mis à jour le

La dernière sortie d'Idrissa Seck continue de nourrir le débat dans les quotidiens

Les quotidiens traitent mercredi des réactions suscitées par les dernières déclarations de l'ancien Premier ministre, Idrissa Seck, sur l'action du Gouvernement, un sujet qui fait le menu de l'actualité à côté d'autres informations relevant de la politique.

Selon le quotidien Enquête, l'Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel, a été ''tétanisée'' par la dernière sortie de l'ancien Premier ministre, Idrissa Seck, contre l'actuel Gouvernement au sein duquel siègent certains de ses lieutenants.

''La virulente sortie d'Idrissa Seck, contre le Gouvernement, semble avoir tétanisé l'Alliance pour la République dont les principaux responsables sont aux abonnés absents, alors que d'autres responsables de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar s'agrippent à des discours déjà entendus'', écrit le journal.

A l'occasion de l'anniversaire de l'accession de Macky Sall à la magistrature suprême, Idrissa Seck a jugé insuffisante l'action du Gouvernement, au regard des problèmes qui demeurent, en particulier dans le domaine de l'emploi, de l'énergie, entre autres.

Selon lui, ''le problème, ce sont les banquiers qui ne connaissent pas la finance publique'', en allusion au Premier ministre, Abdoul Mbaye, et au ministre de l'Economie et des Finances, Amadou Kane, tous les deux des banquiers.

Suite à cette sortie, des membres de l'APR exigent le départ des ministres issus des rangs du parti de M. Seck, par ailleurs maire de Thiès, indique le quotidien Rewmi. Le chef de l'Etat, Macky Sall, ''va trancher dès son retour des Etats-Unis'', croit savoir le journal.

''L'histoire politique du Sénégal a montré que les coalitions, même les plus rigoureuses dans leur fondement, n'ont pas une longue durée de vie. Les signaux émis par le maire de Thiès nous confortent dans cette idée'', fait observer le quotidien Direct Info dans son billet consacré à ce sujet.

''La gifle de Idy à Macky restera-t-elle impunie ? La riposte du leader de l'APR sera déterminante pour l'avenir de Bennoo Bokk Yaakaar'', la coalition regroupant les partis de la majorité présidentielle, écrit le journal, tirant à sa Une : ''la sortie de Idy jugée +inégalante+''.

''Le maire de Thiès s'est attelé hier à un exercice de communication difficile pour tenter d'amadouer les plus sceptiques sur ses réelles ambitions pour le pays. Ainsi, Idrissa Seck veut profiter de l'impopularité grandissante de Macky Sall pour se dresser comme un sauveur et récolter des dividendes politiques'', commente Le Pays au quotidien.

Cité par le quotidien L'As, Abdou Mbow, député de l'APR, juge que l'ancien Premier ministre, Idrissa Seck, ''doit tirer toutes les conséquences de ses déclarations''. Le quotidien Walfadjri tente, lui, d'expliquer pourquoi le chef de l'Etat, Macky Sall, ''ne veut pas prendre l'initiative de la rupture'' avec cet allié présenté comme son principal adversaire.

''Bien que se réclamant de la mouvance présidentielle, Idrissa Seck se positionne de plus en plus en opposant du régime du président Macky Sall. Du coup, c'est la coalition Bennoo Bokk Yaakaar qui se retrouve prise en otage entre les incohérences du président de Rewmi et les faiblesses du chef de l'Etat qui peine à faire preuve de plus de fermeté avec ses alliés'', écrit Walfadjri.

''Idrissa Seck est incohérent'', tranche Abou Abel Thiam, porte-parole du président de la République, qui ''s'insurge contre les critiques formulées par Idrissa Seck à l'encontre de la mouvance présidentielle'' représentée par la coalition Bennoo Bokk Yaakaar.

Au nombre des sujets politiques évoqués par la presse quotidienne, L'Office rapporte que l'Alliance des forces de progrès (AFP), le parti du président de l'Assemblée Nationale, Moustapha Niasse, ''défie et critique ses alliés'' au sujet des locales de 2014 et de la politique d'emploi.

''Mbaye Dione, responsable régional de l'Alliance des forces de progrès (AFP) de Thiès, a tiré un bilan satisfaisant de la première année d'exercice du pouvoir par Macky Sall. Sur l'emploi des jeunes, il a déclaré (que) +5.500 emplois c'est bon, mais c'est peu par rapport à l'océan de demandes des jeunes+'', écrit L'Office.

A Rufisque, une commune située à la sortie de Dakar, la bataille pour la mairie est ouverte, avec comme protagonistes l'ancien édile, Mbaye Jaques Diop, et le titulaire actuel du poste, Badara Mamaya Sène, annonce Sud Quotidien. ''Comme l'avait prédit Mbaye Jacques Diop (...), la bataille de Rufisque aura bien lieu pour les prochaines élections municipales'', écrit le journal.

''Le ton a été donné par les partisans de l'actuel maire de la ville qui ont tenu un meeting à quelques encablures du domicile de l'ancien maire socialiste. Apparemment, un défi doublé d'une +profanation+ de la chasse gardée de Mbaye Jacques Diop par Badara Mamaya Sène, alors même que celui-ci compte s'investir à fond dans la bataille contre son ancien protégé et actuel maire de la commune'', rapporte le journal.

APS

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

débat

AFP

Qui dirige le groupe nigérian de Boko Haram? L'EI relance le débat

Qui dirige le groupe nigérian de Boko Haram? L'EI relance le débat

AFP

En Tunisie, le débat sur l'homosexualité au grand jour

En Tunisie, le débat sur l'homosexualité au grand jour

AFP

L'Algérie débat d'une révision controversée de sa Constitution

L'Algérie débat d'une révision controversée de sa Constitution