mis à jour le

Gestion du gouvernement : Idrissa Seck désapprouve Abdoul Mbaye et réclame des comptes à Macky Sall

L'ancien premier Idrissa Seck, qui accordé un entretien à nos confrères du Groupe Futurs Médias, n'a pas manqué de critiquer la gestion du pays, sous l'an premier du magistère de son allié Macky Sall. Dans ce sillage, il a désapprouvé le premier Abdoul Mbaye qu'il dit incompétent à abroger les souffrances des sénégalais, du fait de sa méconnaissance de la gestion de l'Etat.


Dès la nomination du banquier Abdoul Mbaye, comme premier ministre, ils avaient été nombreux, les observateurs politiques et économiques, à avoir vivement crié leur désapprobation. D'autres, plus téméraires, sont allés jusqu'à demander le départ du sieur Mbaye, dont les options de gestion gouvernementale suintait une méconnaissance de l'administration. Un an après, c'est l'ancien premier ministre sous Wade, Idrissa Seck, par ailleurs, chef du parti Politique Rewmi, qui souligne son incompétence à gérer un gouvernement. En effet, d'avis que la profession de banquier de l'actuel premier ministre est incompatible avec le développement du Sénégal, M. Seck précisera : «les banquiers ne connaissent pas la finance publique. Le problème, c'est qu'ils sont des banquiers : ils sont là pour garder de l'argent mais ils ne créent pas la richesse». Aussi, Idrissa Seck voudra-t-il inviter le Président de la république à se séparer de son premier ministre dont l'opposition, depuis l'affaire Habré, réclame la démission du gouvernement. Lequel n'a pas encore satisfait la demande sociale. «Aujourd'hui, la vie reste chère, l'emploi n'a pas décollé, des entreprises sont en difficulté, mettent la clé sous le paillasson et licencient, les délestages ont repris et la question de l'énergie n'est pas encore correctement prise en charge. Au niveau macro-économique, on nous parle de mettre de l'ordre dans le profil de la dette, plutôt que d'aller chercher l'argent nécessaire aux gros investissements et aux gros travaux que Macky Sall doit entreprendre», constatera Idrissa Seck qui, après être revenu sur sa gestion des fonds politiques, sous Abdoulaye Wade, a, de nouveau, interpellé le président Macky Sall sur les fameux sept (7) milliards taïwanais. Pour rappel, le président d'alors, Abdoulaye Wade, après que la presse avait levé le lièvre, avait soutenu avoir reçu d'un ami taïwanais un don de 7 milliards qu'il avait remis à son Premier ministre d'alors, pour qu'il le reverse dans le budget. Idrissa Seck dit ne demander, ni plus ni moins, que Macky Sall lève le voile sur cet argent, le premier compte par lequel il a transité et sa destination finale. Le Président Sall a toujours soutenu avoir partagé cet argent entre différents ministères et services, suivant les priorités d'alors.
Ibrahima Khalil DIEME

Abdoul Mbaye a Idrissa Seck
«Il a tenté d'entrer dans l'école où je suis passé mais, il n'est pas parvenu»

Le Premier ministre Abdoul Mbaye, à l'occasion de la table ronde marquant l'An 1 du régime de Macky Sall, a réagi à l'attaque contre sa personne du Président du parti Rewmi Idrissa Seck qui, dans une interview, avait noté que les banquiers ne connaissaient pas la finance publique, qu'ils sont là pour garder de l'argent mais ne créent pas la richesse. Abdoul Mbaye a, dans une réponse simple, noté qu'Idrissa Seck sait ce qu'il a appris et qu'il a tenté d'entrer dans l'école par laquelle il est passé, sans pour autant, y parvenir.
Les deux premiers ministres Idrissa Seck et Abdoul Mbaye, même si l'un, à la faveur de l'actuel Président de la République, avait quitté la station primatoriale, ont échangé hier quelques vérités sur la capacité à occuper ce poste. Idrissa Seck qui a débuté les hostilités, hier matin, a, de la part d'Abdoul Mbaye, comme réponse, reçu des déballages. «Idrissa Seck sait ce que j'ai appris. Il a tenté d'entrer dans l'école où je suis passé, mais il n'est pas parvenu à le faire», a fait savoir le Premier ministre, avant de préciser : «la finance publique existe et tu peux l'apprendre dans des écoles privées, à l'université et c'est là que j'ai appris la finance publique, et à la banque centrale. Les gens disent souvent qu'Abdoul Mbaye est un banquier et ils oublient que j'ai fait l'économie aussi. A la banque centrale, j'ai commencé par l'économie, la détermination que j'ai montrée là-bas, c'est ce qui a fait qu'on m'a amené à la banque centrale. Abdoul Mbaye est un économiste et les gens ne le savent pas. Certaines personnes n'ont pas cette qualité et moi, je me débrouille dans ce secteur».
Marchés gré à gré
Le premier ministre a, par ailleurs, concernant le marché complémentaire de 80 milliards signés pour le raccordement de l'autoroute à péage et l'aéroport de Diass, noté que ce n'est pas du gré à gré mais, un avenant. Selon M. Mbaye, le Gouvernement «ne refuse pas le gré à gré, mais nous refusons le gré à gré qui va avec du vol». «S'il y a un programme urgent, on peut l'utiliser, mais surtout avec des témoins qui vont prouver que c'est un fait urgent et il n'y a pas de vol aussi. Il y avait un marché qui existait déjà et on y a ajouté quelque chose. C'est moi-même qui ai appelé les gens qui étaient concernés pour leur dire de discuter pour voir ce qu'il y a de mieux à faire dans ce marché, pour qu'on ait une entreprise moins chère et plus rapide dans l'exécution des travaux, parce que si l'on devait lancer un autre marché, on pourrait attendre plus de 6 mois pour sa validation et encore plus, pour le démarrage», a-t-il éclairé.
Mamadou DIOUF et Fara MENDY
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

gestion

AFP

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

AFP

Tunisie: le gouvernement défend sa gestion de la crise

Tunisie: le gouvernement défend sa gestion de la crise

AFP

Chute du rand: le nouveau ministre sud-africain des Finances promet "une gestion budgétaire saine"

Chute du rand: le nouveau ministre sud-africain des Finances promet "une gestion budgétaire saine"

gouvernement

AFP

Côte d'Ivoire: le gouvernement veut enrayer la colère des soldats

Côte d'Ivoire: le gouvernement veut enrayer la colère des soldats

AFP

Côte d'Ivoire: accord entre mutins et gouvernement

Côte d'Ivoire: accord entre mutins et gouvernement

AFP

Côte d'Ivoire: un nouveau gouvernement dans la continuité

Côte d'Ivoire: un nouveau gouvernement dans la continuité