mis à jour le

Le septennat est une "anomalie" dans la politique sénégalaise (juriste)

Le professeur de droit constitutionnel, Ismaïla Madior Fall, a indiqué lundi que la durée du mandat du Président de la République de sept ans était "une anomalie" dans l'histoire politique du Sénégal.

''Lorsque le président élu au suffrage universel assure une direction des affaires politiques nationales le mandat doit être un mandat raisonnable'', a dit M. Fall.

Il introduisait une communication sur le sujet lors une table ronde sur la gouvernance, à l'initiative du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar (BBY, majorité).

Cette rencontre présidée par le Premier ministre Abdoul Mbaye est organisée à l'occasion de l'anniversaire de l'élection de Macky Sall lors d'un second de tour de l'élection présidentielle, le 25 mars 2012.

Selon Ismaïla Madior Fall, la proposition de Macky Sall de ramener le quinquennat est une réhabilitation de l'orthodoxie au Sénégal. Lorsque Abdou Diouf introduisait le septennat en 1991, a-t-il dit, ce fut "une anomalie", de même que lorsque son prédécesseur Abdoulaye Wade l'a réintroduit en 2008.

''Donc, en le ramenant au quinquennat le président Sall restaure l'orthodoxie. Ensuite, il y a une synchronisation des mandats parlementaire et présidentiel parce qu'à la fin de son mandat, le président sera évalué, que ça soit sur 7 ans ou 5 ans'', a-t-il relevé.

L'intérêt du retour au quinquennat, a dit le constitutionnaliste, ce sera limité à maximum deux mandats. Ce qui signifie qu'il ne sera plus possible, à l'avenir au Sénégal, de pouvoir débattre sur ce sujet qui sera une clause d'éternité et irréversible qui engagera les générations futures.

Le constitutionnaliste a signalé l'instabilité constitutionnelle, relevant une caractéristique de l'histoire politique du Sénégal ainsi son exagération de 2000 à 2012.

''Au Sénégal, on révise la Constitution pour un règlement de comptes ou pour des problèmes politiques. Il y a une sorte de désacralisation de la Constitution et notre pays est champion du monde en termes de révision constitutionnelle'', a-t-il déploré.

M. Fall a salué la volonté du président Macky Sall de consolider les institutions constitutionnelles, politiques et démocratiques du Sénégal et d'y apporter toutes les réformes nécessaires en évitant les bouleversements qui peuvent mettre en cause la stabilité du régime politique.
APS

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

politique

AFP

La longévité politique des chefs d'État africains

La longévité politique des chefs d'État africains

AFP

RDC: Kabila s'en tient

RDC: Kabila s'en tient

AFP

Guinée: le dialogue politique bloqué par des divergences sur les élections locales

Guinée: le dialogue politique bloqué par des divergences sur les élections locales