mis à jour le

Attribution de la 3eme licence de la téléphonie globale : Que d’opacité autour de la question

L'annonce de l'attribution d'une troisième licence de la téléphonie globale avait suscité beaucoup d'engouement chez les Maliens. Après l'attribution en 2012 de la licence au groupement Planor/Kome Cessé/Monaco Télécom qui avait misé gros avec une offre de  84 millions d'euros soit 55,1 milliards de FCFA,  l'on croyait les dés jetés.  

Le ministre Tieman Coulibaly et le ministre Bréhima Tolo et le DG de Planor-Afrique, Abdoulaye Compaoré, lors de la signature

Mais, selon le gouvernement malien,  ce groupement n’a pas pu honorer ses engagements. Rappelons que ledit groupement était essentiellement composé de l'actuel attributaire, Groupe Planor et celui de notre compatriote Cesse Komé et Monaco.  Suite à l'annulation de cette première convention, on s'attendait donc à un nouvel appel d'offres. Mais à la grande surprise générale, les autorités de transition ont attribué la 3ème licence par entente directe  à un groupement formé par des sociétés burkinabè et monégasque, Planor-Monaco Telecom International, «pour une durée de 15 ans renouvelable» et un montant de 84 millions d’euros, a annoncé le 21 janvier 2013 le gouvernement malien. Cela au détriment de la société de notre compatriote, Cessé Komé.
Sortie par la fenêtre, le même opérateur téléphonique, Apollinaire Compaoré, adore les procès.  Selon nos sources, le Malien, Komé, crie au scandale : il invoque la clause de solidarité et d'indissociabilité qui le lie à son partenaire.
«Le gouvernement a décidé, à la suite d’un dossier présenté par celui-ci, d’accorder au Groupement Planor-Monaco Telecom International la troisième licence de la téléphonie globale par entente directe», selon un communiqué du Conseil des ministres extraordinaire du .........Il a approuvé «la convention de concession de ladite licence pour une durée de quinze ans renouvelable et un montant de 55.100.388.000 FCFA (84 millions d’euros)», précise le même communiqué, ajoutant que Planor-Monaco Telecom International «s’est engagé à créer une société de droit malien pour porter la licence et signer avec le gouvernement du Mali le cahier des charges qui en fixe le régime d’exploitation». «Conformément aux dispositions de la convention de concession entre le gouvernement du Mali et le groupement Planor-Monaco Telecom International qui prévoyait la création d’une société d’exploitation de la licence, la société Alpha Télécommunication Mali SA (Atel-SA), société de droit malien, a été désignée attributaire de la licence», poursuit le communiqué.
Selon le même texte, le processus d’appel d’offres pour l’attribution de cette licence de téléphonie globale avait précédemment «conduit au choix d’un groupement qui n’a pas pu honorer ses engagements». Bamako a donc «décidé d’annuler la procédure et d’attribuer la licence à un investisseur crédible dans les meilleurs délais et dans les conditions prévues par les textes relatifs à la passation des marchés publics et des délégations de service public», d’où l’entente directe.
Faut-il le rappeler, Cesse Komé avait pressenti le coup bas venir. Ainsi, en accord avec lui,  son avocat a adressé une correspondance au Premier ministre en novembre 2012. Dans cette correspondance, l'avocat rappelle que son client était bel et bien adjudicataire provisoire de la troisième licence, qu'il participait au groupement Planor/Cesse Kome/ Monaco Telecom à hauteur de 44%. Une manière pour informer le Pm de l'inquiétude de son client par rapport aux  man½uvres entreprises et aux agissements solitaires en cours, pour le mettre hors jeu et, poursuivre l'adjudication dans des conditions non convenues au moment de la Concurrence.
Pour prouver l'engagement de Komé,  l'avocat rappelle : «A la date du 15 octobre fixée pour le règlement du premier acompte de 33.000.000.000 Fcfa à la charge de l'autre membre du groupement, M Cesse Komé a réitéré son offre de régler non seulement sa quote part de 22.000.000.000 Fcfa à date (trois mois après le premier acompte) mais également toutes les sommes restant dues, totalement ou partiellement au titre du premier paiement».
En janvier 2013,  Cesse Komé fut abasourdi car il ne s'attendait pas à un poignard de son propre pays. À la tombée du verdict, ce qui devrait arriver arriva : la licence est attribuée à Planor-Monaco Telecom International.
Reste maintenant à savoir si le nouvel attributaire payera les 55 milliards Fcfa  dont 33 milliards immédiatement. Même s'il dit les avoir  dans une banque de la place,  beaucoup de personnes proches du dossier demeurent sceptiques.
En attendant la poursuite judiciaire qu'engagera certainement Cesse Komé, les Maliens attendent des autorités de transition un minimum d'explication. Il s'agit d'organiser au moins une conférence de presse pour présenter  la preuve des paiements ainsi que le montant payé.
Oumar Konaté

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé