mis à jour le

Augmentation des prix des transports urbain et interurbain : Le silence coupable des autorités ?

Il a fallu le refus niet des populations qui l'ont  manifesté dans les rues pour que les autorités réagissent par rapport à l'augmentation des prix des transports urbain et interurbain.

Depuis quelques jours, les usagers des transports urbain et interurbain ont vu les prix des transports augmenter de 50 FCFA pour ce qui concerne les SOTRAMA. Cette hausse de prix sur les différents trajets du District de Bamako et ses environnants par le syndicat des transporteurs, s'explique selon eux par l'augmentation du prix de carburant. Une mesure qui n'a pas tardé à provoquer l'ire des populations. Du coup, les manifestations de protestations contre les chauffeurs de SOTRAMA et de bus, ont failli embraser la ville. D'Hamadallaye, aux Badialans, en passant par N'Tominkorobougou, Yirimadio, Banankabougou, Faladié, Daoudabougou, Kalaban, etc., les barricades ont poussé sur les routes  et des pneus  ont été incendiés sur les voies, en guise de  mécontents et de signes de  protestation contre ce que certains ont vite fait de qualifier d'augmentation sauvage. Voyant la détermination des populations à ne accepter  cette augmentation des prix, les transporteurs ont décidé d'arrêter de circuler jusqu'à  ce qu'une solution heureuse soit trouvée au problème. Ainsi, se passa des journées sans Sotramas et bus à Bamako et les alentours. Dans la posture du sapeur pompier pyromane, le département de l'équipement et des transports a fait une déclaration médiatique le 25 Mars 2013 dont la quintessence est qu'il n'était pas au courant de la hausse des prix. Et de demander aux transporteurs de maintenir les  prix initiaux. Histoire de mettre de la poudre aux yeux des gens. Sinon comment comprendre que les syndicats des transporteurs annoncent l'augmentation des prix et la mettre en application quelques jours après sans que le  département de l'équipement et des transports ne soit  au courant. Pourquoi n'avoir pas agit à temps pour éviter que la population ne se mette en colère ? En tout cas, avec le retard dans la réaction des  autorités de transition, l'on peut se demander, si elles n'étaient pas favorables à cette augmentation de prix. Quand on mettait sous presse cet article, les discussions étaient entre les transporteurs pour se prononcer sur la demande faite par le gouvernement.

Hadama B. Fofana

augmentation

AFP

Fraîchement élus, les parlementaires kényans veulent une augmentation

Fraîchement élus, les parlementaires kényans veulent une augmentation

AFP

L'Afrique du Sud recommande une augmentation de 8% au plus des frais universitaires

L'Afrique du Sud recommande une augmentation de 8% au plus des frais universitaires

AFP

Augmentation de la présence militaire française en Côte d'Ivoire

Augmentation de la présence militaire française en Côte d'Ivoire

prix

AFP

Prix Mo Ibrahim 2017 pour l'ex-présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf

Prix Mo Ibrahim 2017 pour l'ex-présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf

AFP

Gabon: grève des taxis contre les "tracasseries" policières et le prix du carburant

Gabon: grève des taxis contre les "tracasseries" policières et le prix du carburant

AFP

Soudan: une nouvelle manifestation contre la hausse des prix dispersée

Soudan: une nouvelle manifestation contre la hausse des prix dispersée

transports

AFP

Salaire impayés: Luanda paralysée par une grève des transports publics

Salaire impayés: Luanda paralysée par une grève des transports publics

AFP

Ebola: la ministre des Transports du Liberia en quarantaine

Ebola: la ministre des Transports du Liberia en quarantaine

LNT

Destination Maroc : Hygiène et transports urbains pointés du doigt

Destination Maroc : Hygiène et transports urbains pointés du doigt