mis à jour le

Mali: la vie reprend lentement à Aguel’hoc

La vie reprend lentement à Aguel’hoc, la ville du Nord du Mali reprise il y a un mois exactement par les forces armées tchadiennes aux islamistes, a déclaré vendredi à la presse son maire, Hamza G. Oudada.

« Tous les commerces ont rouverts », a précisé le maire d’Aguel’hoc, qui a fui sa ville pendant un mois et demi puis y est retourné après que les soldats tchadiens et français l’aient reprise aux djihadistes.

Mais le retour de ses administrés se fait lentement, beaucoup craignant des exactions des troupes maliennes comme constatées certaines villes libérées.

M. Oudada, ancien député de la région, s’est félicité de la venue des « libérateurs » tchadiens, de leur « comportement exemplaire et impeccable ».

« Sans démagogie, je remercie les troupes tchadiennes », a-t-il indiqué en présence du président de l’Assemblée nationale du Tchad, Haroun Kabadi, venu encourager ses compatriotes sur le front nord-malien. Il a, par ailleurs, prié les soldats tchadiens à ne pas quitter le sol malien immédiatement, à y rester « au moins après les élections ».

Le maire d’Aguel’ hoc a, enfin, exhorté le président tchadien, Idriss Déby Itno, à faire partie de la médiation qui doit permette aux Maliens à régler définitivement leurs problèmes.

Aguel’hoc se situe en zone désertique au nord de la vallée du Tilemsi, dans l’ Adrar des Ifoghas, sur la route transsaharienne, à 430 km au nord de Gao, 80 km au sud de Tessalit et à 150 km au sud de la frontière algérienne.

La superficie de la commune est d’environ 22.000 km2. Sa population, à 95% touarègue, se monte à plus de 11.000 habitants. La grande majorité vit de l’élevage nomade.

 

French.news.cn   2013-03-23 16:10:29

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé