mis à jour le

IDRISSA SECK TRAHI PAR SON HUMANISME

Considéré par beaucoup de gens comme étant un être extraordinaire, doué, à la fois, de plusieurs forces charismatique, oratoire, intellectuelle et religieuse, le maire de Thiès qui, avec une stratégie innovante et spectaculaire dénommée «marche bleue», aura permis l'accession de son parti originel au pouvoir, vient, au terme d'un long et époustouflant film, avec deux acteurs principaux, à savoir le père et le fils, de manifester son vrai personnage qui est, ni moins ni plus, que celui de l'humain.
L'histoire retiendra que l'homo-sénégalensis, en général, est un être plein d'humanisme, on a beau reprocher aux autorités de quelques bords qu'elles puissent être, la manifestation visible et spontanée de leurs émotions, le plus souvent, en public ou devant la presse, mais le constat est là, le sentimental finit toujours par prendre le dessus. C'est ainsi que celui qui a une vie articulée autour de 4 P : Pauvreté, parce que issue d'une famille démunie, Puissance, parce que devenu, en un moment, le numéro deux, à tout point de vue, du palais présidentiel, Prisonnier, car ayant vécu sept mois durant sous les verrous et Président, son v½u premier, pour une première fois et après avoir stoïquement traversé le désert, est trahi par son c½ur et sa langue et ses larmes qui tous ont synchronisé leurs sensations, le rendant du coup impuissant de contenir ses émotions. Idrissa Seck, mythique et mystique, opposant et allié, aura profité de son adresse aux auditeurs pour éclairer nombre de ses anciennes positions qui, à l'époque, semblaient sombres, parce qu'injustifiées. C'est le cas d'ailleurs de ses visites au palais, pour rencontrer son bourreau de père, son excellence Abdoulaye Wade. «C'est feu Serigne Saliou Mbacké et feu Serigne Mansour Sy qui m'avaient ordonné d'aller répondre au Président....., d'aucuns ont dit que j'ai remis le manteau que m'avait offert Feu Serigne Mourtala Mbacké à Macky Sall, c'est faux car, très souvent, je sors ce trésor pour le parfumer», se justifiera l'ex-premier ministre et actuel maire de la capitale du rail qui ne manquera pas de réaffirmer ses propos relatives aux locales à venir. «Je ne ferais pas trois mandat à la tête de la municipalité de Thiès», dira-t-il.
ALELO
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye