mis à jour le

Ahmed Sow a propos des élections de juillet 2013 : «Il faut mettre hors d’état de nuire l’ancienne classe politique rétrograde»

Président du Rassemblement travailliste pour le développement  (Rtd), Ahmed Sow a animé une conférence de presse, le samedi 23 mars 2013 à l'Hôtel Salam. Au cours de ladite rencontre, il  a décrié l'attitude  de l'ancienne classe politique et ne fait pas confiance aux nouveaux partis politiques, dirigés par certains jeunes qui s'autoproclament des forces nouvelles.

Hamed Sow

Accompagné du vice-président de son parti, Belco Maïga, Ahmed Sow s'est prononcé sur la question de la tenue des élections, présidentielle et législatives, en juillet prochain. Avant de faire le point de la situation sociopolitique du Mali.
Abordant la question électorale, Ahmed Sow a souhaité l'organisation très rapide des élections générales afin de doter le Mali d'institutions légitimes et crédibles. Toutefois, il demande aux autorités de ne pas confondre vitesse et précipitation. Car, estime-t-il, l'unification totale du pays et le retour des déplacés doivent être des préalables à la tenue des scrutins. «Si toutes les conditions ne sont pas réunies pour garantir la crédibilité des élections, la sagesse doit nous guider à les reporter, ne serait-ce que pour trois à quatre mois», a-t-il préconisé.
En ce qui concerne la situation sociopolitique du pays, le président du Rtd dira que la classe politique doit faire le bilan des 20 dernières années afin de partir sur de nouvelles bases. Il a critiqué les résultats de l'ancienne classe politique qui, dit-il, a excellé par son manque de vision pour le développement du Mali. Ahmed Sow dit ne pas croire à la capacité de cette classe politique «corrompue» d'apporter quelque chose de meilleur pour le Mali, après vingt ans passés aux commandes du pays. Pour lui, il faut mettre hors d'état de nuire l'ancienne classe politique rétrograde.
Quant aux jeunes formations politiques qui s'attribuent le nom de «forces nouvelles», le Président Sow doute que le changement tant voulu par le Malien vienne de ces partis.  «Évitons de faire l'amalgame, les forces nouvelles n'ont pas forcément le monopole du changement. Certains leaders de formations politiques nouvelles peuvent être des conservateurs, voire des adeptes du retour vers le passé. Tandis que le changement peut être porté par certains membres d'anciens partis politiques. Le changement n'est pas une question générationnelle. Il y a des jeunes conservateurs, champions du surplace tandis que certains vieux peuvent conduire les réformes salvatrices de leurs pays», a déclaré Ahmed Sow.
En attendant, le président du Rtd, Ahmed Sow, dit nourrir beaucoup d'ambitions pour le bien-être du Mali. Avec la croissance démographique et l'urbanisation galopante, il entend moderniser l'agriculture en distribuant des charrues et des b½ufs à tous les paysans maliens, remboursables en céréales pendant 5 ans. Ahmed Sow promet 5 hectares au million d'exploitants agricoles. Pour lui, seule une bonne politique minière permet au Mali de se passer de l'aide étrangère.
La réforme de l'école est aussi au c½ur de son agenda. Pour lui, l'enseignement général ne correspond pas aux besoins du Mali actuel.  Chaque année, ce sont des milliers de diplômés  sans débouchés qui sont versés dans la rue. «Dans 5 ans, nous serons en déficit  d'hydrologue. Il y a moins de spécialistes maliens dans le domaine des mines. Pareil pour la plomberie. Il faut adapter les enseignements dispensés aux besoins du marché de l'emploi », a déclaré M. Sow.
Il a rassuré faire la politique  pour seulement  défendre les intérêts des Maliens. «Je n'ai pas besoin de faire la politique pour vivre. La politique est un sacrifice pour moi. Ce que je gagne dans les institutions internationales me suffit largement et garantit  l'avenir de mes progénitures. Puisqu'une hirondelle ne fait pas le printemps, si c'est moi seul qui suis dans l'opulence et mes frères dans la misère, consciencieusement, ma fortune ne me rendra pas heureux. C'est pour cela  que je fais la politique pour apporter des solutions aux maux qui minent mon pays», a laissé entendre M. Sow. Sur ce, il a invité tous ceux qui veulent le bonheur du Mali à venir travailler avec  sa plateforme politique.
Oumar KONATE

élections

AFP

Mauritanie: début de la campagne des élections législatives et locales

Mauritanie: début de la campagne des élections législatives et locales

AFP

Zimbabwe: les élections sont "derrière nous", affirme le président

Zimbabwe: les élections sont "derrière nous", affirme le président

AFP

Présidentielle au Mali: 18 candidats "exigent" le départ du ministre chargé des élections

Présidentielle au Mali: 18 candidats "exigent" le départ du ministre chargé des élections

juillet

AFP

RDC: calme plat avant la tempête Bemba dèsormais annoncée dès le 31 juillet

RDC: calme plat avant la tempête Bemba dèsormais annoncée dès le 31 juillet

AFP

Premier vol d'Ethiopian Airlines vers Asmara le 18 juillet

Premier vol d'Ethiopian Airlines vers Asmara le 18 juillet

AFP

Mali: début de la campagne pour l'élection présidentielle du 29 juillet

Mali: début de la campagne pour l'élection présidentielle du 29 juillet

2013

AFP

Les opérations militaires au Mali depuis 2013

Les opérations militaires au Mali depuis 2013

AFP

Un photojournaliste égyptien détenu depuis 2013 récompensé par l'Unesco

Un photojournaliste égyptien détenu depuis 2013 récompensé par l'Unesco

AFP

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013