mis à jour le

Centrafrique: le Premier ministre reconduit, les rebelles patrouillent

Le chef du gouvernement d'union nationale centrafricain Nicolas Tiangaye a été reconduit dans ses fonctions mercredi par le nouvel homme fort du pays, Michel Djotodia, tandis que les rebelles du Séléka tentaient de faire cesser les pillages à Bangui.

"J'ai été reconduit Premier ministre, le décret a été signé", a affirmé Nicolas Tiangaye, avocat et opposant de l'ex-président François Bozizé, renversé il y a trois jours par le Séléka qui a pris le pouvoir en Centrafrique à la faveur d'un coup de force.

Nicolas Tiangaye avait été nommé Premier ministre le 17 janvier, six jours après l'accord de paix de Libreville, conclu entre le régime Bozizé, l'opposition politique et la rébellion, à la suite de la première offensive du Séléka en décembre. Arguant du non-respect de cet accord, les rebelles ont lancé vendredi dernier une nouvelle offensive éclair victorieuse.

Michel Djotodia avait annoncé lundi soir qu'il reconduirait dans ses fonctions M. Tiangaye, "en respectant l'esprit des accords de Libreville".

Pillages et pénuries

Dans la capitale Bangui, l'électricité a été rétablie mercredi et l'activité économique redémarrait lentement, alors que les habitants commençaient à s'impatienter devant les pénuries, deux jours après l'annonce de Michel Djotodia, chef du Séléka, qu'il prenait le pouvoir pour trois ans.

"Nous n'avons rien à manger. Je donne de l'eau avec du sel à mes enfants", expliquait mardi une habitante du quartier Benz VI, employée de la société Orange dont des locaux avaient été pillés.

Des patrouilles mixtes composées de la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac) et de membres du Séléka tentaient toujours mercredi de "sécuriser" la capitale en proie aux pillages.

"La ville est tellement grande, il y a des pillages partout, c'est très dur de tout contrôler", confiait mardi un soldat de la Fomac sous couvert d'anonymat.

Le mot d'ordre est "tolérance zéro avec les pillards", a affirmé à l'AFP le général Moussa Mohammed Dhaffane, un des cinq ministres Séléka au sein du gouvernement d'union nationale, qui a lui-même participé à la traque des présumés pilleurs.

Mercredi, les taxis sont réapparus dans les rues de Bangui, et la radio nationale a recommencé à émettre. Michel Djotodia avait appelé les Centrafricains à retourner au travail dès mardi. La plupart des marchés avaient rouvert, mais l'activité restait limitée avec des prix très élevés.

Un bilan incertain

Le bilan des violences reste toujours difficile à établir après l'entrée de la rébellion dans la capitale, la Croix-Rouge ayant signalé "un nombre important de blessés et de morts".

Durant le week-end, la France avait renforcé son dispositif militaire en Centrafrique, déployant quelque 550 soldats pour protéger les 1.200 Français qui vivent dans le pays, plusieurs témoignages faisant état de pillages.

Au ministère français des Affaires étrangères, on indiquait mardi qu'il n'y avait "pas d'ordre de regroupement des Français de Bangui préalable à une évacuation" mais une aide "ponctuelle" à des Français victimes de pillages.

Ancien fonctionnaire ayant basculé dans la rébellion en 2005, M. Djotodia a annoncé lundi soir qu'il allait diriger le pays en gouvernant par ordonnances pendant ce qu'il a appelé "une période de transition consensuelle de trois ans". Il a a également annoncé qu'il allait suspendre la Constitution et dissoudre l'Assemblée nationale, pour conduire le pays "à des élections libres, crédibles et transparentes".

François Bozizé était arrivé au pouvoir par les armes en 2003, à la tête d'une rébellion qui avait chassé le président Ange-Félix Patassé. Il s'est réfugié à Yaounde, au Cameroun voisin, mais les autorités camerounaises souhaitent qu'il "parte le plus rapidement possible vers un autre pays".

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: la loi controversée sur les stupéfiants assouplie  Centrafrique: fin de la traque contre Kony pour les forces américaines  Afrique du Sud: le fils d'une riche famille revient sur les lieux du crime 

ministre

AFP

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

AFP

RDC: Kabila nomme l'opposant Bruno Tshibala Premier ministre

RDC: Kabila nomme l'opposant Bruno Tshibala Premier ministre

AFP

RDCongo: Kabila nomme un Premier ministre dans 48 h, au risque de turbulences

RDCongo: Kabila nomme un Premier ministre dans 48 h, au risque de turbulences

rebelles

AFP

RDC : la police accuse des rebelles d'avoir massacré 39 agents

RDC : la police accuse des rebelles d'avoir massacré 39 agents

AFP

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

AFP

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc