mis à jour le

L’AN 1 DE MACKY SALL : Des ruptures en vue pour développer le Sénégal

L'an 1 du mandat du président Macky Sall est marqué par une nouvelle politique de rupture. Laquelle se ressent déjà dans la perspective dégagée par le nouveau régime, qui a eu à décliner ses signes au plan institutionnel, constitutionnel, politique, juridique, administrative.

Le président Macky Sall s'est lancé dans une nouvelle politique de rupture, avec plusieurs réformes prévues, au niveau administratif et institutionnel. L'anniversaire de son accession à la magistrature suprême a été une occasion pour le groupe Benno Bokk Yakaar, d'organiser une table ronde pour présenter un bilan et présenter les axes stratégiques de ruptures telles que prônées par le Président Macky Sall. Dans cette politique de rupture, le marché est très vaste à réaliser du fait de l'importance du chantier et de sa complexité. «Le concept qui revient toujours dans le discours du président Macky Sall, c'est le terme rupture. Des ruptures sur les formes de gouvernance et de transparence. Le président accepte la démocratie, mais surtout, accompagnée de la bonne gouvernance», a déclaré le premier ministre Abdoul Mbaye.
Aminata Touré met en place une commission de recouvrement des biens mal acquis
Cette idée sera soutenue par le ministre de la justice pour annoncer l'installation d'une commission de recouvrement des biens mal acquis. «Cette commission est ce qui est le plus important dans notre lutte pour la transparence. Elle va collaborer avec les structures de notre pays comme la Crei, le Centif, l'Ige, l'Armp, entre autres structures», dira Aminata Touré, tout en ajoutant que la commission aura pour rôle de lutter contre les avoirs illicites. D'ailleurs, estime-t-elle, l'Etat s'appuiera sur cette commission pour identifier les avoirs cachés à l'étranger, sur toutes les niches dans lesquelles l'argent public a été planqué et d'assurer leur rapatriement dans les caisses publiques. Par ailleurs, les bases du développement de notre pays passeront par cette traque des biens supposées mal acquis. Car dira Mme Touré, «les délinquants à col blanc sont très intelligents». Ces derniers engendrent souvent des pertes à l'Etat vu leur méthode. Selon Mme Touré, la question de l'impunité et de la lutte contre la corruption n'a rien d'avoir avec une vendetta, comme le pensent les adversaires politiques. Il est important pour le Sénégal de mener des actions de lutte sur la transparence et la corruption.
La réforme constitutionnelle en vue par Macky
La révision de la constitution du Sénégal est une chose normale, selon le constitutionnaliste Ismaïla Madior Fall. Il y a eu une exagération depuis 2000 de la révision de la constitution. «La proposition de Macky Sall de ramener le quinquennat est une réhabilitation de l'orthodoxie au Sénégal. Lorsqu'Abdou Diouf introduisait le septennat en 1991, dit-t-il, ce fut une anomalie pour le Sénégal, de même que lorsque Abdoulaye Wade l'a réintroduit en 2008. On ne révise pas une constitution pour régler des fins politiques. Cette nouvelle révision permettra de limiter les mandats à maximum deux mandats pour un Président de la République. Ce qui signifie qu'il ne sera plus possible, à l'avenir au Sénégal, de pouvoir débattre sur ce sujet qui sera une clause d'éternité et irréversible qui engagera les générations futures», magnifiera-t-il, tout en dénonçant le tripatouillage fait par l'ancien régime. «Il y a une sorte de désacralisation de la Constitution et notre pays est champion du monde, en termes de révision constitutionnelle», se désole-t-il.
Instaurer le dialogue dans la fonction publique
Le Président Macky Sall prône l'installation du dialogue, au niveau de la fonction publique. «Nous pouvons dire que la vision du président Macky Sall a imprimé une nouvelle marque à la gouvernance de la Fonction publique et à la qualité d'un dialogue social constructif et réaliste, au regard de tout ce qui a été fait par pour l'avènement», a dit le ministre de la fonction publique, rappelant qu'il est important de corriger les disparités et les incohérences de notre système actuel de rémunération. Aussi, des changements sont-ils prévus dans cette nouvelle gestion de la fonction publique. «Il y aura une nouvelle administration pour corriger les faiblesses et les insuffisances de l'ancienne», a souligné, M. Sy
Fara MENDY et Mamadou DIOUF
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Sénégal

AFP

CAN-2017: l'Algérie dans un groupe compliqué avec le Sénégal et la Tunisie

CAN-2017: l'Algérie dans un groupe compliqué avec le Sénégal et la Tunisie

AFP

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

AFP

L'Arabie saoudite veut "renforcer" ses relations avec le Sénégal

L'Arabie saoudite veut "renforcer" ses relations avec le Sénégal