mis à jour le

Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

La circulation des élites doit-elle s'appliquer qu'aux seules structures politiques ou doit-elle au contraire l'être à d'autres entités, à l'image des organisations syndicales et celles de la société civile ? Entre les partisans d'une alternance pour tous et par tous et les défenseurs d'une exception en la matière, le débat fait des gorges chaudes en ce moment.

On connaissait les politiques, notamment avec ce fameux article 37 de la constitution (au Burkina) sur lequel tous les regards sont braqués en ce moment. A présent il faudra aussi compter avec les structures associatives et syndicales pour mener le débat à leur niveau.

La question étant de savoir si la rotation au sommet de ces organisations doit s'imposer au même titre qu'elle le serait en d'autres lieux. Et sur quelles bases ?

Monarchie associative et syndicale

Dans le camp des ''pro'', l'on estime que l'on ne peut raisonnablement demander aux autres (entendez par là, les dirigeants politiques) ce que l'on refuse de s'appliquer à soi-même. A savoir permettre à de nouvelles compétences de faire leurs preuves en termes de management des structures et des Hommes.

Pour ces derniers, il y a effectivement des talents et des compétences qui, malheureusement ne bénéficient pas de l'espace et des conditions d'expression requises. La faute dit-on, à des monarques syndicaux et associatifs qui les écraseraient de tout leur poids.

Alors même que, poursuivent-ils, il y a un impérieux besoin d'actualisation des connaissances et des méthodes. Serait-ce là l'une des raisons de l'effritement du militantisme associatif au Burkina ? En tout cas, pour certains, la réponse est des plus évidentes...

« On veut bien passer la main ». Mais...

Dans le camp d'en face, l'on se défend de toute volonté d'accaparement des instances dirigeantes. D'une part l'on estime qu'il s'agit d'un procès d'intention.

Et pour cause les structures associatives et syndicales ont des spécificités qu'il convient selon eux, de bien connaître avant de lancer un quelconque débat sur la question.

A les entendre, le politique agit dans le court-terme, au contraire du mouvement associatif qui, lui, agirait sur le long terme.

On peut donc être à la retraite et diriger un syndicat de travailleurs, sans que cela ne pose de problèmes particuliers. Tout comme l'on peut diriger une association pendant plusieurs décennies sans discontinuer. Pourvu que les militants n'y trouvent rien à redire au sujet du charisme légendaire du grand timonier.

En coulisse, certains responsables accusent ouvertement le pouvoir de chercher par ce « faux débat » à détourner l'attention générale sur les vraies préoccupations liées à la bonne gouvernance et à la promotion de la démocratie. A voir...

Juvénal SOME
Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

syndicats

AFP

Nigeria: le gouvernement rencontre les syndicats pour tenter d'éviter une grève générale

Nigeria: le gouvernement rencontre les syndicats pour tenter d'éviter une grève générale

AFP

Zimbabwe: la police empêche les syndicats de manifester contre les suppressions de postes

Zimbabwe: la police empêche les syndicats de manifester contre les suppressions de postes

AFP

Maroc: près de 10.000 personnes manifestent

Maroc: près de 10.000 personnes manifestent

société

AFP

Burkina: la société civile appelle

Burkina: la société civile appelle

AFP

Niger: arrestation d'un militant de la société civile

Niger: arrestation d'un militant de la société civile

AFP

Tchad: nouvelle arrestation d'un activiste de la société civile

Tchad: nouvelle arrestation d'un activiste de la société civile

alternance

Nabil

Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s'emporte

Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s'emporte

Nabil

Alternance politique L'important choix des homme leaders

Alternance politique L'important choix des homme leaders

L'Oncle Barack

Il faut bien comprendre le choix d'Obama de visiter le Sénégal

Il faut bien comprendre le choix d'Obama de visiter le Sénégal