mis à jour le

Ouverture de la 1ière session des assises de Dakar Correctionnalisation des affaires de trafic de drogue

La première session de la cour d'assises de Dakar de l'année 2013 s'est ouverte, hier, au tribunal de Hors Classe de Dakar. L'occasion, pour le juge, l'avocat général et le représentant du bâtonnier, de revenir sur la question de la correctionnalisation des affaires de trafics de drogue.


Prenant la parole en premier, François Diouf, avocat général, conscient des efforts faits pour la justice, ne s'est pas retenu d'alerter face à l'ampleur des chantiers. Pis, il déclarera qu'avec la lenteur des évacuations des affaires de trafics de drogue, rien ne change dans le travail. Demandant la correctionnalisation de ces affaires, il déplore le fait que les rôles de la cour d'assises soient toujours inondés d'affaires de trafic de drogue. «Pour un dossier de ce genre ouvert, 300 sont en attendent, renseigne-t-il. A ce rythme, il arrivera un jour qu'ils ne pourront plus faire face aux rôles». Appelant les magistrats et les autorités compétentes à se pencher sur cette question, il déclare qu'avec ses pairs, ils veulent rendre la justice, au nom du peuple sénégalais. Dans la même veine, le représentant du barreau, Me Mbaye Sène a déploré que le tiers du rôle soit constitué d'affaires de trafics de drogue, alors que la criminalité est galopante dans le pays. «Depuis 5 ans, attesta-t-il, la justice a formulé le v½u, à l'endroit des autorités, que les affaires de trafics de drogue, empêchant le traitement des affaires criminelles, soient correctionnalisées».
Des 19 affaires avec 30 accusés enregistrées dans ce rôle de la 1ière session qui a commencé, hier, 25 mars, pour se clôturer le 9 avril, 8 sont des affaires de trafics de drogue. Une situation qui fait dire au juge de la cour d'assises, Me Koliba Dansokho, que la demande de la modification de la loi relative aux drogues doit être entamée. Désolé de voir que le seul argument opposé à sa modification est sentimental, «ils ne veulent pas donner un coup de poignard à l'initiateur», il se demande quelle doit être leur attitude. Il terminera par un appel à ses collègues de la cour d'appel de montrer aux parties civiles les démarches à entreprendre pour faire valoir leur droit.

Yandé DIOP Fanta DIALLO
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

ouverture

AFP

Tunisie: ouverture enthousiaste de la 2e édition du festival queer

Tunisie: ouverture enthousiaste de la 2e édition du festival queer

AFP

Soupçons de corruption en Afrique: ouverture mouvementée du procès de Bourbon

Soupçons de corruption en Afrique: ouverture mouvementée du procès de Bourbon

AFP

Cinéma : l'absurdité de la guerre en ouverture du Fespaco

Cinéma : l'absurdité de la guerre en ouverture du Fespaco

Assises

AFP

Génocide au Rwanda: un ancien préfet rwandais renvoyé aux assises en France

Génocide au Rwanda: un ancien préfet rwandais renvoyé aux assises en France

AFP

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

AFP

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

Dakar

AFP

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

AFP

De Toumaï

De Toumaï

AFP

Sénégal: Khalifa Sall perd la mairie de Dakar sur décision du président Macky Sall

Sénégal: Khalifa Sall perd la mairie de Dakar sur décision du président Macky Sall