mis à jour le

Mme Oumou Sall Seck évoque la Décentralisation : «Le développement intégré est le socle de la paix et de la stabilité»

Toujours au four et au moulin pour mobiliser la communauté internationale au chevet des populations des régions nord-Mali, délivrées de longs mois de calvaire et de barbarie, le maire de Goundam (Tombouctou) était récemment en France, particulièrement à Lyon, pour son plaidoyer.  Très admirée et convoitée par la presse internationale, Mme Oumou Sall Seck a profité de l'occasion pour se prononcer sur la situation du Mali, notamment sur ses attentes à l'égard de la coopération décentralisée. Et avec le franc-parler qui l'a toujours caractérisée.

Oumou Sall Seck

«Les collectivités territoriales pour la paix et le développement au Mali». Tel était le thème d'une conférence que la ville de Lyon (France) a abritée le 19 mars 2013. Parmi les illustres invités, Mme Oumou Sall Seck, la brave maire de Goundam. Cette rencontre s'est tenue en prélude aux 3e Assises européennes de la coopération décentralisée des 9 et 10 avril prochains à Bruxelles (Belgique). Ce sera sur le thème, «l’économie au service des hommes dans le dialogue des territoires». La première femme élue du septentrion a profité de l'occasion pour se prononcer sur la situation du Mali, notamment sur ses attentes à l'égard de la coopération décentralisée. Et avec le franc-parler qui l'a toujours caractérisée. Pour ce qui est, par exemple du rôle de l'Etat auprès des collectivités locales, Mme Seck est d'avis qu'il faut accélérer et approfondir la mise en ½uvre de la politique de décentralisation dans notre pays. Pour ce faire, il faut donner aux collectivités les moyens de prendre en charge la plénitude du développement local, avec un accent particulier sur ses dimensions économique et sécuritaire. «Cela me paraît indispensable. Seul un développement intégré et adapté aux spécificités locales permettra de bâtir une paix, une sécurité et une stabilité durables», défend l'élue de Goundam. Pour elle, «à la lumière de l'intensité de la crise sécuritaire et du poids de ses impacts sur les générations à venir, les collectivités ont le devoir d'adopter une nouvelle approche de gestion des questions de paix, de sécurité et de développement, qui soit intelligente, engagée et soutenue. Une nouvelle approche qui permettrait à la fois de renforcer le processus démocratique, d'enraciner la décentralisation et de favoriser le développement économique et social».
Améliorer les acquis à la lumière des insuffisances
Toutefois, Oumou reconnaît humblement ne pas vouloir faire le bilan de la décentralisation qui «révèle de nombreux acquis importants, mais aussi des insuffisances, des défaillances, des déficits». Des insuffisances qui, néanmoins, ne remettent nullement en cause la pertinence de la décentralisation. «J'ai la certitude que tout développement politique, économique, social, culturel ou sécuritaire devrait partir de la base au sommet pour une meilleure prise en compte des spécificités locales. Ce qui garantit la cohésion sociale, l'harmonie, le développementale et l'unité nationale», souligne Mme Seck Oumou Sall. Pour cette militante engagée, le développement à la base, l'enracinement du processus de décentralisation dans le pays profond, sera complété par l'émergence d'une approche innovante de la gouvernance sécuritaire. «Cette gouvernance démocratique de la sécurité placera l'homme au c½ur de la sécurité. Ainsi, le secteur de la sécurité sera intégré au processus démocratique global, de sorte que la sécurité devienne un coût du développement et le développement une dimension fondamentale de la sécurité», indique l'une des grandes ambassadrices du Mali depuis le déclenchement de la crise que notre pays traverse maintenant, depuis plus d'un an. Il s'agit d'une gouvernance du secteur de la sécurité participative et démocratiquement contrôlée, où les collectivités pourraient jouer un rôle clé dans la sécurité et