mis à jour le

Attention aux vendeurs d'illusions !

A la mi-mars 2013, le commissariat central de police de Ouagadougou a présenté à la presse, deux groupes d'escrocs présumés, qui ont été interpelés après des investigations concluantes.

La première affaire concerne l'entreprise ORREFI/BF qui, sous le couvert d'un test de recrutement fictif, a planifié une grosse arnaque. Sur la base des frais d'inscription, de dossiers et de visite médicale, les responsables de cette société ont frauduleusement engrangé plus de 17 millions de francs CFA, entre décembre 2012 et février 2013. En quête d'emploi, des centaines de Burkinabè se sont fait avoir par ces escrocs rompus, qui ont fini dans les mailles de la police. Légalement constituée, l'entreprise ORREFI/BF, dixit les policiers, a relégué sa vocation première (le commerce général) au second plan, pour glisser étonnement dans le domaine de l'emploi. Ainsi, les dirigeants de cette structure ont trouvé la parade pour relancer leurs affaires, au détriment d'honnêtes citoyens. Toutefois, leur arrestation, rendue possible grâce à une infiltration, démontre qu'ils n'ont pas été assez intelligents pour prospérer dans la vente d'illusions. La seconde affaire est en rapport avec le Salon international des crafts (SIC). Montée de toutes pièces, cette manifestation devait regrouper, du 15 au 31 mars 2013 à Ouagadougou, des hommes d'affaires du monde entier évoluant dans les secteurs de l'or et des métaux précieux. Mal intentionnés, le maître à penser de cet événement, M.S.O et ses acolytes ont empoigné, en l'espace de trois mois, plus de 28 millions de francs CFA. Et pour parvenir à encaisser pareille somme, les organisateurs du SIC ont échafaudé un coup fumant autour d'une éventuelle vente de voitures. Ils ont prétexté qu'une centaine de véhicules (TOYOTA YARIS) devaient venir d'Europe pour l'organisation pratique du salon, et qu'après coup, ils allaient être mis en vente, à des prix variant entre 4 et 6 millions de francs CFA. Mais pour profiter de l'offre, avaient-ils expliqué, les éventuels acheteurs devaient verser une caution de 500 000 francs CFA par voiture, avant l'ouverture du salon. Rêvant de s'offrir des véhicules « Au revoir la France », beaucoup de personnes n'ont pas hésité à souscrire, mais c'est sans compter avec les funestes desseins des patrons du SIC. Et il a fallu qu'une dame, qui s'est acquittée de la caution pour un véhicule, sente le roussi et alerte la police, pour que le pot-aux-roses soit découvert.

L'un dans l'autre, on est scandalisé par l'attitude de ces escrocs, qui ont su exploiter deux « vrais » centres d'intérêt du public, pour accomplir leurs basses besognes. Réjouissons-nous alors qu'ils aient été mis hors d'état de nuire et traduits en justice pour répondre de faits d'escroquerie. Déplorables, ces deux affaires rappellent celle d'un autre escroc, dont le plan a également échoué. Courant 2008, celui-ci s'était fait passé pour un agent de la Banque Ouest-africaine de développement (BOAD), pour extorquer des fonds à des exposants de la Foire internationale de Bobo-Dioulasso (FIBO). Manque de pot, il a été mis aux arrêts, et remis aux juges, qui l'ont condamné en son temps après examen de l'affaire. Peu importe les moyens utilisés, l'escroquerie est un phénomène qui prend de l'ampleur sous nos cieux. Des individus futés, désespérément en quête d'argent, imaginent n'importe quoi pour se remplir les poches, même s'ils finissent par se faire prendre le plus souvent par les forces de sécurité.

Plus chanceux, certains délinquants à col blanc arrivent à se tirer à bon compte, laissant leurs victimes dans la colère et les regrets. Ce qui est rageant. Dans ce contexte, nous devons tous être sur nos gardes, afin de ne pas tomber dans les nasses de ces individus sans foi ni loi. Il faut réfléchir mille fois, ou s'assurer d'un minimum de crédibilité, avant de se lancer dans toute entreprise, qui implique un investissement financier. Le monde est tel, que l'on ne sait plus à qui faire confiance, surtout en matière d'argent. Prudence....

Kader Patrick KARANTAO

[email protected]

Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes