mis à jour le

ASSISES 2013 : 10 ans de travaux forcés contre Ibrahima Gueye Il avait tué son ami d’enfance, à cause de 5000 frs

L'affaire Ibrahima Gueye, accusé du meurtre de son ami d'enfance, a ouvert le rôle de la première session de la cour d'assises de cette année. Face à la cour, hier, le jeune décorateur de cars rapides a reconnu avoir asséné le coup mortel à son ami, niant, toutefois, toute velléité d'intentionnalité. Une déclaration qui n'a pu prospérer devant l'avocat général qui a requis 20 ans de travaux forcés.

Le 22 novembre 2006, le poste de police de Yeumbeul fut avisés par le nommé Mamadou Camara de l'agression physique ayant occasionné des blessures graves, dont son frère venait d'être victime. Le transport des enquêteurs sur les lieux a permis l'interpellation d'Ibrahima Gueye et l'évacuation de la victime vers l'hôpital où, malgré les soins intensifs, il rendra l'âme, le lendemain de son admission. Le certificat médical de genre de mort établi par le Docteur Dial Chérif de l'hôpital Aristide le Dantec fait état d'un décès dû à une fracture du crâne causée par un objet dur et contondant. Interrogé sur les faits, le mis en cause reconnaitra avoir asséné un coup de pilon à son ami, sur la tête. Revenant sur les faits ayant occasionné leur querelle, il déclare qu'après leur descente du travail, ils sont allés lever le coude dans un bar à Guédiawaye et, sur le retour, demandant à Omar Camara de lui rendre les 5000 frs qu'un de ses clients lui avait remis, il dût faire face, outre au refus de ce dernier, à sa force physique, puisqu'il sera malmené dans l'eau boueuse des marécages par son protagoniste. Ajoutant qu'ils avaient repris la bagarre, une fois dans leur quartier mais, que craignant d'être humilié encore, il allait se saisir d'un pilon pour en asséner un coup fatal à la tête de son ami. Inculpé de meurtre, placé sous mandat de dépôt le 8 décembre 2006, il réitère sa version, tout en précisant n'avoir jamais eu l'intention de tuer son ami d'enfance, qu'il visait plutôt l'épaule du défunt et que son état d'ébriété aurait altéré sa visée.
Papa Konaté, témoin des faits, précisera que, le jour des faits, vers 22 h, la victime et le mis en cause qui se bagarraient dans le quartier, avaient été séparés par les voisins et que c'est au moment où les gens croyaient avoir réglé le quiproquo, que l'inculpé a surpris son adversaire pour lui asséner un coup de pilon à la tête. Il précisera que l'assistance avait été surprise par le bruit sec du coup et la chute simultanée de la victime. Face à son ami à terre, il confiera qu'Ibrahima Gueye jubilait, en ces termes : «tu savais que tu ne pouvais pas m'échapper, tu as d'ailleurs de la chance».
Informé, Abdoulaye Camara, le père de la victime, soutiendra que les antagonistes étaient des amis depuis le bas âge et qu'il remettait tout entre les mains de la justice qui a statué, hier, sur le sort d'Ibrahima. L'avocat général, Me François Diouf, dans son réquisitoire, dira que l'accusé, en voulant venger son honneur, a tué son compagnon de jeu, qui l'avait malmené dans la boue. Sur ce, il a requis 20 ans de travaux forcés contre le mis en cause.
Voulant tirer son client d'affaire, le conseil de l'accusé demandera une application bienveillante de la loi, mettant sur la balance la famille de Gueye qui ne compte que sur lui pour survivre. Statuant sur l'affaire, le tribunal lui infligera 10 ans de travaux forcés.

Yandé DIOP Fanta DIALLO


REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Assises

AFP

Le meurtre de deux Congolais aux assises de l'Isère, 14 ans après

Le meurtre de deux Congolais aux assises de l'Isère, 14 ans après

AFP

Génocide: la justice française confirme le renvoi aux assises de deux Rwandais

Génocide: la justice française confirme le renvoi aux assises de deux Rwandais

AFP

Deux ex-miliciens algériens renvoyés pour torture devant les assises du Gard

Deux ex-miliciens algériens renvoyés pour torture devant les assises du Gard

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013