mis à jour le

Les petites misères de Yérim Seck en prison

Sa peine a été réduite à deux ans ferme, mais Cheikh Yérim Seck risque de quitter la chambre 3 qu'il occupait jusqu'ici au Camp pénal, pour une autre beaucoup plus peuplée.

Selon le journal La Tribune lu par Rewmi.com, cette mutation serait liée au portable trouvé chez lui mais aussi et surtout à la volonté du nouveau directeur de "mettre de l'ordre" dans cette maison de détention. Et le journal de rappeler que le patron du site d'informations Dakaractu n'en est pas à sa première "altercation" avec les autorités de la prison de Liberté VI. On nous apprend qu'un garde pénitencier l'avait giflé et l'avait même blessé. Cheikh Yérim Seck avait voulu porter plainte, mais c'est un des amis avocats qui l'en avait dissuadé. Aujourd'hui, à en croire La Tribune, avec la nouvelle tournure des choses, il est fort probable que le sieur Seck remette sa plainte au goût du jour. A moins que le magistrat Boubou Diouf Tall, président de l'Observatoire national des lieux de privation des libertés ne se penche sur son cas. Ironie du sort, ce dernier est le père d'Aïssata Tall, celle qui est à l'origine de l'incarcération du célèbre journaliste.
REWMI.COM/AW

Petites

AFP

Liberia: un barrage redonne de l'énergie aux petites entreprises

Liberia: un barrage redonne de l'énergie aux petites entreprises

AFP

En Egypte, petites victoires contre le harcèlement sexuel

En Egypte, petites victoires contre le harcèlement sexuel

AFP

Tanzanie: deux petites explosions

Tanzanie: deux petites explosions

prison

AFP

Afrique du Sud: Pistorius légèrement blessé dans une bagarre en prison

Afrique du Sud: Pistorius légèrement blessé dans une bagarre en prison

AFP

Tanzanie: 25 ans de prison pour trafic d'

Tanzanie: 25 ans de prison pour trafic d'

AFP

Cameroun: 25 ans de prison

Cameroun: 25 ans de prison