mis à jour le

L’ancien chef de la DST appelle à ouvrir le dossier du Qatar

Yves Bonnet ,ancien chef de la DST (Direction de la surveillance du territoire français) Yves a mis en cause l’argent de la drogue mais aussi celui de l’Arabie saoudite et de l’Emirat du Qatar dans le financement de réseaux islamistes radicaux.

Dans un entretien publié lundi 25mars par la Dépêche du Midi ( l’article n’est pas disponible sur le net), Yves Bonnet estime que ces réseaux posent la question du trafic de drogue mais selon lui « il y aussi le problème de l’argent qui est alloué par des pays salafistes ».

« On n’ose pas parler de l’Arabie Saoudite et du Qatar, mais il faudrait peut-être aussi que ces braves gens cessent d’alimenter de leurs fonds un certain nombre d’actions préoccupantes », déclare-t-il.

« Il va falloir un jour ouvrir le dossier du Qatar car là il y a un vrai problème. Et je me fiche des résultats du Paris-Saint-Germain », a-t-il déclaré.

Les projets d’investissements du Qatar en France suscitent des interrogations dans la classe politique. Après avoir investi au Paris-Saint-Germain, dans l’achat de droits de diffusion TV, puis sur le marché de l’art, le Qatar pourrait dédier un fonds d’investissement de 50 à 100 millions d’euros aux banlieues françaises.

Une « cellule » islamiste radicale a été démantelée samedi et l’un de ses membres, un Français de 33 ans de la communauté antillaise, a été tué à Strasbourg après avoir ouvert le feu sur des policiers venus l’interpeller. Onze personnes, toutes françaises, étaient en garde à vue lundi.

Réseau tentaculaire

« Côté renseignement, ce type de réseau est beaucoup plus difficile à identifier car là on a affaire à des gens qui sont des convertis (…) ils sont beaucoup plus difficiles à cerner », commente Yves Bonnet.

Selon le site d'information britannique Open Democracy, qui fait écho à plusieurs articles parus dans la presse française et internationale, notamment Le Canard Enchainé dans son article « Notre ami du Qatar finance les islamistes du Mali » (édition du 6 juin 2012), qui se base lui-même sur un rapport de la DRM française ( Direction du Renseignement Militaire ), le Qatar financerait et armerait les islamistes. Ces derniers seraient entrainés par les forces spéciales du Qatar.

La présence du Qatar au Mali ne date pas d'hier, mais bien des années 80, lorsqu'il s'est impliqué dans des ½uvres caritatives et religieuses, ainsi que le financement d'écoles. Signalons qu'un accord a été conclu en août dernier à Doha entre les Croissants-Rouges qatari et malien. Le champ d'action des Qataris a pour port d'attache le triangle de Gao, Kidal et Tombouctou, l'axe où règnent actuellement les différents groupes islamistes armés. Depuis le pseudo « Printemps arabe », la présence qatarie s'est intensifiée dans cette région.
Est-ce un hasard si ces régions se retrouvent aujourd'hui entre les mains de tueurs sanguinaires qui sont fondamentalement des alliés stratégiques du Qatar ? Sachant que ce minuscule émirat finance de nombreux mouvements tels les Frères musulmans d'Egypte, les islamistes d’Ennahdha en Tunisie et les mercenaires recrutés pour combattre en Syrie .

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

chef

AFP

En Libye, le chef du HCR appelle

En Libye, le chef du HCR appelle

AFP

RDC: la prison de Kinshasa attaquée, un chef rebelle évadé

RDC: la prison de Kinshasa attaquée, un chef rebelle évadé

AFP

Zambie: le chef de l'opposition en prison au moins jusqu'au 22 mai

Zambie: le chef de l'opposition en prison au moins jusqu'au 22 mai

Qatar

AFP

Athlétisme: le Qatar a versé 2,5 millions de dollars au fils de Lamine Diack

Athlétisme: le Qatar a versé 2,5 millions de dollars au fils de Lamine Diack

AFP

Sénégal: libération controversée de Karim Wade, qui remercie le Qatar pour son intervention

Sénégal: libération controversée de Karim Wade, qui remercie le Qatar pour son intervention

AFP

Darfour: le Qatar insatisfait du niveau d'aide internationale

Darfour: le Qatar insatisfait du niveau d'aide internationale