mis à jour le

Stromae sur la scène du Métropolis durant les Francofolies de Montréal © Stéphanie Trouillard, tous droits réservés.
Stromae sur la scène du Métropolis durant les Francofolies de Montréal © Stéphanie Trouillard, tous droits réservés.

Stromae: «Plus africain que rwandais»

Plus connu pour son single «Alors on danse» vendu à 1,8 million d’exemplaires que pour ses origines africaines, Stromae, jeune chanteur de 26 ans est pourtant né à Bruxelles, d’une mère flamande et d’un père rwandais.

Le mélange se lit sur le corps de Stromae. Des yeux vert de gris, un teint métis très clair, des oreilles de choux, des lèvres délicatement dessinées, une silhouette longiligne. Avec son 1,90 m et ses 70 kg, le jeune garçon est tout en grâce. Un physique hétéroclite qui est la combinaison de ses gènes belges et africains. Le chanteur s’appelle en réalité Paul Van Haver, du nom de sa mère flamande. De son père rwandais, qui ne l’a jamais reconnu, il n’a gardé que ses traits fins, propres aux habitants de ce petit pays d’Afrique centrale: «On ne s’est vu que quelques fois. J’ai seulement une attache avec ma culture rwandaise à travers ma tante, la sœur de mon père.»

Le génocide rwandais

De son géniteur, Stromae a très peu de souvenirs: sa mallette d’architecte remplie de crayons et un unique voyage dans le pays de ses ancêtres: «Je devais avoir 5 ou 6 ans. On devait rester deux mois, mais j’ai attrapé la malaria [paludisme]. À l’école, les enfants ne voulaient pas me donner la main car je tremblais. Je portais une cagoule en plein été, car j’avais de la fièvre ». Même enfant, il est au courant du génocide qui secoue le Rwanda. En regardant la télévision ou en glissant son oreille lors de réunions de famille, le petit Belge comprend que quelque chose de grave est en train de se dérouler: «Il y avait des coups de téléphone, où j’entendais "on a perdu un tel ou un tel". Mon seul souvenir, c’est que je me sentais très mal dans ces moments-là.»

Ce n’est que quelques années plus tard, vers l’âge de 12 ans, qu’on lui a finalement annoncé sans beaucoup de détails que son père avait été tué dans les massacres. «Quand j’ai appris sa mort, des mois après son décès, j’étais plus triste de voir ma tante souffrir d’avoir perdu un frère, que moi d’avoir perdu un père. Je n’en ai pas pleuré, ce n’est pas comme si cela m’atteignait énormément», raconte le chanteur d’une voix posée, sans exprimer d’émotion particulière. Cette distance avec la tragédie qui a touché sa famille se reflète aussi dans sa musique. À la différence du Canadien Corneille, qui a personnellement échappé aux tueries et assisté à l’assassinat de ses proches, Stromae n’en parle pas dans ses chansons.

La dance mélancolique

Ses titres remuants à la sauce «eurodance» sont, à l'écoute des paroles, baignés de mélancolie, à tel point que les médias l’ont proclamé Jacques Brel du 21e siècle. Dans son tube planétaire Alors on danse il constate tristement:

«Qui dit proches te dis deuils car les problèmes ne viennent pas seuls.Qui dit crise te dis monde dit famine dit tiers- monde.»

Et, dans son second succès Te Quiero, il hurle:  

«Le moral bas, en haut d'un pont, d'une falaise ou d'un building, j'aurai l'air d'un con quand je sauterai dans le vide. Je l'aime à mort, je l'aime à mort

Le chanteur refuse toutefois d’y voir un lien avec la sanglante histoire du Rwanda:

«Si j’ai souffert de quelque chose, c’est plus de l’absence d’un père que de l’avoir perdu dans le génocide. Le seul côté dur que je pourrais avoir dans mes chansons, c’est uniquement le fait que ma mère nous a élevé seule et que nous étions cinq enfants. Ce n’était pas facile, mais ma mère s’est toujours démenée pour qu’on soit bien

L’appel des ancêtres

Malgré cet abandon paternel, Stromae a quand même baigné dans la culture africaine. À Bruxelles, il a côtoyé durant son enfance les autres communautés: «En général, on se réunit entre Congolais, Rwandais et Camerounais. On écoute toujours le même style de musique, de la rumba congolaise, du Papa Wemba ou du Koffi [Olomidé, ndlr]», deux chanteurs-compositeurs congolais. Au final, l’artiste belge avoue se sentir plus Africain que Rwandais: «Je suis 30% Rwandais, 30% Congolais et 40% Africain». Cette attache avec le continent de ses ancêtres est aujourd’hui renforcée par son succès. Dans les clubs de Kinshasa ou d’Abidjan, les DJs passent en boucle ses singles sautillants. Très étonné, Stromae ne peut se retenir de rire en apprenant que certains sites africains le définissent même comme étant rwandais et non comme citoyen belge: «C’est quand même plutôt marrant d’être connu par son pays et appelé par son pays!»

Pour le moment, il n’est monté qu’une fois sur une scène africaine, à Carthage en Tunisie : «Le public était moins blasé par rapport à l’Europe. On sent qu’il y a plus de bienveillance. Il y avait beaucoup d’entrain». Le compositeur électro aimerait renouveler l’expérience sur les terres du Sud, mais sans avoir une préférence particulière pour le Rwanda: «Je n’ai pas plus envie d’y aller que dans un autre pays». Après quelques secondes de réflexion, Stromae modère toutefois son avis:

«Enfin pourquoi pas, juste pour voir et rencontrer de la famille. C’est important de connaitre là où a grandi ton père et qui étaient tes ancêtres. Mais, je pense que j’aurai une réelle envie quand j’aurai des enfants ».

Stéphanie Trouillard

 

A lire aussi

Princesse Erika chante sans trop de bla-bla

Congotronics vs Rockers

Ngâbo, l'ingénieur de mélodies

Stéphanie Trouillard

Stéphanie Trouillard. Journaliste française spécialiste du Maghreb et du Canada.

Ses derniers articles: Comme un lion, la face cachée du foot  L'humour noir de Tatiana Rojo  Affaire Furcy: briser le silence sur l'esclavage 

culture

AFP

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

AFP

En Algérie, métal et rock résistent au carcan de la culture officielle

En Algérie, métal et rock résistent au carcan de la culture officielle

AFP

Le Kenya "foyer de culture bouillonnante", pas de "terreur": Kenyatta égratigne CNN

Le Kenya "foyer de culture bouillonnante", pas de "terreur": Kenyatta égratigne CNN

musique

AFP

Retour de Baaba Maal, l'explorateur de la musique sénégalaise

Retour de Baaba Maal, l'explorateur de la musique sénégalaise

Web

Google débarque à son tour sur le juteux marché du streaming musical en Afrique du Sud

Google débarque à son tour sur le juteux marché du streaming musical en Afrique du Sud

Musique

Enrico Macias veut retourner dans son Algérie natale avant la fin de sa vie

Enrico Macias veut retourner dans son Algérie natale avant la fin de sa vie

Stromae

AFP

Le chanteur Stromae "ravi" d’être

Le chanteur Stromae "ravi" d’être

AFP

Stromae annule ses concerts jusqu'au 2 août, dont celui de Kigali, pour raisons de santé

Stromae annule ses concerts jusqu'au 2 août, dont celui de Kigali, pour raisons de santé

AFP

Stromae annule son concert

Stromae annule son concert