mis à jour le

Effondrement de l’immeuble de Ouakam : L’entrepreneur condamné à 2 mois ferme

L'entrepreneur de l'immeuble qui s'est effondré le 8 mars dernier à Ouakam a été jugé hier. Il a été condamné à 6 mois dont 2 ferme.

L'entrepreneur Ndia Guèye, qui supervisait les travaux de l'immeuble qui s'est effondré à Ouakam entraînant la mort de deux personnes, a comparu hier devant le Tribunal des flagrants délits de Dakar. Il répondait des délits de blessures involontaires, homicide, complicité d'autorisation de construire. Ndia Guèye qui a perdu son propre fils Moussa Guèye et son neveu Assane Camara est loin d'être au bout de ses peines. En plus de ce malheur qui l'étreigne encore, il a été déclaré coupable et condamné à 6 mois dont 2 ferme. Le prévenu construisait un immeuble à deux étages pour le commerçant Mohamet Athie. Mais au mois de novembre dernier, le propriétaire du bâtiment lui a demandé de continuer les travaux pour en faire un immeuble avec 4 étages.

Il lui a dit avec assurance, précise Ndia Guèye, qu'il a fait la demande d'autorisation allant en ce sens et qu'il attendait incessamment l'arrêté. Se pliant à cette volonté du commerçant, l'entrepreneur Ndia Guèye a poursuivi les travaux avec les ouvriers qu'il avait engagés. Mais, malheureusement, le 8 mars dernier, l'immeuble s'est effondré causant la mort de Moussa Guèye et de Assane Camara.

Devant la barre l'entrepreneur, qui a manifesté son regret d'avoir accepté de poursuivre les travaux sans exiger l'autorisation, a reconnu les faits. Mais il a aussi tenu à préciser qu'il a fait les chaînages en utilisant des fers de type 12. Il a toujours, poursuit-il, procédé de la sorte sans avoir de problèmes. Des explications et des regrets qui n'ont pas convaincu le Parquet. Pour le maître des poursuites, la responsabilité pénale du prévenu est avérée et ne souffre d'aucune contestation.

Le Parquet, qui reproche à Ndia Guèye de ne pas faire d'étude de sol avant d'entamer les travaux, a requis 2 ans dont 6 mois ferme contre lui. Les blessés Lamine Ngom et Ibrahima Baldé ne s'étaient pas constitués partie civile, car ils trouvent que l'entrepreneur avait respecté les normes. Les avocats de la défense ont plaidé la clémence. Mais Me Assane Dioma Ndiaye et ses confrères ont saisi cette opportunité pour dénoncer le fait que les Sénégalais ne s'attachent pas des services des architectes quand ils construisent. Ils ont aussi déploré le défaut de contrôles des agents techniques de la mairie.

le Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

effondrement

AFP

Tanzanie: au moins 14 mineurs coincés dans une mine d'or après un effondrement

Tanzanie: au moins 14 mineurs coincés dans une mine d'or après un effondrement

AFP

Nouvel effondrement d'une maison au Maroc: deux enfants tués

Nouvel effondrement d'une maison au Maroc: deux enfants tués

AFP

Effondrement d'un immeuble

Effondrement d'un immeuble

Ouakam

group promo consulting

Le Mrdo veut Thierno Niang à la mairie de Ouakam

Le Mrdo veut Thierno Niang à la mairie de Ouakam

group promo consulting

Ligue 1 : le Jaraaf bat Ouakam et reprend la 2-ème place

Ligue 1 : le Jaraaf bat Ouakam et reprend la 2-ème place

group promo consulting

Les agents du centre de santé de Ouakam veulent un mur et une canalisation

Les agents du centre de santé de Ouakam veulent un mur et une canalisation

ferme

AFP

Nigeria: l'aéroport d'Abuja sera fermé six semaines pour travaux en mars

Nigeria: l'aéroport d'Abuja sera fermé six semaines pour travaux en mars

AFP

Sénégal: un imam condamné en appel

Sénégal: un imam condamné en appel

AFP

Soudan du Sud: un quotidien fermé après la publication d'un rapport sur la corruption

Soudan du Sud: un quotidien fermé après la publication d'un rapport sur la corruption