mis à jour le

Maladies des organes internes : « Mal traitée, la colopathie fonctionnelle devient mortelle »

Touchant 60 % de la population mondiale, la colopathie fonctionnelle est la résultante d'une malformation congénitale du colon (du gros intestin). Diagnostiquée en retard ou mal traitée, la pathologie fait des ravages en laissant des séquelles invalidantes ou occasionnant la mort. Dans une rubrique animée par le tradi-thérapeute Lassana Sidy Mouleikafou, faisons découverte de cette pathologie.

Selon le constat de praticiens maliens, la colopathie fonctionnelle constitue un problème de santé publique touchant plus de la moitié de la population. Diagnostiquée en retard ou mal traitée, elle peut engendrer des problèmes neurologiques, des problèmes de reins, de foie, des troubles ou de l'impuissance sexuelle, des infections cancérisées...

Qu'est-ce qui provoque la colopathie ?
Selon le spécialiste malien de la médecine traditionnelle, L. S. Mouleikafou, la colopathie est une maladie des personnes dont le colon dépasse 7 m de long ou de colon anormalement plus gros. S'apparentant à ceux de l'hémorroïde, les symptômes de la pathologie sont nombreux et variés.
Mais elle se manifeste dans la plupart des cas par la constipation chronique qui se manifeste elle aussi par l'irrégularité de la fréquence des selles, le ballonnement, l'échappement de gaz par voie anale et buccale. La complexité de la maladie donne souvent l'impression à de nombreuses personnes qu'elle est incurable. Outre le profane, des spécialistes, rapporte Mouleikafou, pensent à tort que la colopathie fonctionnelle est une pathologie à vie ou mortelle.
Inexact, rétorque le tradi-thérapeute, qui assure pouvoir traiter la pathologie sans passer par une opération chirurgicale, ou par le lavage du colon, qui sont des procédés à risque.

Comment détecter la colopathie fonctionnelle ?
Selon L. S. Mouleikafou, la colopathie fonctionnelle n'est pas facile à détecter par les seuls symptômes apparents tels le ballonnement, la constipation et autres.
Aux cabinets du spécialiste de la médecine traditionnelle, la pathologie est détectée par des analyses radiographiques et de l'échographie et même à travers des analyses sanguines. N'importe quel médecin ne peut pas diagnostiquer cette maladie. Le spécialiste indiqué est le gastrologue.

Traitement par des plantes naturelles
Selon L. S. Mouleikafou, la colopathie fonctionnelle se traite par des procédés alimentaires et avec des traitements indolores. Ce procédé est simple, peu coûteux et sûr. Il s'agit là d'une méthode qui tranche avec le mode de traitement chirurgical consistant à raccourcir le colon par son sectionnement. En plus des risques, ce procédé, tout comme le lavage du colon est l'apanage des seules personnes nanties. Appelée « opération de débouchement » cette opération se faisait hors du pays à des coûts hors de la portée du citoyen moyen.
Au cabinet de soins de l'Apropham, la colopathie fonctionnelle est traitée par des plantes sous formes de gélules, des sirops.

Ce qu'il faut éviter !
Pour lui, il faut surtout éviter de tenter de traiter cette maladie par des laxatifs trop forts provoquant des diarrhées.
Le traitement de toute pathologie par la provocation de la diarrhée comprend des risques. Le premier risque est la détérioration de la glaire (une membrane recouvrant l'intérieur de l'intestin et facilitant l'écoulement des substances nutritives et l'évacuation des selles). La détérioration de cette membrane visqueuse rend fragile le colon et le prédispose à des infections cancérisés.
« Il faut également éviter de faire boire au malade de la colopathie fonctionnelle des potions acides et amères qui jouent toutes sur le foie ou sur d'autres organes internes », prévient le spécialiste en médecine traditionnelle.

Conséquences de la colopathie fonctionnelle
La colopathie n'est pas non plus une maladie liée au sexe. Si hommes et femmes peuvent contracter la maladie de la même façon, les premiers peuvent mieux la supporter que les secondes. De même, ses séquelles sont plus dramatiques chez les personnes de sexe féminin que sur les hommes.
Une femme enceinte constamment constipée peut développer des problèmes hormonaux.
Chez l'homme, la colopathie fonctionnelle peut engendrer l'impuissance sexuelle, des problèmes de nerfs. Mais avant une mauvaise haleine, des douleurs dorsales, une démangeaison de l'entrecuisse, de commissures blanches de lèvres, apparaissent comme des symptômes. Chez les femmes, les séquelles peuvent jouer sur le f½tus avec des risques de malformation congénitale chez le futur bébé.

Message aux patients et aux autres tradi-thérapeutes
Selon L. S. Mouleikafou, il faut éviter l'automédication dans le traitement de la colopathie fonctionnelle. Déboussolés, certains vont jusqu'à se traiter avec des produits de l'hydrocarbure (essence, gazole...) ce qui n'est pas loin d'un suicide.
Pour Mouleikafou, les praticiens doivent cesser de faire croire aux patients qu'ils ont des saletés dans le ventre qu'ils doivent évacuer. « Le ventre ne contient pas d'impuretés comme on le fait croire », assure-t-il. En faisant croire cette thèse, certains malades vont s'adonner à des laxatifs pouvant détruire des organes de défense ou provoquer d'autres maladies. Le seul reflexe qui vaille, c'est de se rendre aussitôt aux centres de santé en cas de constats des symptômes comme la constipation, le ballonnement, la démangeaison de l'entrecuisse, les douleurs dorsales...
« Les traitements sont disponibles dans les centres de l'Apropham. Ils sont indolores, adaptés et peu coûteux. Ce sont des plantes efficaces », annoncent Mouleikafou.
Youssouf Coulibaly

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

maladies

AFP

Réunion en Guinée pour accélérer la livraison de vaccins contre des maladies virales

Réunion en Guinée pour accélérer la livraison de vaccins contre des maladies virales

AFP

Niger: la difficile lutte contre les maladies "tueuses" d'enfants

Niger: la difficile lutte contre les maladies "tueuses" d'enfants

AFP

L'Afrique veut mieux contrôler maladies et médicaments

L'Afrique veut mieux contrôler maladies et médicaments