mis à jour le

22 mars 2012 – 22 mars 2013 : Un an de transgression de règles de barbaries et de régression de libertés

Il y'a un an (22 mars 2012 – 22 mars 2013), le monde entier regardait abasourdi, de jeunes officiers subalternes de l'armée malienne, transformer une mutinerie spontanée contre le régime incompétent, corrompu et médiocre d'ATT, en un coup d'Etat des plus stupides en Afrique contemporaine.

L’ex-junte

En effet, le cadre démocratique arraché dans le sang, par le peuple souverain du Mali, 20 ans plutôt, permettait aux Maliens de régler le problème de la mauvaise gouvernance d'ATT par l'arsenal juridique offert par la constitution de 1992. Il suffisait d'élire un nouveau président par le scrutin qui était prévu le 29 avril 2012 de lui faire parachever la construction institutionnelle du pays par la mise en place de la Haute Cour de Justice de la république, et de juger tous ceux qui ont abusé de la République de par leur position dirigeante.
Les forces vives de la nation pouvaient valablement et dans le cadre du droit obliger nos autorités judiciaires à aller dans ce sens dans l'intérêt supérieur du Mali. Mais hélas, l'agitation inutile et stupide des soldats sans vision qui ne comprennent rien au fonctionnement d'un Etat, a conduit à la violation flagrante de notre constitution, à l'effondrement de l'Etat, à la cassure de la chaîne de commandement de l'armée malienne et à la prise des trois (3) régions du nord de notre pays et une bonne partie de celle de Mopti et même de Ségou par les groupes armés rebelles et islamistes.
La transition politique incrédule, issue d'un accord-cadre contre-nature, mijoté entre la médiation de la Cedeao et la junte de Kati, va d'hésitations en hésitations, d'impuissance en incompétence à assurer la stabilité et la sécurité dans le pays. L'armée se déchire dans une guerre inopportune de bérets, la police se chamaille pour des grades non méritées, la classe politique et la société civile montrent toute leur carence à prendre de la hauteur quand la nation est menacée et en danger. Conséquence : les Maliens, frappent à sang leur propre président jusque dans son bureau.
Premiers ministres, politiques, journalistes, anciens ministres passent au Mouliner de la nouvelle anarchie de Kati et ses cohortes encagoulées.
Au même moment, les populations du nord se réfugient en masse dans les pays voisins, si elles ne sont pas victimes de lapidations, flagellations, amputations des membres inférieurs et supérieurs, ou tout simplement privées de télévision, de sport et de centre de loisirs.
Les mausolées d'une valeur patrimoniale inestimable pour toute l'humanité partent en fumée, perdues à jamais. La gouvernance chaotique de la transition politique, succède donc à l'irresponsabilité d'une gouvernance insouciante du régime d'ATT. Les mutins de Kati, qui nous disaient en mars 2012 qu'ils sont venus pour lutter contre la rébellion, se terrent désormais à Kati quand les armées étrangères combattent à Kidal les derniers bastions islamistes du pays. Désormais, ils sont réduits à faire la honteuse police des journalistes et des opinions divergentes, sous le couvert de la sécurité « d'état » et de la « justice » dans le pays sous les regards impuissants de Dioncounda et de Diango, héritier d'un Cheick Modibo Diarra sorti par la fenêtre d'une transition incrédule et inutile pour le pays. Pire ils s'arrogent le droit des rémunérations indécentes et non méritées, aux yeux et à la barbe des Maliens frappés de plein fouet par cette crise inutile dont ils sont pourtant les premiers artisans.
La France qui joue la sécurité plus que la démocratie, devance les États-Unis dans ce dossier malien et prend l'initiative des opérations Serval et panthère, tout en catalysant les initiatives africaines de la Misma avec une mention honorable au Tchad et à son armée de combat, parfait antidote d'une armée de motos « Djakarta » à Bamako et Kati.
Les gens n'ont pas les mêmes valeurs !
C'est pour cela le quai d'Orsay a compris qu'il doit exiger « une libération  immédiate » du directeur de publication du journal « Le républicain », Boukary Daou interpellé par la sécurité « d'état » et qui se retrouve incarcéré pour dit-on incitation à la « désobéissance ». Ouh quelle procédure!
Après tout quand le pays des droits de l'homme prend le leadership dans un pays sans droit, le minimum qu'on peut attendre de lui, est d'exiger le respect des libertés fondamentales du citoyen dont la liberté d'opinion et celle de la presse qui va avec. Ah oui, Jules Ferry avait raison, « Rayonner sans agir, sans se mêler aux affaires du monde pour une grande nation, c'est abdiquer ».
Aliou Touré

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Mars

AFP

Libération d'un Français enlevé début mars en RD Congo

Libération d'un Français enlevé début mars en RD Congo

AFP

RDC: 390 miliciens et 124 membres des forces de l'ordre tués depuis mars

RDC: 390 miliciens et 124 membres des forces de l'ordre tués depuis mars

AFP

Gabon: le "dialogue politique" voulu par Bongo s'ouvre le 28 mars

Gabon: le "dialogue politique" voulu par Bongo s'ouvre le 28 mars

2012

AFP

Maroc: hommage émouvant

Maroc: hommage émouvant

AFP

Egypte: le nouveau Parlement se réunit, une première depuis 2012

Egypte: le nouveau Parlement se réunit, une première depuis 2012

AFP

Dopage et corruption: Diack évoque un soutien russe

Dopage et corruption: Diack évoque un soutien russe

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013