mis à jour le

Centrafrique : Paris envoie 350 soldats en renfort

La France aurait envoyé 350 militaires en renfort en Centrafrique. « Trois cent cinquante soldats français seraient envoyés en Centrafrique alors que la situation se tend heure après heure », rapporte Liberation.fr. Les rebelles du Séléka contrôlent depuis ce dimanche tous les points stratégiques de Bangui. Des scènes de pillage ont été constatées dans la capitale centrafricaine, ont indiqué des témoins à l'AFP. Le président centrafricain François Bozizé se serait réfugié en République démocratique du Congo (RDC), où il a demandé le soutien de l'ONU. Lire aussi : Centrafrique : Bozizé, en RDC, demande le soutien de l'ONU

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

Centrafrique

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée

Paris

AFP

Le salon Livre Paris

Le salon Livre Paris

AFP

Vidéo de massacre: Paris demande

Vidéo de massacre: Paris demande

AFP

"Biens mal acquis": Teodorin Obiang jugé

"Biens mal acquis": Teodorin Obiang jugé

soldats

AFP

Le parquet demande un non-lieu pour les soldats français de Sangaris

Le parquet demande un non-lieu pour les soldats français de Sangaris

AFP

Vidéo d'un massacre en RDC: sept soldats arrêtés au Kasaï

Vidéo d'un massacre en RDC: sept soldats arrêtés au Kasaï

AFP

Soldats accusés de viols en Centrafrique: des associations dénoncent l'instruction

Soldats accusés de viols en Centrafrique: des associations dénoncent l'instruction