le développement global. Pour Madame le maire, «la vraie décentralisation passe, je l'ai toujours soutenu, par la tenue d'élections libres, transparentes et crédibles au cours desquelles sortiront des autorités légitimes, c’est-à-dire des élus choisis par les citoyens et non des élus imposés». L'édile de Goundam a participé à la rencontre de Lyon avec un espoir légitime. «Mes attentes sont nombreuses et pleines de beaucoup d'espoir car il y va de l'avenir et du développement sain de nos populations laborieuses. La rencontre du 19 mars à Lyon ainsi que celles à venir doivent permettre aux participants d'avoir une meilleure appréhension de la crise que traverse le Mali actuellement, d'une part, et de pouvoir améliorer et de renforcer  le mécanisme de la coopération décentralisée franco-malienne, euro-malienne et transfrontalière», avait-elle déclaré dans un entretien publié sur le site de Global Local Forum.
Reconstruire avec la synergie d'actions
Aujourd'hui, «tout est à reconstruire. Les forces du mal, qui occupaient nos communes, ont tout anéanti. Nous avons besoin d'aide. J'en appelle à un véritable élan de solidarité de nos partenaires plus particulièrement à l'égard des régions du nord», plaide Oumou.  Pour la militante engagée, chacun d'entre nous a son rôle à jouer dans cette reconstruction du pays, notamment la diaspora malienne à qui elle a rendu un vibrant hommage pour sa mobilisation et son engagement à rehausser l'image du pays que certains lobbies voulaient entacher.  Mais, grâce «aux actions et prises de position courageuses et énergiques» des Maliens de l'extérieur notre pays a évité d'être relégué définitivement sur le banc de la communauté internationale. «La diaspora malienne a énormément contribué aux activités de  développement du Mali bien avant cette crise. Dans les jours à venir, je suis persuadée que nos compatriotes vivant à l'extérieur se mobiliseront davantage pour assister leurs frères et s½urs qui sont dans le besoin». Avec la foi inébranlable qui l'anime, Mme Seck est optimiste et garde espoir. «J'ai foi en l'avenir de notre pays : le Mali. J'ai toujours appelé nos frères et s½urs à faire une distinction entre le MNLA et les touaregs. Le MNLA ne représente pas les touaregs. Tous les touaregs ne sont pas des rebelles. Ce mouvement ne représente qu'une petite minorité de la communauté touareg. Les Maliens doivent se mettre ensemble autour de l'intérêt supérieur de la nation. Oui, le vivre-ensemble est  encore possible. J'y crois, et nous y croyons fermement. Et nous nous y attèlerons», martèle-t-elle. Très dynamique et convaincante dans le plaidoyer, Oumou Sall n'est pas revenue les mains vides de son séjour lyonnais durant lequel elle a été très sollicitée. Elle a ainsi eu le privilège d'être reçue par le conseil de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.  Et le maire d'Althen-des-Paluds a organisé une réception à la mairie pour une remise de fonds afin d'équiper l’école maternelle de Goundam. «Un début de coopération» que Madame le maire espère naturellement «mutuellement fructueuse».
Hamady TAMBA

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

développement

AFP

Maroc: le développement du nord est une "priorité stratégique"

Maroc: le développement du nord est une "priorité stratégique"

AFP

Afrique: un tiers des pays ont des niveaux de développement humain moyens ou élevés

Afrique: un tiers des pays ont des niveaux de développement humain moyens ou élevés

AFP

Gambie: le président élu Barrow annonce un plan de développement

Gambie: le président élu Barrow annonce un plan de développement

paix

AFP

Gabon: un forum du "dialogue" tente d'arracher paix civile et sociale

Gabon: un forum du "dialogue" tente d'arracher paix civile et sociale

AFP

Le pape François appelle à la paix au Congo

Le pape François appelle à la paix au Congo

AFP

Libye: les tribus du Sud signent un accord de paix

Libye: les tribus du Sud signent un accord de paix