mis à jour le

L’UGTT constate un glissement vers la dictature en Tunisie

La restriction du droit syndical et le droit à la grève qui n’est pas énoncé de façon explicite dans le nouveau projet de constitution, est un glissement vers la dictature, a averti l’Union Générale Tunisienne du Travail ( UGTT).

L'UGTT a exprimé son refus de l'article 122 de la constitution proposé par la commission des droits et des libertés et relatif au droit syndical.
Selon Mouldi Jendoubi, secrétaire général adjoint de la centrale syndicale, l'article comporte des restrictions sur le droit de manifester car dans sa version actuelle, il garantit le droit de manifester tant qu'il ne met pas la vie, la santé et la sécurité des manifestants en danger, ce qui en vient à limiter la liberté du droit de manifestation.

Il s’agit d’un coup dur porté au contrat social et tous les consensus et les engagements réalisés dans ce cadre.
l'article 122 de la constitution proposé ne mentionne pas clairement l’engagement à respecter inconditionnellement le droit syndical et à valoriser le rôle des partenaires sociaux dans la transition démocratique, ajoute la centrale syndicale dans un message adressé jeudi aux membres de la commission des droits et libertés à l’Assemblée nationale constituante ( ANC) à l’occasion de l’examen de l’article relatif au droit syndical.
L’organisation ouvrière considère que « restreindre le droit syndical et le droit à la grève c’est ne pas tenir compte des objectifs de la révolution et de l’éminent rôle de l’UGTT et des syndicalistes dans l’histoire de la Tunisie et pendant la révolution du 14 janvier ».
L’UGTT s’interroge, dans ce message, sur le degré d’engagement des autorités publiques à réussir la transition démocratique et à tenir leurs promesses formulées dans le contrat social qui a été signé par le Chef du gouvernement et les deux partenaires sociaux ( UGTT-UTICA), en présence de l’organisation internationale du travail.
Admettre que le droit à la grève est de nature à porter atteinte à l’intérêt national et à la sécurité des citoyens reflète une prise de position hostile à l’action syndicale et une volonté de la restreindre en un premier temps par la loi et de l’éliminer par la suite, peut-on lire de même source.
La centrale syndicale affirme, dans ce message, sa ferme détermination à défendre ses droits légitimes et ses acquis historiques, dont en premier lieu le droit syndical et le droit à la grève.

Photo d’illustration : Houcine Abbassi secrétaire général de l’UGTT

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

dictature

Politique

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

Politique

Il n'y a qu'une seule démocratie «à part entière» en Afrique subsaharienne

Il n'y a qu'une seule démocratie «à part entière» en Afrique subsaharienne

Dictateur

En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir les poches pleines

En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir les poches pleines

Tunisie

AFP

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

AFP

Le DJ mixe l'appel

Le DJ mixe l'appel

AFP

"Upon the shadow" veut changer le regard sur l'homosexualité en Tunisie

"Upon the shadow" veut changer le regard sur l'homosexualité en Tunisie