mis à jour le

Syndicats : « Nous allons répondre correctement aux provocations du gouvernement »

La rencontre gouvernement/syndicat de l'année 2012 a accouché d'une souris. Sur 32 points que comptait le cahier de doléances des organisations syndicales, le gouvernement a pris des engagements sur 19 points. « Foutaises ! », estiment les travailleurs qui étaient réunis ce mardi 26 mars 2013 à la Bourse du travail pour écouter les conclusions de la rencontre.

Les travailleurs promettent de bander les muscles cette année pour obtenir plus d'acquis du gouvernement. Car sur les 19 engagements pris par le gouvernement, seuls 8 points sont contenus dans le cahier de doléances de 2012. « Les onze autres sont des points anciennement soumis et dont certains avaient même reçu un avis favorable du gouvernement », a expliqué Norbert Ouangré, porte-parole de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B).

On retient entre autres que l'Exécutif accepte la suppression de l'IUTS sur les primes et les indemnités de départ à la retraite à partir du 1er janvier 2007. Cette mesure concerne les travailleurs du parapublic. « Le gouvernement a promis de rembourser les primes de ceux qui sont allés à la retraite en partant de 2007 », a expliqué M. Ouangré.

Déception de l'assistance

Sur la question des produits de grande consommation, le gouvernement a pris « un engagement vague » de veiller à la qualité et au respect des prix de ces produits. « Mais comme vous le savez, ce sont des genres d'engagement sur lesquels on ne peut pas compter », a commenté le porte-parole des organisations syndicales. Le point de déception de l'assistance a sans aucun doute été celui du relèvement des salaires et pensions des agents des secteurs public, parapublic et privé sans distinction, au taux de 30% pour compter de janvier 2009. Selon les syndicats, ce point était un acquis en 2011 et devait être appliqué cette année. Mais le gouvernement vient de leur expliquer qu'une étude doit être d'abord menée sur la grille salariale et les indemnités avant que la doléance ne connaisse une application effective. « Nous constatons que c'est un recul », a précisé le porte-parole.

« Le gouvernement nous entendra »

Convaincus que la rencontre de 2012 « n'a rien donné de bon », les travailleurs pensent désormais que l'argument de la force pourrait être la meilleure solution pour amener le gouvernement à revoir sa position. « Personnellement, je pense que seul le rapport de force peut amener le gouvernement à changer. J'avais d'ailleurs compris qu'il fallait laisser tomber ces négociations parce que rien n'allait nous être offert facilement », a indiqué, très dépité, Mahamoudou Sawadogo, enseignant au Lycée Philippe Zinda Kaboré. Pour sa part, Mme Kiemtoré, est très déterminée à « répondre correctement aux provocations du gouvernement ». C'est avec un goût d'inachevé que les travailleurs se sont quittés contraints par un délestage qui est survenu au cours de la réunion. « Mais ce n'est pas fini. Le gouvernement nous entendra », ont laissé entendre certains.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Nouvelles propositions du Gouvernement 2012

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

syndicats

AFP

Nigeria: le gouvernement rencontre les syndicats pour tenter d'éviter une grève générale

Nigeria: le gouvernement rencontre les syndicats pour tenter d'éviter une grève générale

AFP

Zimbabwe: la police empêche les syndicats de manifester contre les suppressions de postes

Zimbabwe: la police empêche les syndicats de manifester contre les suppressions de postes

AFP

Maroc: près de 10.000 personnes manifestent

Maroc: près de 10.000 personnes manifestent

gouvernement

AFP

Cinq mois après les législatives, le Maroc toujours sans gouvernement

Cinq mois après les législatives, le Maroc toujours sans gouvernement

AFP

Kenya: le gouvernement veut la libération des syndicalistes médicaux

Kenya: le gouvernement veut la libération des syndicalistes médicaux

AFP

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"