mis à jour le

Guerre au nord du Mali : L’Armée française commet-elle des exactions et l’amalgame ?

« Dis-moi qui tu hantes et je te dirais qui tu es ». C'est l'armée française que l'armée malienne fréquente au nord. Donc...
Avant le 11 janvier 2013, date du début de l'engagement des forces françaises dans la guerre au Mali, nos soldats n'ont jamais été accusés de quoi que ce soit. Et brusquement, ils sont indexés de tous les maux d'Israël, amalgame, exactions, racisme, etc. On a d'abord parlé de risques d'exaction ; risques que l'on a fait monter en mayonnaise malhonnêtement.

Les officines aux relents racistes et ethnocentristes agissant sous label des droits de l'Homme, tel que Human Right Watch, Amnesty International, ont pris le relais pour calomnier le Mali. Avec bien entendu l'accompagnement sournois et indéfectible, la presse occidentale zélée ; Rfi, la Bbc, la Voa, etc. A longueur de journée, des bulletins d'infos et de longues « interviews » de victimes d'exaction et d'amalgame sont distillés pour accuser l'Armée.
En moins de deux mois, le Haut Conseil des Droits de l'Homme de l'Onu a eu le temps de ''prendre  conscience des exactions au Mali'', d'en être édifié, se réunir, de prendre une décision, de sélectionner une équipe, de lui trouver un budget conséquent, de l'envoyer sur le terrain au nord du Mali (sans s'adresser à qui que ce soit), de relever les « faits » sur l'ensemble du vaste et rudes champs des opérations, de retourner aux Etats-Unis, de rédiger un rapport ( à charge bien sûr contre nous) et de remettre le dernier draft à leurs commenditeurs. Tout le monde connait les lenteurs et les lourdeurs du machin onusien, mais ce  rapport est déjà dressé, comme un missile Icbm, contre notre pays. Car, notre armée n'est autre que cette peau qui nous protège et chacun de nous doit comprendre que déchirer cette peau, c'est nous exposer à un péril certain.
Flairant le bon coup, le Mnla a mis en place tout une structure Tic pour susciter les ''témoignages'' de victimes des exactions des soldats maliens, les recueillir et les mettre en ligne et à la disposition de nos accusateurs. Donc, des ''cas avérés'' bien préfabriqués par le Mnla mais qui seront reçus comme parole d'évangile par la communauté internationale qui applique la loi de La Fontaine : selon que tu sois noir ou blanc…A longueur de journée, Rfi s'en donne à c½ur de joie pour distiller ce venin destiné à tuer le Mali à petit feu au profit du Mnla.
Deux poids deux mesurés
Un problème, est, cependant logiquement patent ici et Rfi risque d'en prendre conscience trop tard ; aveuglée qu'elle est par le zèle à servir la gauche au pouvoir. Ce problème est que l'armée malienne n'est pas seule sur les champs des opérations. Tous le monde sait que les français sont seuls avec les Tchadiens  et le Mnla au grand nord et que l'armée n'y est absolument pas. Par contre, sur les fuseaux est et ouest, les deux armées, française et malienne, opérèrent ensemble main dans la main. Et ce, nuit et jour. Alors, de deux choses l'une : ou l'armée française participe aux exactions reprochées à l'armée malienne, donc elle est complice et doit être traitée comme tel. Ou alors, elle y assiste sans y participer. En ce moment, elle est complice passive et elle tombe sous le coup de l'article de la non assistance à personne en danger. Et dans les deux cas, elle ne peut pas sortir blanche de cette affaire. Nous continuons à écouter Rfi. Et tous les autres.
Amadou Tall

guerre

AFP

Washington demande au Kenya de s'attaquer

Washington demande au Kenya de s'attaquer

AFP

Le Congolais Bemba acquitté de crimes de guerre et crimes contre l'humanité

Le Congolais Bemba acquitté de crimes de guerre et crimes contre l'humanité

AFP

La CPI se prononce vendredi contre le Congolais Jean-Pierre Bemba pour crimes de guerre

La CPI se prononce vendredi contre le Congolais Jean-Pierre Bemba pour crimes de guerre

Mali

AFP

Le secrétaire général de l'ONU dans le centre du Mali

Le secrétaire général de l'ONU dans le centre du Mali

AFP

Le secrétaire général de l'ONU au Mali pour la Journée des Casques bleus

Le secrétaire général de l'ONU au Mali pour la Journée des Casques bleus

AFP

Sauvetage d'un enfant en France par un migrant: le Mali exprime sa fierté

Sauvetage d'un enfant en France par un migrant: le Mali exprime sa fierté

exactions

AFP

Réfugiés

Réfugiés

AFP

RDC: femmes et enfants fuient les exactions en Ituri

RDC: femmes et enfants fuient les exactions en Ituri

AFP

Cameroun anglophone: l'armée se défend de commettre des exactions

Cameroun anglophone: l'armée se défend de commettre des exactions