, Directeur de la Rédaction du journal Aurore

L'enlèvement (au siège du journal), torture et laissé pour mort  12 juillet 2012 de Saouti Haïdara, Directeur de publication du journal L'Indépendant

ET PUIS, DEPUIS LE 6 MARS 2013, Boukary Daou, Directeur de publication du journal Le Républicain est privé de liberté. Séquestré pendant une semaine à la SE, il est aujourd'hui détenu à la prison civile de Bamako.

Il aurait été souhaitable  que la Sécurité d'Etat (SE)  s'intéresse  plutôt  à ce qui a fait et fait encore  une honte nationale pour le Mali : l'attaque, l'agression et les violences physiques contre le président intérimaire le 21 mai 2012 dans son bureau présidentiel au palais de la République à Koulouba.

Les images de la scène diabolique, les scènes de fraternisation, entre agresseurs pour certainement bon boulot,  ont fait le tour du monde. Mais, qui a été inquiété raisonnablement ? Qui a été interpellé,  détenu à la Sécurité d'Etat en rapport avec cette  agression et tentative préméditée  d'assassinat sur la personne du président intérimaire, M. Dioncounda Traoré ?  Sommes toutes rien,  et cela depuis un an ! Pourtant, c'est là,  le vrai  champ d'action de la SE.

Au lieu de tout cela, c'est le profil bas,  jusqu'à l'agressé qui pardonne ! En réalité, il abdique par ce que l'homme qui a choisi de s'attaquer à la presse indépendante depuis la Mauritanie n'est vraisemblablement pas le même qui pardonne sur son lit d'hôpital parisien ses agresseurs.

Donc, les journalistes ont raison de croire que la SE n'agit probablement pas de son propre chef. Alors qui est derrière tout ça ? Pour l'instant la réponse est sans objet. Ce qui nous intéresse c'est que la SE dépend du président Dioncounda. L'histoire jugera, mais déjà observons que  nous avons là une véritable dérive antidémocratique dont le responsable immédiat ne peut être que le président de la république. Il partage une certaine coresponsabilité avec les acteurs du coup d'Etat du 22 mars dans le cadre de la désorganisation globale du pays.

En revanche, il faut noter que malgré tout cet enfer, la presse par ses actions a essayé du mieux qu'elle peut de jouer sa partition dans la résolution de la double crise (institutionnelle et sécuritaire).

En plus des actions de veille et d'alerte en vue de prévenir l'irréparable, elle était la toute première entité nationale à organiser EN JUIN 2012 UN FORUM POUR UNE TRANSITION PAISIBLE ET DEMOCRATIQUE ayant regroupé toutes les composantes sociopolitiques du pays. Avant cette date, seul le Médiateur burkinabè a reussi cela et là aussi c'est à Ouaga (voir Ouaga 1, Ouaga2.

A cela, il faut ajouter l'installation, au lendemain des événements de Konna du 10 janvier 2013, d'une rédaction de proximité à Sevaré (en fait une équipe d'envoyés spéciaux) par la Maison de la Presse en collaboration avec l'URTEL, l'ASSEP, le Groupement patronal de la presse avec le soutien  de la coopération française.

III. Perspectives

1.Solidarité et union sacrée des professionnels des médias

2.Interpellation des autorités sur la suite des enquêtes et poursuite des actions pour la libération de Boukary Daou

3.Relecture des textes régissant les médias

4.Extension de la rédaction de Sévaré à Tombouctou, Gao et Kidal

5.Renforcement des capacités des acteurs de médias

6.Renforcement des capacités des journalistes en culture de la paix, consolidation de la paix et sécurité

Par Mahame H. Cissé

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

président

AFP

Angola: coup d'envoi de la succession du président dos Santos

Angola: coup d'envoi de la succession du président dos Santos

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

crise

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

AFP

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement, bientôt la crise politique?

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement, bientôt la crise politique?

été

AFP

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

AFP

Mali: libération d'un animateur radio dont la détention a été marquée par de violents heurts

Mali: libération d'un animateur radio dont la détention a été marquée par de violents heurts

AFP

Mali: enquête ouverte sur l'attaque

Mali: enquête ouverte sur l'attaque