mis à jour le

La fantaisie marzouguienne de partager la Tunisie dépasse les limites

La dernière proposition du président transitoire de la République est on ne peut plus étonnante, bien que d'aucuns essaient de lui trouver des justifications pouvant paraître rationnelles. Rappelons que Moncef Marzougui a préconisé dernièrement ( dans une interview à une agence d'information allemande du 22 mars 2013 ) le partage de la Tunisie ( comme si nous n'étions pas assez partagés depuis plus d'une année ! ) en sept territoires économiquement indépendants ( encore un « sept-7 », pourquoi pas, puisqu'un autre sept aurait pu être un numéro gagnant, sans le trafic de la machine ?), conformément à la structure fédérale en Allemagne.

Curieusement, l'ancien Premier ministre de H.Bourguiba, le dernier avant Ben Ali, M. Rachid Sfar, nous informe sur sonblog et en partage sur facebook que la proposition émanait de lui, déjà en 1987, ratifiée même par le Président de la République , en juillet de la même année, avant que Ben Ali ne décide de l'envoyer aux oubliettes. Voilà bien un discrédit que l'on prendrait bien pour un compliment !

En effet, je ne sais au nom de quelle rationalité on chercherait à diviser un pays aussi petit que la Tunisie en d'autres petits « états indépendants » (on ne dit même pas autonomes) à même de constituer une fédération ! La proposition devient d'ailleurs suspecte quand on sait qu'elle survient le lendemain d'une terne et timide commémoration de la fête de l'indépendance !

D'abord sur le plan socio-économique, cette formule va creuser d'avantage le déséquilibre entre les régions, leurs sources de richesses étant nettement inégales, et va fomenter, en plus, des divergences de toutes sortes susceptibles de nous ramener un néo-tribalisme (dont certaines violences perpétrées dans le prolongement de celles de janvier 2011 nous ont donné un éloquent exemple) et un néo-sectarisme confessionnel à même de faire éclater irrémédiablement la structure de l'Etat, qui a été une constante de l'Histoire tunisienne depuis des millénaires, celle de l'unité nationale et toute l'éthique civique du vivre-ensemble dont notre culture nationale est porteuse.

Que chacun de nous essaie, en bonne âme et conscience, d'imaginer cette Tunisie, ne serait-ce qu'au mode virtuel, et il apparaîtra que la proposition de notre président ne saurait passer que pour une fantaisie de plus, émanant de quelqu'un qui est peut-être un peu poète, dans son aspect de trouble-fête, mais guère assez pragmatique pour la gestion politique d'un Etat, même aussi petit que la Tunisie.

Par ailleurs, l'Allemagne et les Allemands sont un grand Etat et un grand peuple (marqué tout de même par une diversité interne, sans comparaison aucune avec un non moins autre grand peuple, le peuple tunisien), mais que le président provisoire les invite à restructurer notre pays et à en gérer le partage, cela dépasse les limites de la raison pratique et de l'éthique patriotique ! A moins qu'il ne s'agisse d'un néocolonialisme, sous-couvert de je ne sais quelle autre raison déraisonnable, intégré dans une stratégie d'appui et d'influence, si bien que l'on penserait la Tunisie de demain comme un autre gâteau à partager, de la même manière qu'en sont partagées aujourd'hui ses instances du pouvoir et ses institutions anté-constitutionnelles ?!

Alors voilà, mes chers concitoyens, imaginez votre Belle Tunisie métamorphosée en sept petites fées (on est bien dans le conte fantastique, n'est-ce pas ?). Il faudra leur trouver sept princes, qu'importe qu'ils soient des faux, ainsi baptisés pour la circonstance. Puis, chaque pseudo-prince doit avoir son Diable de l'Autre Monde, un diable protecteur !

Je sais : vous avez déjà retrouvé les princes qui suscitent la convoitise de notre provisoire président et de ses pairs ! Ah oui ! Vous avez trouvé aussi le Grand diable de chacun ! Non ? Allons ! Vous en connaissez au moins trois ! Pour le reste, vous avez le temps de résoudre l'énigme ! En tout cas, du chiffre 3 au chiffre 7, il n'y a pas trop à se creuser la tête ! 

Mansour M’henni

Remarque : Le titre n’est pas de l’auteur

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Tunisie

AFP

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

AFP

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

AFP

La Tunisie

La Tunisie