mis à jour le

Gdeim Izik : les familles s’attendaient à un verdict plus lourd

Le procès de Gdeim Izik a pris fin dimanche par la condamnation des 24 accusés à des peines allant de 2 ans à la prison à perpétuité, écartant ainsi la peine de mort qui était attendue par les familles des 11 agents des forces de l'ordre assassinés, et dont les corps ont été atrocement mutilés.
Le Front Polisario, le mouvement basé en Algérie qui conteste au Maroc la souveraineté sur la région du Sahara occidental, a tenté de mettre en cause le tribunal militaire de Rabat. Mais les tentatives de décharger les accusés qui sont des partisans du Front, n'ont pas eu d'échos. Les observateurs internationaux présents au procès ont reconnu le caractère purement criminel de cette affaire. Celle-ci se rapporte à l'assassinat de membres des forces de l'ordre avec constitution de bande organisée.

familles

AFP

"Tué comme un chien": au Zimbabwe, les familles des victimes post-électorales crient leur colère

"Tué comme un chien": au Zimbabwe, les familles des victimes post-électorales crient leur colère

AFP

Erythrée/Ethiopie: séparées par la guerre, des familles réunies par la paix

Erythrée/Ethiopie: séparées par la guerre, des familles réunies par la paix

AFP

RDC: les familles de cinq militants pro-démocratie dénoncent leur "arrestation arbitraire"

RDC: les familles de cinq militants pro-démocratie dénoncent leur "arrestation arbitraire"

verdict

AFP

Présidentielle au Mali: place au verdict

Présidentielle au Mali: place au verdict

AFP

Trafic de bébés au Niger: verdict le 28 février

Trafic de bébés au Niger: verdict le 28 février

AFP

Le Kenya attend le verdict de la Cour suprême pour la présidentielle

Le Kenya attend le verdict de la Cour suprême pour la présidentielle